Test du Meizu 16th : le retour inattendu !

test meizu 16th

Maj. le 18 février 2019 à 16 h 20 min

Meizu est de retour en France ! Après des années d’absence, le constructeur chinois a suivi ses compatriotes Xiaomi et Oppo et a posé ses valises dans l’Hexagone. Pour marquer le coup, la marque lance un modèle haut de gamme baptisé Meizu 16th. Vendu à partir de 469 euros, il dispose d’une fiche technique impressionnante. Le classique chinois, pour ainsi dire.

test meizu 16th

En 2018, une avalanche de constructeurs chinois a déboulé en France. Xiaomi et Oppo ont rejoint OnePlus, Honor ou encore Huawei. Il y a quelques années, un autre constructeur chinois faisait partie du paysage : Meizu.

Ce nom parle sans doute plus aux audiophiles, Meizu étant à l’origine un spécialiste des produits audio. Après des débuts difficiles sur le marché des smartphones, Meizu a réussi à convaincre les initiés grâce à certains produits très réussis. La marque ne manque pas d’audace non plus, à l’image de son Meizu Pro 7 équipé de deux écrans.

Mais pour fêter son retour en France, Meizu a souhaité jouer la carte de la sobriété. Avec le Meizu 16th la marque mise sur une stratégie bien connue des constructeurs chinois : l’excellent rapport qualité-prix. Commercialisé à partir de 469 euros, le Meizu 16th est équipé de technologies de pointe : processeur Snapdragon 845, 8 GB de RAM, écran Super AMOLED, design en verre et double capteur photo signé Sony.

Nous avons eu la chance d’utiliser le Meizu 16th pendant quelques jours. Le retour de la marque est-il réussi ? Réponses dans notre test complet !

Prix et date de sortie

Le Meizu 16th est d’ores et déjà disponible dans deux versions. Le modèle 6GB/64Go est commercialisé à 469 euros, le modèle 8GB/128Go (notre version de test) est vendu 519 euros. À l’heure où nous écrivons ces lignes, il est possible de trouver le modèle standard à 429 euros, chez Amazon notamment. Le Meizu 16th est commercialisé en deux coloris : Moonlight White et Midnight Black.

test meizu 16th prix

Il est important de préciser que Meizu France n’est pas physiquement présent dans l’Hexagone. Pour se procurer un Meizu 16th, il faut passer par la boutique en ligne de la marque, les revendeurs partenaires comme Amazon, ou des importateurs comme PhoneDroid.

Fiche technique du Meizu 16th

 Fiche technique du Meizu 16th
Dimensions150,5 x 73,2 x 7,3 mm
Poids158g
Ecran6 pouces Super AMOLED 18:9
DéfinitionFHD+ (2160 x 1080 pixels)
Contraste : 100000:1
Luminosité : 430cd/m2
Photo / vidéoArrière : 12 MP (f/1,8) + 20 MP (f/2,6 - téléobjectif zoom x3 sans perte)
Avant : 20 MP (f/2,0)
OSFlyme OS basé sur Android 8.1 Oreo
Mémoire interne64 ou 128 Go
MicroSDNon
ConnectivitéWi‑Fi 802.11a/b/g/n/ac, Bluetooth 5.0
NFCoui
SoCSnapdragon 845 cadencé 2,8 GHz + puce graphique Adreno 630
RAM 6 ou 8 GB
Capteur d'empreintesOui, sous l'écran
Reconnaissance facialeOui
Résistance à l'eauNon
Batterie3010 mAh
Port de chargeUSB-C
Recharge rapideoui, ultra-rapide mCharge
Recharge Qi sans filnon
ColorisMoonlight White, Midnight Black
Prix469€ (6GB/64Go)
529€ (8GB/128Go)

Un design minimaliste

Le design du Meizu 16th divise. Ceux pour qui l’encoche est une hérésie apprécieront son format 18:9 proche de celui d’un Galaxy S9. L’écran aux bordures arrondies épouse parfaitement la forme du châssis. Les bordures l’entourant sont très fines. L’avant du Meizu 16th est, esthétiquement, sa plus grande originalité. Car pour le reste, Meizu a joué la carte du minimalisme.

test meizu 16th design

Le dos du smartphone en verre 3D plonge vers les bordures. Cela favorise une bonne prise en main. Ces lignes sont bienvenues puisque le Meizu 16th est très glissant. Sa grande légèreté (158g) n’arrange pas les choses. Nous conseillons vivement de l’habiller d’une coque. Elle permettra, en prime, de réduire la protubérance du double capteur photo positionné au centre. Le flash LED circulaire est lui aussi imposant, mais l’ensemble reste minimaliste. On aime ou on déteste.

test meizu 16th finitions

Bonne nouvelle, Meizu a conservé le port jack 3,5mm et l’a intégré sur la bordure inférieure, à côté du port USB-C et de l’un des deux haut-parleurs. Le second est admirablement intégré sur l’arête supérieure. Le port SIM est positionné sur la bordure gauche, les touches d’alimentation et de volume sont placées à l’opposé.

test meizu 16th date sortie

 

test meizu 16th qualite ecran

Sans être époustouflant, le design du Meizu 16th est réussi. Le smartphone est compact et ravira les plus rebutés par l’encoche. Son minimalisme contraste avec les modèles tout en reflets d’Honor par exemple.

Un écran Super AMOLED made in Samsung

Contrairement à la plupart de ses compatriotes, Meizu ne cède pas à la tendance de l’encoche. Le constructeur a choisi un écran de 6 pouces au format 18:9. Il en résulte un ratio taille-écran de 84,3%. Ce n’est pas extraordinaire, mais amplement suffisant. D’autant que Meizu a particulièrement soigné l’intégration de son écran à l’ensemble du design. Les bordures latérales sont très fines, le front et le menton, bien que plus épais, restent discrets et symétriques.

test meizu 16th ecran

Meizu tient à préciser qu’il a intégré un écran Super AMOLED made in Samsung pour souligner son sérieux dans la conception de son smartphone. Pas de définition QHD, mais Full HD+ (2160 x 1080 pixels) amplement suffisante sur ce format d’écran. Le Meizu 16th bénéficie donc des avantages de la technologie AMOLED. Les contrastes sont marqués et les noirs profonds. Les couleurs, elles, sont très vives. Par défaut, les couleurs tirent vers le bleu, mais il est possible de corriger leur température dans les paramètres d’affichage. Il est également possible dans ce menu de choisir parmi plusieurs modes d’affichage : standard, photo, dynamique ou adaptatif. Nous conseillons le mode adaptatif, plus efficace et plus réaliste.

test meizu 16th ecran bordure
test meizu 16th design menton

Si la luminosité de l’écran est très bonne, elle n’atteint pas le niveau d’un Huawei Mate 20 Pro ou d’un iPhone XS Max. Mais c’est suffisant pour résister aux rayons du soleil et c’est bien là l’essentiel. D’autant que le Meizu 16th coûte deux à trois fois moins cher que les deux modèles cités. Le constructeur peut être fier du travail accompli. Dans cette gamme, rares sont les smartphones à afficher un écran d’une telle qualité.

Des performances de haut vol

Sous sa belle robe, le Meizu 16th cache un processeur Snadragon 845 couplé à 8 GB de RAM et 128 Go de stockage (pour notre version de test). On connaît très bien ce combo puisque les smartphones les plus puissants de l’année 2018 en sont équipés. Sans surprise, les performances du Meizu 16th sont remarquables d’autant que la surcouche maison est particulièrement rapide. Les benchmarks ne nous contrediront pas.

test meizu 16th performances

Au quotidien, le Meizu 16th est donc une petite bombe qui répond parfaitement à tous les besoins. Les animations sont fluides, les transitions rapides et la gestion du multitâche est exemplaire. Le Meizu 16th ne flanche pas non plus lors de sessions de jeu. Avec les licences les plus exigeantes, le smartphone tient la cadence.

Fortnite se lance en qualité graphique maximale (épique) à 30 fps. PUBG Mobile tourne avec la configuration graphique optimale (HDR) avec fluidité maximale et anti-aliasing actif. Dans les deux cas, le Meizu 16th se montre fluide et réactif. Aucun ralentissement, aucun soubresaut ne sont à déplorer. Une merveille.

