Wikipédia : pourquoi son cofondateur appelle au boycott général de Facebook, Twitter et Instagram

Le cofondateur de Wikipédia lance un appel au boycott de Facebook, Twitter et Instagram les 4 et 5 juillet 2019. Une grève générale de 48 h où il invite les internautes à ne pas se rendre sur les réseaux sociaux. On vous dit pourquoi.

Le cofondateur de Wikipédia appelle à un Boycott de Facebook, Twitter et Instagram

« Nous allons faire beaucoup de bruit », écrit le cofondateur de Wikipédia dans sa « déclaration d’indépendance numérique », un texte dans lequel il expose les raisons pour lesquelles il appelle à un boycott général de deux jours contre Facebook, Instagram, Twitter et tous les réseaux sociaux. Le Dr Larry Sanger milite pour l’instauration d’un vaste réseau unifié qui redonne le pouvoir aux utilisateurs sur la gestion de leurs données et de leur vie privée.

Facebook, Instagram : le cofondateur de Wikipédia souhaite une grève générale les 4 et 5 juillet 2019

La déclaration d’indépendance numérique du Dr Sanger appelle à un démantèlement des réseaux sociaux et à leur transformation en systèmes respectueux des droits de la liberté d’expression, de la vie privée et de la sécurité. Pour le cofondateur de Wikipédia qu’on connait pour ses positions en faveur d’un Internet libre et sans barrière, les internautes doivent pouvoir créer leur propre espace sur le web où ils gardent un contrôle total sur leurs données et leur vie privée.

Ce principe n’est pas sans rappeler celui que défend Tim Berness-Lee, l’inventeur du web qui développe une plateforme dont le but est de permettre aux internautes de stocker leurs données personnelles chez eux plutôt que chez Google, Facebook, Amazon et autres. Le fondateur de Wikipédia abonde dans ce sens. Selon lui, « l’humanité a été utilisée avec mépris par de vastes empires numériques. Il est donc maintenant nécessaire de remplacer ces empires par des réseaux décentralisés d’individus indépendants, comme dans les premières décennies de l’Internet »

Ce faisant, aucune entité ne pourra utiliser vos données sans votre consentement, d’autant que celles-ci ont aujourd’hui une valeur inestimable, attirant les plus grandes entreprises de marketing, de communication, mais aussi les hackers. Par sa grève générale, le Dr Sanger souhaite à la fois dénoncer les pratiques des réseaux sociaux comme Facebook en ce qui concerne le traitement des données personnelles, mais aussi mettre en lumière les 9 principes qu’il considère comme essentiels pour un web fidèle à ses valeurs d’origine.

Ses principes stipulent entre autres que les données doivent appartenir aux utilisateurs, que les conversations ne doivent en aucun cas pouvoir être écoutées par des entités tierces ou encore que les internautes devraient détenir une parcelle de pouvoir sur les algorithmes qui leur imposent des informations jugées prioritaires, reléguant au second rang les préférences personnelles.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
TikTok : Microsoft veut racheter 100 % du réseau social y compris en Europe

Microsoft pourrait bien racheter les divisions européennes et indiennes de TikTok. Après avoir fait une offre pour les activités américaines, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises du réseau social, le géant américain veut voir plus grand. Si vous suivez l’actualité depuis quelques…

Snapchat : pour concurrencer TikTok, la musique arrive dans les Snaps

Snapchat teste une nouvelle fonctionnalité inspirée de TikTok alors que l’application chinoise est sous la menace d’un blocage aux États-Unis après avoir été bannie en Inde. C’est dans ce contexte que Snapchat a annoncé l’arrivée d’une fonctionnalité chère à son…

Les matchs de la ligue 1 Uber Eats diffusés sur Facebook

La toute nouvelle chaîne du football français Téléfoot devrait être distribuée par le réseau social de Mark Zuckerberg, si l’on en croit nos confrères de l’Équipe. La chaîne — qui appartient à Mediapro, le groupe audiovisuel espagnol diffuseur historique de…

Facebook teste les pages sans bouton « j’aime »

Facebook teste une nouvelle version de ses pages publiques sur mobile. Ainsi, le bouton « j’aime » disparaît pour mettre en évidence le nombre de followers, s’inspirant de ce qui se fait sur Twitter. Cependant, cela ne signe pas pour autant la…