Le véhicule autonome est, autant que la voiture volante, un grand classique des livres et films de science-fiction. On parle de voiture autonome lorsque celle-ci est capable de se diriger, de se déplacer mais aussi de se garer sans que l’humain n’ait à intervenir. L’industrie de la robotique s’est d’ailleurs largement emparée du sujet en bardant des voitures de capteurs destinés à leur permettre de « voir » tous les obstacles et de se « voir » entre elles. Il suffit alors d’un GPS pour se rendre d’un point A à un point B en lisant ou même pourquoi pas, en dormant.

La mention autonome peut également se rapporter à une voiture équipée d’un dispositif destiné à lui permettre de fonctionner sans carburant. C’est le cas notamment de certaines voitures allégées à l’extrême et recouvertes de capteurs solaires, qui ne nécessitent aucun apport en carburant.

Actuellement seule une poignée d’entreprises à travers le monde se partagent la course à la voiture autonome. Dans le premier cas on peut citer les Google Cars, les voitures autonomes d’Apple même si leur avancement semble moins important, et l’offre autonome de l’entreprise de chauffeurs Uber, qui pourrait même équiper de grandes capitales dans les prochaines années. Pour autant, les essais ne sont pas encore pleinement concluants.

Bien plus développées et même déjà en circulation, les voitures semi-autonomes de chez Tesla Motors, Lexus ou BMW, elles embarquent tant d’aides à la conduite que le système Telsa sait par exemple déjà changer de file tout seul.

Quoi qu’il en soit les grands constructeurs comme PSA, Citroën ou Renault ne sont pas en reste et testent des modèles qui seront sans doute prochainement mis sur le marché.

Concrètement toutes ces avancées sont faites pour faciliter la vie au conducteur qui devient alors passager. Il reste pourtant pour une voiture autonome, peu importe le nombre de cas de figure enregistrés dans son tableau de bord, relativement difficile de s’adapter à la conduite « humaine » des autres véhicules. De plus qui est responsable en cas d’accident ? Le constructeur ? Le fabricant du logiciel de navigation ? L’automobiliste ?

Quoi qu’il en soit le développement de ces technologies est tellement rapide que les constructeurs pourraient bien dans un jour prochain arriver à nous faire voyager aussi facilement dans leurs véhicules autonomes que dans un train.

Si le sujet vous intéresse et que vous voulez être tenu au courant des dernières actualités, rendez-vous dans cette catégorie et vous saurez tout.

Voir plus d'articles