Amazon accusé de vendre des milliers d’articles dangereux, les États-Unis portent plainte

 

Le CPSC, l'organisme américain de réglementation de la sécurité des consommateurs, a décidé de poursuivre Amazon en justice pour avoir vendu des milliers d'articles dangereux comme des détecteurs de fumée défectueux par exemple.

amazon justice
Crédits : Unsplash

Le CPSC (US Consumer Product Safety Commission), la Commission américaine dédiée à la sécurité des produits de consommation, a décidé de poursuivre Amazon en justice. L'organisme reproche au géant du web d'avoir vendu sur sa plateforme des milliers d'articles dangereux présentant des risques pour la sécurité des utilisateurs.

Selon les données de l'institution, on parle ici de 24 000 détecteurs de monoxyde de carbone défectueux, 400 000 sèche-cheveux dépourvus de dispositifs de protection contre l'électrocution ou encore des vêtements de nuit pour enfant susceptibles de prendre feu facilement. La commission a approuvé à trois voix contre une le dépôt de plainte visant Amazon.

L'organisme veut contraindre Amazon à rappeler l'intégralité des produits concernés, d'informer les acheteurs de la situation et de leur proposer un remboursement intégral. Comme il est précisé dans la plainte, Amazon a déjà pris certaines mesures pour remédier au problème. Le géant du e-commerce a retiré les numéros d'identification des produits spécifiés et a informé les consommateurs concernés.

À lire également : Amazon vend des dizaines de drogues illégales sur son site

Amazon épinglée une nouvelle fois pour la dangerosité de ses produits

Concernant un éventuel remboursement, Amazon a opté pour des cartes cadeaux créditées sur le compte des utilisateurs. Reste que pour l'organisme, la réponse d'Amazon est insuffisante. D'où le dépôt de cette plainte. Du côté de l'entreprise américaine, on a dû mal comprendre la légitimité de cette action en justice alors que la “grande majorité” des produits en question a été retirée du site et remboursée aux clients.

Le vote d'aujourd'hui en faveur du dépôt de plainte administrative contre Amazon est un grand pas en avant pour la commission. Mais c'est un grand pas dans un vaste désert – nous devons nous débattre avec la manière de traiter plus efficacement ces énormes plateformes tierces, et la meilleure façon de protéger les consommateurs américains qui comptent sur elles”, assure Robert Adler, le président par intérim de la CPSC.

Pour rappel, ce n'est pas la première fois qu'Amazon est épinglé pour la dangerosité de ses produits. En novembre 2020, une enquête de CNN a révélé qu'Amazon continuait de vendre 70 produits Amazon Basics responsables de nombreux incendies. En 2019, un article du Wall Street Journal dévoilant qu'Amazon vendait plus de 4000 articles dangereux et illégaux sur son site. Après ces multiples affaires, la Cour d'appel de Californie a jugé qu'Amazon pouvait être tenu responsable de tous les produits vendus sur son site, qu'ils viennent de vendeurs tiers ou non.

Source : Engadget



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !