Une association attaque 500 sites européens qui empêchent les utilisateurs de refuser les cookies

 

Noyb, ONG autrichienne, a mis en demeure plus de 500 sites européens à cause de leurs pratiques en matière de gestion des cookies. L’association accuse ces derniers de forcer les utilisateurs à les accepter, faute de disposer d’un moyen simple de les refuser. En France, 31 sites font partie de la liste.

cookies
Crédits : Unsplash

Depuis quelque temps, les voix commencent à s’élever contre les cookies. Très peu appréciés par les utilisateurs soucieux de préserver leur vie privée, développeurs et autorités prennent chacun des mesures allant dans ce sens. Google a remplacé les cookies par le FLoC, une alternative par ailleurs largement critiquée, tandis que les amendes tombent contre les grands noms d’industrie qui les utilisent de manière abusive.

Pourtant, il est encore bien difficile de passer à travers les mailles du filet publicitaire sur le web. Le dispositif européen visant à laisser un plus grand contrôle aux utilisateurs par le biais d’un bandeau systématique sur les sites visités s’avère — surprise — relativement inefficace. En effet, alors que même que 3 % des internautes n’ont pas problème à l’idée d’accepter les cookies, 90 % se plient au pistage publicitaire par manque de moyen clair de les refuser.

Sur le même sujet : L’État donne le droit aux sites de bloquer les internautes qui refusent les cookies

noyb met en demeure 500 sites européens

« Toute une industrie de consultants et concepteurs de sites développent des labyrinthes insensés de clics pour s’assurer des taux de consentement imaginaires », explique Max Schrems, responsable de noyb, ONG autrichienne luttant pour la confidentialité sur Internet. Alors même que « selon la loi, l’option “oui/non” doit clairement être proposée aux utilisateurs », l’association pointe du doigt le fait qu’il est « extrêmement compliqué de cliquer sur autre chose que le bouton “accepter” ».

Une situation que tout internaute européen a déjà vécue depuis la mise en vigueur de ce bandeau, que noyb va jusqu’à qualifier de « terreur », qui force l’utilisateur à vivre « une expérience frustrante ». Ainsi, l’ONG a envoyé une mise en demeure à 560 sites européens exerçant sur 33 pays, dont 31 français. Ces derniers ont un mois pour proposer une solution plus simple de gestion des cookies, faute de quoi noyb lancera une procédure judiciaire à leur encontre. L’association souhaite recenser 10 000 plaintes d’ici la fin de l’année, en mettant en place un système automatisé capable de détecter les sites enfreignant la loi de 2018.

Source : Noyb



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !