Bloctel : pourquoi le système anti-démarchage est totalement inefficace

Pour mettre fin au démarchage téléphonique, le gouvernement a lancé en juin 2016 son service en ligne baptisé Bloctel. Mais après plus de deux ans d’existence, le service se montre totalement inefficace. Pire encore, pour certains Français les appels commerciaux sont plus nombreux qu’avant.

bloctel inefficace

En juin 2016, le gouvernement lançait en grande pompe Bloctel. Il s’agit d’un site mis en place pour mettre fin au démarchage téléphonique. Le principe de Bloctel est simple : on s’inscrit gratuitement en remplissant un formulaire, et notre numéro est effacé des données des entreprises de démarchage. Si ces dernières ne jouent pas le jeu, elles écopent d’une amende. En théorie, fini les appels commerciaux intempestifs.

En théorie… Car plus de deux ans plus tard, les 3,8 millions de Français inscrits ne voient pas les effets de Bloctel. Pire encore, certains ont noté une augmentation du nombre d’appels commerciaux intempestifs, parfois à des heures indues (matin très tôt, dans la nuit). 200 000 inscrits ont même déposé une réclamation expliquent nos confrères de France 3. Bloctel est totalement inefficace.

Bloctel, un service anti-démarchage géré par des entreprises de démarchage

Si Bloctel est quasiment inutile, c’est parce qu’il existe des dizaines de milliers d’entreprises concernées par le démarchage téléphonique. Mais 665 seulement sont inscrites sur Bloctel et s’engagent à respecter les engagements du gouvernement.

Plus préoccupant, Bloctel n’est pas directement géré par l’État, mais par des entreprises de… démarchage. Le président de Bloctel , Eric Huignard, est aussi le président de la société HSK Partners, spécialiste du démarchage. HSK Partners fait partie des quatre administrateurs gérant Opposetel, société ayant remporté l’appel d’offres de l’État pour gérer Bloctel. Vous suivez toujours ?

Des entreprises de démarchage chargées d’empêcher le démarchage, le risque de conflit d’intérêts est grand. Toutefois, Eric Huignard assure que le gouvernement veille au grain. Il expliquait en juin 2016 à nos confrères de LCI :

Nous avons des contrôles, des audits, nous sommes surveillés par la CNIL et la DGCCRF. On a conçu une application informatique hypersécurisée. À ceux qui disent « vous êtes des deux côtés » je réponds que c’est plus un gage de sécurité qu’autre chose. De par notre position, on doit être exemplaire. Le cahier des charges nous interdit d’utiliser pour nous les données du consommateur. Si on ne joue pas le jeu, on peut déposer le bilan tout de suite.

Il n’empêche. Pour certains élus, Bloctel ne suffit pas à régler le problème du démarchage téléphonique. Une future loi prévoit de renforcer le système. Les amendes pourraient grimper à 375 000 euros et l’efficacité de Bloctel serait contrôlée régulièrement. Vaste programme.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Un malware espion se cache dans les mèmes sur Twitter

Un dangereux malware espion se cache dans une série de mèmes postés sur Twitter, révèle une nouvelle étude. D’après les chercheurs, les images partagées sur le réseau social contiennent un code permettant à un logiciel malveillant de collecter des informations…