Apple accuse ses anciens employés d’espionnage industriel via AirDrop et Time Machine

 

Apple a porté plainte contre Rivos, une start-up concurrente que la firme accuse de voler des données confidentielles en embauchant ses anciens employés. Selon la marque à la pomme, Rivos demanderait aux ingénieurs en question de leur transmettre des informations concernant sa puce M1, informations qu’ils obtiendraient à partir de transferts AirDrop et de sauvegardes Time Machine.

apple foxconn penurie
Crédits : Unsplash

Entre Apple et les fuites, cela n’a jamais été une grande histoire d’amour. Le pic de tension a probablement été atteint peu avant la sortie de l’iPhone, qui a particulièrement été sujet au phénomène. Apple avait alors décidé de sévir en obligeant ses employés à porter des caméras ou encore en sommant les leakers de dénoncer leurs sources. Aussi, l’entreprise est désormais sur le qui-vive en ce qui concerne la revente d’informations confidentielles.

Voilà qui explique sûrement la plainte déposée par cette dernière à l’encontre de Rivos, une start-up concurrente qui souhaite développer sa propre puce. Pour ce faire, Rivos ciblerait particulièrement les anciens employés d’Apple lors de ses processus d’embauches. Et ce pour une raison simple : selon Apple, cela serait un moyen pour la start-up d’obtenir des secrets de fabrication concernant la puce M1.

Un concurrent d’Apple se servirait d’anciens employés pour récupérer des informations confidentielles

Apple affirme ainsi que ses anciens ingénieurs récupéreraient ces secrets de fabrication par divers moyens dans l’espoir d’être embauchés par Rivos. Selon le constructeur, les employés stockeraient ces informations en cachette sur des clés USB, tandis que d’autres utiliseraient AirDrop pour récupérer des données sur les applications collaboratives de l’entreprise.

Sur le même sujet — iPhone 14 avec écran troué, MacBook Air avec puce M2… une fuite confirme les futurs produits d’Apple

Autre technique relevée par Apple : des employés effectueraient des sauvegardes Time Machine pour obtenir une copie complète de leur appareil Apple, qu’ils transfèreraient ensuite sur un dispositif de stockage. « D’autres ont sauvegardé des présentations volumineuses sur les SoC Apple existants et non encore commercialisés […] sur leurs clouds personnels », précise enfin Apple.

Pour l’heure, deux ex-employés sont cités dans la plainte déposée par la firme de Cupertino. Ces derniers ont tous deux été embauchés par Rivos depuis leur départ d’Apple.

Source : Apple

 



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !