Test Asus Zenfone 2 : le haut de gamme à prix cassé ?

Maj. le 19 février 2018 à 19 h 19 min

Asus revient sur le devant de la scène armé de son Zenfone 2. Avec ce smartphone disponible d’ici peu en France, le constructeur entend bien proposer un téléphone résolument haut de gamme à un prix défiant toute concurrence. A-t-il les moyens de ses ambitions ? La réponse ici même !

Nous vous proposons ici en test le Zenfone 2 dans sa configuration la plus musclée et il confirme dès la première prise en main les excellentes impressions que nous avions eues lors de sa présentation au MWC de Barcelone ces dernières semaines. Reste à gratter le vernis pour voir ce que l’appareil a dans le ventre. Voici notre avis détaillé sur cet étonnant smartphone !

Sommaire :

Fiche technique du Asus Zenfone 2

Première surprise, Asus n’a pas choisi un Snapdragon (Qualcomm), mais un SoC quad-core 64-bit Intel Atom Z3580 (2,3 GHz). Nous avons hâte de vérifier ce qu’il en est des performances :-) . Outre la partie CPU, l’affichage profite du Full HD (1920 x 1080 pixels) avec une résolution de 403 ppp, de quoi être confiant sur ce point. La double SIM est un peu la cerise sur le gâteau tant il est rare d’en profiter en France sur des smartphones dits haut de gamme.

Rappelons que comme d’habitude, toutes les photos de ce test sont cliquables afin d’en profiter dans un meilleur format.

Que trouve-t-on dans la boite ?

Asus a opté pour un emballage de type « tiroir ». Ainsi le premier contact avec le smartphone se fait après avoir fait coulisser un premier carton qui laisse ensuite découvrir le précieux téléphone. Un étage en dessous, ce sont les différents accessoires qui sont logés.

Rien que du classique. Des écouteurs (absents de notre modèle de test), plusieurs embouts de rechange, un imposant adapteur USB-secteur et un câble USB. Pas de surprise notable, même si des écouteurs n’auraient pas été de refus !

Un design qui en impose

S’il y a bien un point qui réjouit au niveau du design, c’est bien au niveau de la solidité de l’ensemble. Le Zenfone 2 respire le smartphone bien fini et inspire confiance dès les premières mises en main. De facture classique avec des lignes sans fioritures, il est très agréable de le manipuler en toutes circonstances.

S’il se compose d’une coque en plastique, celle-ci a fait l’objet de soins très particuliers avec un traitement de type métal brossé. Si l’illusion se dissipe entre des mains expertes, on note tout de même le souci du détail pour Asus qui a à coeur de proposer un appareil de qualité supérieure pour un tarif contenu. Et si les couleurs de base vous déplaisent, il est aussi disponible en plusieurs coloris, dont un rouge bien vif. Notez les présences des deux emplacements SIM ainsi que d’un port micro SD.

Au chapitre des petites surprises, notons des particularités au niveau des boutons. Contrairement à l’usage habituel, le bouton power se trouve sur la tranche supérieure de l’appareil, au milieu. Il n’y a aucun bouton sur les côtés gauche et droit. Le réglage du volume se fait … sur l’arrière du téléphone. Asus a ainsi fait le choix de déporter ses derniers entre le capteur photo et le Flash LED. Ils sont très accessibles mais à réserver aux grandes mains.

Le Zenfone 2 en impose jusque dans sa taille plutôt imposante, même pour un smartphone de 5,5 pouces. En comparaison, le OnePlus One (ici à droite) fait presque figure de poids plume tandis que les dimensions du téléphone Asus sont quelque peu plus importantes. L’écran est ainsi encadré par des bordures de taille non négligeable.

Un écran Full HD de qualité

Avec la configuration haut de gamme testée ici, le Zenfone 2 dispose d’un écran Full HD (1920 x 1080 pixels) avec une résolution de 403 ppp. Sur le papier, il s’agit d’une configuration idéale, mais qu’en est-il dans les faits ? Ici encore, Asus ne s’est pas moqué de nous. L’image proposée est en tout point remarquable dans des conditions standards.

La réactivité de la dalle est indéniable, de quoi être un as dans les jeux qui demandent des réflexes de ninja. Le tout profite d’un rendu des couleurs très agréable, ni terne, ni sur-poussé. L’affichage garde une sensation d’équilibre tout en proposant une image très détaillée et sans le moindre pixel discernable à l’oeil nu. Autre réussite, les angles de vision sont excellents dans toutes les inclinaisons possibles.

Les bonnes surprises se poursuivent en usage extérieur. Les reflets sont certes présents mais l’écran reste lisible et parfaitement exploitable. Il s’agit souvent d’un point faible et Asus s’en sort ici avec les honneurs. De même dans des conditions de nuit, la luminosité se montre suffisante pour exploiter son appareil sans se forcer sur ses yeux … tant que l’usage se limite à quelques minutes. Au-delà, gare à la fatigue oculaire, un conseil valable pour tous les smartphones.

De bonnes surprises dans les benchmarks

Asus a opté pour un SoC Intel, soit le Atom Z3580 64-bit cadencé à 2,3 GHz. Celui-ci est accompagné par un GPU PowerVR G6430 (OpenGL 3.0 supporté). Qu’en est-il des performances avec ce duo très peu courant dans le monde mobile d’aujourd’hui ? Histoire de teaser cette partie, on peut déjà vous dire qu’il y en a sous le capot.

Sous AnTuTu, le Zenfone 2 décroche un excellent score de 47132 et les performances se poursuivent au niveau de la 3D. Ainsi 3D Mark affiche un très joli 19872, c’est un score dans les eaux du OnePlus One et même un peu supérieur. Le Honor 6, qui n’a jamais brillé pour ses performances graphiques, est en retrait.

Sur PC Mark, la pluie de bons scores se poursuit avec 5666 au compteur tandis que Epic Citadel s’en sort avec un solide 47,8 FPS en Ultra High Quality. Basemark X dispose d’un massif 12004 en réglage High.  Au sujet de la chauffe, celle-ci se fait sentir au dos dans une zone proche du capteur photo, mais elle se dissipe relativement bien à travers l’ensemble de l’appareil. Rien d’anormal ici. Retrouvez les autres tests avec l’Asus ZenFone 2 dans le tableau récapitulatif suivant.

Que faut-il retenir du Zenfone 2 ? Le smartphone se situe à un très bon niveau. Certes, il ne faudra pas s’attendre à ce qu’il rivalise avec le Galaxy S6 de Samsung. En revanche, il se montre largement au niveau du OnePlus One et le dépasse même à plusieurs reprises. Le Honor 6 que nous avions tant apprécié il y a quelques mois est un petit peu en retrait en raison de son GPU à la traîne.

Une interface Zen et efficace

Asus fait à nouveau le choix d’utiliser une surcouche, ZenUI en version 1.4, exploitée en complément de Android 5.0 Lollipop disponible dès le déballage du smartphone. En pratique, le Zenfone 2 dispose dès le départ de son propre launcher (facilement remplaçable via le Play Store). Outre un certain nombre d’applications Asus installées par défaut, plusieurs applis de sécurité Trend Micro sont présentes.

Les applications Asus font quelque peu redite avec ce que propose Google. Ainsi Musique fait doublon avec Play Musique, Do it later rappelle quelque peu Keep. SuperNote part d’un concept génial, écrire à la main ses post-it ou ses notes mais en l’absence de stylet, le résultat laisse grandement à désirer (oui, j’écris mal, je sais :-) ). Dommage car la synchronisation avec le cloud était bien vue. N’oublions pas la présence d’un gestionnaire de fichiers bien pratique pour explorer les entrailles de l’appareil.

Le mode enfant est très intuitif et joliment pensé. Avec lui, il est possible de restreindre l’accès au navigateur web, de couper l’accès à certaines applis ou bien d’en limiter le temps d’utilisation. Le tout est protégé par un code choisi par vos soins. Bien vu. Notons que l’interface ZenUI est très réactive sur le smartphone en test et pas trop encombrée par des applis lourdes. De même ZenUI accepte de nombreux thèmes, l’interface étant plutôt très flexible sur le plan cosmétique.

Sur les 32 Go de l’appareil, 25,53 Go sont ainsi disponibles pour l’utilisateur. De quoi voir venir avant de passer sur la MicroSD pour étendre le stockage (jusqu’à 64 Go). Pour finir, signalons qu’il est possible de réveiller le smartphone écran éteint par un double tap. De même, si vous « dessinez » un C à l’écran, l’appareil photo se lance, avec un W, c’est le navigateur web qui démarre. Jusqu’à 5 gestes peuvent être enregistrés dans l’appareil. Pratique.

Des enceintes qui font Boom Boom

Nous n’attendions pas particulièrement à voir (ou plutôt entendre :-) ) Asus faire des étincelles sur cet élément et pourtant, le résultat se montre plutôt réjouissant. Doté d’une puissance correcte (n’espérez cependant pas sonoriser un studio avec quelques discussions d’amis), nous apprécions tout particulièrement l’absence de saturation sur les différents morceaux musicaux écoutés (Two Weeks de FKA Twigs, Auto Rock de Mogwai, And Justice for All de Metallica et même … Wrecking Ball de Miley Cyrus, nous sommes professionnels jusqu’au bout des ongles).

En utilisant la prise jack, nous entrons de suite dans un autre monde. Pas de souffle à noter et nous apprécions alors un son clair, précis et joliment retranscrit. L’expérience est évidemment jouissive dès lors qu’on utilise ses propres écouteurs personnels (pas d’écouteur fourni avec notre exemplaire de test). La prise jack nous semble donc idéale pour avoir une écoute nomade de premier choix.

De belles photos avec des prises de vue rapides

Le constructeur a fait ici le choix d’équipé le capteur photo principal d’un capteur 13 mégapixels avec un autofocus. Asus a aussi eu le bon goût de proposer une application avec de nombreux modes disponibles sitôt le soft lancé. Nous retrouvons alors bon nombre de configurations présentes sur la plupart des smartphones du marché. Vous ne perdrez pas vos marques avec le Zenfone 2.

Les photos obtenues sont de belle facture en journée (malgré le temps pluvieux :-) ). Le niveau de détails (photos de 10 mégapixels en 16/9, 4096 x 2304) est remarquable en pleine journée avec une belle lumière. Le capteur fait ici des merveilles, tout en étant très rapide lors de la prise de vue. Ce point est très agréable et permet de prendre des clichés dans les meilleures conditions possible.

Zenfone 2, sans HDR
Photo sans HDR

Zenfone 2, avec HDR
Photo avec HDR

Après ce concert de louanges, place à la plus grosse déception. Les traditionnelles photos de nuit. Certes, il s’agit du maillon faible pour tous les smartphones du marché mais il existe néanmoins des disparités selon les appareils. Ici, le Zenfone 2 apparaît plutôt comme un mauvais élève. En mode nuit avec quelques éclairages de rue, les photos sont à dans chaque cas fois pleine de pixels. Notez qu’il n’y a aucun zoom utilisé sur toutes les photos publiées ici.



Une autonomie digne de ce nom

Doté d’une batterie de 3000 mAh, d’un écran de 5,5 pouces et d’un SoC Intel réputé pour bien tenir la charge. Nous étions très curieux de vérifier ce qu’il en est dans les faits. Et nous ne sommes pas déçus. Si, dans le cadre du benchmark PCMark en utilisation intensive, la durée de vie est estimée à 7h15, ce qui peut sembler peu. Dans des conditions réelles, le smartphone est bien plus véloce.

Non content de tenir la journée sans souci dans un cadre de jeu 2D et 3D, du surf en 4G et en WiFi, quelques synchronisations de mails (push), des appels et des textos, la bête affiche encore fièrement un bon 50% à presque 20 heures loin du secteur. Il n’est donc pas difficile d’imaginer tenir 2 jours sans trop de souci.

Notons qu’en réglage batterie dit optimisé (par défaut), l’interface ZenUI estime pouvoir tenir 3 jours. C’est probablement trop optimiste mais quoi qu’il en soit, l’autonomie répond bien présente. Ça fait plaisir !

Dans smartphone, il y a phone aussi

Les fonctions téléphoniques se montrent bonnes dans les conditions testées. Avec l’opérateur testé (Prixtel sur le réseau SFR), l’accroche est bonne. Avec une bonne couverture, les appels voix ne souffrent d’aucun défaut. Ainsi le speaker du téléphone est d’un volume suffisant et il est parfaitement envisageable de tenir une discussion dans un environnement extérieur.

De même, concernant la 3G et la 4G, il a été possible de profiter de conditions de surf sur le web dans la norme de ce que nous attendons aujourd’hui d’un appareil récent. Notons tout de même une particularité. Seule la SIM 1 peut gérer le GSM et la Data. L’éventuelle SIM 2 ne peut gérer que les appels et les textos. Un détail qui pourrait avoir son importance.