FlymeOS : vous reprendrez bien une copie d’iOS ?

Comme la plupart des constructeurs chinois, Meizu a fait le choix d’un logiciel basé sur Android (ici 8.1 Oreo, la mise à jour 9.0 Pie est prévue) totalement revisité. Baptisée Flyme OS, l’interface du Meizu 16th n’a pas grand-chose à voir avec l’OS de Google. Elle fait plutôt figure de copie chinoise d’iOS. Ne cherchez pas de tiroir d’application, il n’y en a pas. Les animations manquent parfois de fluidité et le smartphone ne répond pas toujours à nos gestes. C’est dommage, car de manière générale l’interface semble légère et claire. Mais les couleurs, les thèmes (il y a encore un thème « homme » et un thème « femme » en 2019), les icônes nous ramènent à tout ce qui nous a fait répudier les smartphones chinois il y a quelques années.

test meizu 16th flymeos

Quelques fonctions sont bienvenues comme la possibilité de régler l’affichage de l’écran. Le lecteur d’empreintes sous l’écran est aussi l’un des atouts du Meizu 16th d’autant qu’il est très réactif. Il est d’ailleurs complété par une reconnaissance faciale elle aussi très efficace.Elle est peu sécurisée puisqu’elle passe par le capteur frontal et non un système comme Face ID.

Dans l’ensemble Flyme OS n’est pas désagréable à utiliser au quotidien, mais la surcouche de Meizu est loin d’être aussi complète et intuitive que celle des concurrents. Le nombre d’applications préinstallées frôle le ridicule, certaines traductions sont hasardeuses et la charte graphique d’un autre temps ne nous a pas convaincus. Une refonte complète serait bienvenue pour coller aux standards esthétiques de 2019. Et si Meizu pouvait en profiter pour se détacher d’iOS, ce serait la cerise sur le gâteau.

Autonomie médiocre, recharge rapide au top

À la lecture de la fiche technique, l’inquiétude nous a gagnés en découvrant la batterie de 3010 mAh. Au regard de la taille de l’écran, cela nous paraissait juste. Meizu a préféré sacrifier la capacité de la batterie au profit d’un design plus fin. Sans grande surprise, l’autonomie du Meizu 16th est médiocre. Les utilisateurs « modérés » peuvent espérer utiliser le smartphone durant une journée entière. Les plus connectés devront passer par la case recharge en rentrant du travail.

test meizu 16th autonomie

Heureusement, le système de recharge rapide est efficace. Meizu n’a pas souhaité collaborer avec Qualcomm et n’intègre pas le système Quick Charge. Il lui a préféré une technologie propriétaire baptisée mCharge. Le chargeur de 24W fourni permet de gagner 49% de batterie en 30 minutes (de 7 à 56%). La recharge ralentit au-delà de 80%, comme sur tous les smartphones. Il faut 1h30 au Meizu 16th pour se recharger complètement.

Une qualité audio incomparable

Comment ne pas parler de qualité audio lorsque l’on teste un produit Meizu ? Avant de se lancer sur le marché des smartphones, Meizu était une référence des produits audio. La marque a-t-elle mis à profit son savoir-faire dans la conception de son Meizu 16th ? La réponse est oui.

test meizu 16th audio

Le Meizu 16th est équipé de deux haut-parleurs délivrant un son stéréo. On regrette qu’il ne soit pas certifié Dolby Audio. Malgré cela, le son délivré par le Meizu 16th est plus que correct. Les basses sont trop discrètes (le smartphone est trop fin), mais les aigus et les médiums sont plutôt équilibrés. Jusqu’à 80% du volume maximum, le son est de qualité. Au-delà, on perçoit une distorsion désagréable à l’oreille. Mais la puissance sonore est telle qu’il est inutile de pousser jusqu’à 100%.

