Spotify, Google, Amazon Music : les plateformes de streaming musical sont contre la hausse de rémunération des artistes

Spotify, Google et Amazon sont contre l’augmentation de la rémunération des artistes qui diffusent leur musique via leurs plateformes. Les trois géants du domaine en plus de Pandora ont fait appel d’une décision aux États-Unis qui fait injonction aux services de streaming de hausser les commissions reversées aux artistes. Apple est le seul à avoir accepté les nouvelles conditions, s’affichant ainsi comme un acteur vertueux qui est favorable à la valorisation du travail des artistes.

Services de streaming : Spotify, Amazon, Google

Les modes de consommation des œuvres musicales changent et les artistes s’adaptent pour se conformer à la montée en puissance du streaming. Seulement, beaucoup d’entre eux considèrent qu’ils sont encore mal rémunérés par les services de streaming dont les commissions sont jugées trop faibles. Aux États-Unis, le Copyright Royalty Board (CRB), une institution qui régule les partenariats et royalties en matière de droits d’auteur avait rendu une décision il y a quelques mois, forçant Spotify, Google (YouTube Music), Amazon et Apple Music à augmenter de 44% la commission versée aux artistes.

Spotify, Google et Amazon s’allient pour contrer la hausse de rémunération des artistes, Apple fait exception

Spotify, Amazon, Google et Pandora ont interjeté appel de la décision des juges du CRB, manifestant ainsi leur hostilité à donner plus d’argent aux artistes. S’ils ont fait appel séparément, ces quatre acteurs ont publié une déclaration commune dans laquelle ils affirment que si « si la décision du CRB est maintenue, elle sera préjudiciable aux titulaires de licences de musique, mais aussi aux détenteurs de droits d’auteur ».

Apple en ce qui le concerne se désolidarise des autres services de streaming musical et est le seul acteur du secteur qui est disposé à augmenter la part de revenus reversée aux artistes, ce dont se félicite les organisations de compositeurs qui condamnent par la même occasion le quatuor hostile que forment ses principaux concurrents.

Alors que le bruit courrait il y a quelques jours que les principaux services de streaming allaient contre-attaquer en poursuivant les compositeurs, il s’avère finalement qu’il ne s’agit que d’un simple appel de la décision du CRB. Les titulaires de licence considèrent toutefois cette hostilité comme une déclaration de guerre.

Bart Herbison, directeur exécutif de la Nashville Songwriters Association International, cela est inadmissible sachant que « de nombreux auteurs-compositeurs ont eu du mal à rester dans le métier à l’ère de la musique en streaming ». Pour lui, il n’est pas possible de « nourrir une famille  lorsque vous gagnez des centaines de dollars pour des millions de flux ».

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Netflix envisage de revoir complètement son interface

Netflix pourrait changer entièrement son interface. D’après Reed Hastings, le PDG du groupe, le service de VOD pourrait à terme se rapprocher de la présentation d’un magazine. De même, l’interface devra pouvoir s’adapter aux habitudes des abonnés. On fait le point sur ce que mijote…