Enfin, la localisation via triangulation WiFi et via le GPS sont toutes deux impeccables. Vous ne vous perdrez pas en utilisant Google Maps, ce qui est à la fois une bonne nouvelle et le minimum que l’on peut attendre d’un bon smartphone.

Conclusion

Asus Zenfone 2

Asus a frappé très fort avec le Zenfone 2 depuis sa première présentation au CES en début d'année. Disponible en 3 configurations, la plus puissante (celle testée) dispose de tous les attributs qu'on est en droit de demander à un smartphone qui vise le marché haut de gamme. Les performances du SoC Intel Atom utilisé sont remarquables, d'autant plus que la partie GPU n'a pas été oubliée avec un PowerVR efficace en jeux 2D et 3D. Et si le design est à nouveau composé de plastique, un véritable effort a été concédé sur son rendu, plus premium qu'on pouvait l'imaginer.

Équipé de Android 5.0 Lollipop (et d'une surcouche constructeur), le Zenfone 2 prouve ainsi qu'il est un appareil moderne, paré pour le marché, en espérant que Asus daignera le mettra à jour (Android 5.1 déjà sortie chez Google à l'heure actuelle). Bientôt disponible en France pour 349 euros maximum. Il s'agit d'un excellent choix pour qui veut profiter de puissance sans se ruiner.

Nous avons encore souvenir du Honor 6 que nous avions apprécié, aujourd'hui notre choix se porterait plus facilement sur le Zenfone 2 (349 euros) qui entre en concurrence avec le OnePlus One (qui propose pour un prix proche 64 Go mais pas de port SD). Notons d'ailleurs que la seconde configuration à 249 euros dispose elle aussi d'un SoC puissant (mais fréquence revue à la baisse), d'un écran de 5,5 pouces mais de 2 Go de RAM et 16 Go de stockage seulement.

Design

Ecran

Performances

Interface

Audio

Appareil photo

Autonomie

Note finale

Très belle surprise d'Asus avec le Zenfone 2. Dans les deux configurations haut de gamme proposées, nous sommes en présence de smartphones efficaces dans toutes les tâches quotidiennes ainsi que dans les jeux. Son écran est un régal, tandis que le Dual SIM et le port SD parachèvent un tableau déjà idyllique. Les SoC Intel seront assurément à suivre. Les seuls véritables reproches concernent un design assez massif, qui réserve l'appareil aux grandes mains et un poids (170 grammes) un peu lourd. Mises à part ces deux observations, il n'y a aucune raison de passer à côté du smartphone. Pari réussi pour Asus.
Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
Test du Razer Phone 2 : moi, moche et méchant

Razer lance le Razer Phone 2, le successeur du premier smartphone doté d’un écran 120Hz. Razer dit avoir corrigé les défauts du premier opus. Nous avons utilisé le Razer Phone 2 pendant quelques jours. Verdict dans notre test complet.

Test de l’Asus ROG Phone : le vrai smartphone gaming, c’est lui !

Né d’un poisson d’avril en 2016, l’Asus ROG Phone débarque sur le marché français. Le constructeur a conçu le smartphone gaming de l’extrême. Tout ou presque sur le papier est réuni pour proposer la meilleure expérience de jeu sur smartphone. Mais qu’en est-il en réalité ? Réponse dans notre test complet !

Test du Oppo RX17 Pro : le presque OnePlus 6T

Après un Oppo Find X accueilli en demi-teinte, le Oppo RX17 Pro s’attaque au marché des smartphones haut de gamme à moins de 600 euros. Il affiche beaucoup de similitudes avec le OnePlus 6T, mais est-il à son niveau ? Nous avons pu utiliser le Oppo RX17 Pro pendant plusieurs jours. Découvrez notre test complet !

Test du Blackberry KEY2 LE : le clavier physique à petit prix

Blackberry persiste et signe avec le clavier physique. Après l’excellent KEY2, le constructeur lance le KEY LE, une version light de son modèle haut de gamme. Le petit nouveau ressemble comme deux gouttes d’eau à son grand frère mais est proposé à un prix plus abordable. Que vaut le smartphone à clavier physique à petit prix ? Réponse dans notre test complet.