test meizu 16th qualite son

L’expérience audio prend un tout autre sens lorsque l’on connecte des écouteurs. Meizu a d’ailleurs conservé le port jack 3,5mm pour notre plus grand bonheur. La marque a également travaillé sur une série de fonctionnalités réunies dans le « Square Sound « . Depuis cette option disponible dans l’application « Musique », il est possible de choisir différents modes d’écoute :

  • Original : aucun effet sonore
  • Effets sonores 3D : son immersif
  • Super Basse : pour booster les basses
  • Voix pure : la voix est mise en avant
  • Musique live : comme si vous y étiez

Meizu signale que d’autres effets sont en préparation. Ces effets sonores sont complétés par un égaliseur complet composé de dix bandes paramétrables. Des modes d’écoute sont là encore préinstallés pour optimiser l’égaliseur (pop, rock, classique, jazz).

Avec des écouteurs, l’expérience audio du Meizu 16th est incomparable. Pour couronner le tout, le smartphones est compatible bluetooth 5.0. Les nombreuses options en font la référence sur ce segment de prix. Meizu fait honneur à sa réputation.

Un appareil photo époustouflant

On ne peut pas dire que Meizu soit une marque de référence en ce qui concerne la qualité photo des smartphones. Et pourtant, le Meizu 16th est sans aucun doute le meilleur photophone de sa catégorie, bien loin devant ses concurrents. Il est équipé d’un capteur principal Sony IMX380 de 12 mégapixels (avec objectif ouvrant à f/1,8) et d’un second capteur Sony XIM350 de 20 mégapixels (avec objectif ouvrant à f/2,6). Ce second capteur est en réalité équipé d’un téléobjectif capable de zoomer jusqu’à 3x sans perte de qualité. Attention, par défaut un watermark apparaît sur les clichés. Nous l’avons laissé lors de notre test, mais il est possible de le supprimer dans les paramètres.

test meizu 16th appareil photo

De jour, en intérieur comme en extérieur, la qualité des photos est éblouissante. Bien que les contrastes soient légèrement plus marqués que ce que nos yeux perçoivent, le résultat final est impressionnant de réalisme. Les détails sont très nombreux et le piqué est excellent. Même à contrejour, la qualité est au rendez-vous. On en prend plein la vue.

P90214-120708
P90214-122655
P90214-122648
P90214-122706
P90214-122838
P90214-122626
P90214-122746
P90214-122723

Comme sur tous les smartphones la qualité se dégrade lorsque la lumière se fait rare. Néanmoins, le Meizu 16th continue d’impressionner. Les couleurs restent équilibrées et les détails sont très nombreux. Les halos de lumière sont maîtrisés, le bruit et le grain très légers. On se demande comment Meizu a réussi à créer un tel écart par rapport à ce qu’il proposait par le passé. Le Meizu 16th peut tenir tête à un Galaxy S9+ sans problème.
P90214-123753
P90214-123758
P90214-123826

Mode portrait et selfie

Le mode portrait est du même niveau, excellent. Les contours sont précis et le bokeh naturel. Nous regrettons toutefois de ne pas pouvoir le gérer manuellement avant ou après la capture de la photo. L’intelligence artificielle gère tout de A à Z. Dommage.

P90214-122920

La caméra frontale de 20 mégapixels (avec objectif ouvrant à f/2,0) n’est pas aussi performante que le double capteur principal. Elle gère moins bien les contrejours (surexposition) et a tendance à lisser les visages. Néanmoins, les clichés restent de très bonne qualité. Le mode autoportrait est d’ailleurs très réussi.
P90214-122947
P90214-123000

Vidéo

Le Meizu 16th peut filmer en 4K ainsi qu’en 1080p à 60 fps. La stabilisation optique est un atout majeur de la caméra. Les vidéos sont d’une stabilité impressionnante pour un produit à ce prix. Si en 4K des effets de traîne apparaissent lorsque les mouvements sont trop rapides, en 1080p à 60 fps, la qualité est bien au rendez-vous.

Notons qu’un mode ralenti est disponible. Meizu n’indique nulle part quelle est la définition de l’image, mais il semble bien qu’il s’agit d’une définition HD (720p). Si la qualité d’image n’est pas spectaculaire, elle reste acceptable.
V90214-123211

Notre avis sur le Meizu 16th

Meizu réussit son retour discret en France. Le Meizu 16th est tellement réussi qu'il aurait sans doute mérité une meilleure communication de la part de la marque. Elégant, puissant particulièrement doué pour l'audio et la photo, et doté d'un super écran Super AMOLED, il est commercialisé à un prix très intéressant. S'il pêche par son autonomie et surtout son interface d'un autre temps, le Meizu 16th est la bonne surprise de ce début d'année 2019.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
OnePlus 7 Pro : notre avis après un mois de test

En 2019, OnePlus souhaite rivaliser avec les meilleurs du marché grâce au OnePlus 7 Pro. Nous l’avons testé au quotidien pendant plus d’un mois. Découvrez toutes nos impressions.

Test du Honor 20 : du neuf avec du View

Honor a dévoilé sa nouvelle gamme Honor 20. Nous avons utilisé en avant-première le plus abordable des deux modèles présentés. Découvrez notre test complet du Honor 20.

Test de l’Oppo Reno : comme un requin dans l’eau

Avec le Reno, Oppo s’attaque au milieu de gamme. Ecran OLED sans encoche, design réussi et performances correctes : le Reno d’Oppo serait-il le modèle parfait ? Réponse dans notre test !

Test du Sony Xperia 1 : un cinéma dans votre poche

Avec le Xperia 1, Sony propose une expérience multimédia unique sur le marché. Grâce à un écran au format 21:9 (le même qu’au cinéma) il souhaite rester au plus près des créateurs de vidéos. Nous l’avons testé pendant plusieurs jours et il a plus d’un atout dans son sac.

Test du Realme 3 Pro : la nouvelle référence des smartphones à 200 euros

Realme débarque en France avec un premier modèle baptisé Realme 3 Pro. La nouvelle marque chinoise attaque le marché par le bas avec un modèle à 199 euros. Comme ses concurrents, le constructeur mise sur un excellent rapport qualité-prix. Nous avons testé le Realme 3 Pro pendant quelques jours. Découvrez nos impressions.

Test du Zenfone 6 : Asus revient en force

En difficulté sur le marché des smartphones, Asus revient avec un Zenfone 6 original. Equipé d’une caméra rotative unique au monde, il intègre également tous les standards de 2019. Nous avons eu la chance de le tester pendant plusieurs semaines. Découvrez notre avis.

Test du OnePlus 7 : et si la vraie star c’était lui ?

Après le OnePlus 7 Pro, le constructeur chinois lance le OnePlus 7. Plus abordable, ce modèle n’en est pas moins séduisant. Nous l’avons utilisé pendant plusieurs jours. Découvrez notre test complet !

Test du OnePlus 7 Pro : OnePlus atteint les sommets

OnePlus lance le OnePlus 7 Pro, un smartphone truffé de technologies dernier cri. La marque qui monte souhaite rivaliser avec les ténors du marché ultra-premium que sont Samsung ou Apple. Objectif atteint ? Nous l’avons testé.

Test du P Smart Plus 2019 : la valeur sûre de Huawei à moins de 300 euros

Huawei lance le P Smart Plus 2019, une version revue et corrigée de son smartphone à succès lancé en 2018. Le constructeur adopte l’encoche « goutte d’eau » et le triple capteur photo. Suffisant pour rivaliser avec les ténors de ce segment ? Réponse dans notre test complet !

Test du Honor 20 Lite : le principal, c’est l’essentiel

Quelques semaines avant le lancement de son Honor 20, le constructeur chinois, désormais numéro 5 mondial, lance le Honor 20 Lite. Cette version allégée aux saveurs d’apéritif réunit les standards de 2019 pour moins de 300 euros. Nous l’avons testé.

Test du Xiaomi Mi 9 : corps d’athlète, cerveau de génie

Dévoilé en Chine puis annoncé pour l’Europe à Barcelone, le Xiaomi Mi 9 est le premier smartphone équipé du processeur Snapdragon 855. Mais sa puissance est-elle son seul atout ? Nous l’avons testé pendant plusieurs jours. Voici notre verdict.