Radars de vitesse automatiques : l’intelligence artificielle bientôt à la rescousse pour éviter les erreurs

Maj. le 11 décembre 2019 à 17 h 51 min

Les radars automatiques seront bientôt épaulés par l’intelligence artificielle. L’objectif est de réduire les erreurs d’identification qui sont très courantes. Grâce au nouveau système baptisé IA Flash, le gouvernement veut en finir avec le nombre de PV injustifiés.

Radars : erreur d'indentification

Recevoir un PV pour excès de vitesse est loin d’être agréable. Ça l’est encore mois lorsqu’on ne se reproche aucune infraction. Pourtant, « chaque année, plusieurs milliers d’usagers reçoivent un avis de contravention du contrôle automatisé alors qu’ils n’ont pas commis l’infraction routière correspondante », écrit l’agence nationale de traitement automatisé des infractions (ANTAI) dans son rapport sur l’année 2018. Pour mettre fin aux erreurs d’identification, l’État peut désormais compter sur le renfort de l’IA.

Lire aussiRadars de vitesse : la chasse aux véhicules sans assurance est ouverte

Radars routiers : l’IA mise à contribution pour en finir avec les erreurs

Développé par des chercheurs français, le système IA Flash analyse la plaque d’immatriculation du véhicule flashé par le radar, identifie automatiquement la marque et le modèle grâce à des technologies de reconnaissance d’image. Ces informations sont ensuite comparées à celles du fichier des immatriculations. En cas de non-concordance, le PV n’est pas systématiquement envoyé. Le processus se déroulant en amont, il ne reviendra plus à l’automobiliste injustement verbalisé de justifier l’erreur en contestant son PV en ligne ou par courrier.

Quant aux raisons qui expliquent les erreurs courantes d’identification, l’ANTAI en évoque plusieurs, les principales étant l’usurpation de plaque, une erreur dans la confection des plaques, ou encore un dysfonctionnement de la chaîne de traitement. Désormais, l’IA sera en mesure de reconnaître facilement ce genre d’erreur. Par exemple, si elle identifie une Peugeot 208 sur la photo et que la plaque correspond à celle d’un propriétaire de Renault Clio dans la base de donnée des immatriculations, les services de l’État se garde de verbaliser l’automobiliste et mène une enquête afin de retrouver le véritable auteur de l’infraction commise.

Enfin, il est amusant de découvrir que la technologie employée par IA Flash est disponible en public. Vous pouvez donc effectuer des tests à votre bon vouloir en chargeant la photo d’une voiture, que ce soit la vôtre ou une photo trouvée sur Internet. L’IA alors plusieurs modèles avec le pourcentage de probabilité qu’il s’agisse du bon modèle. la page de test est disponible ici.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
BMW va intégrer Android Auto dans ses voitures des juillet 2020

Android Auto débarque enfin sur les voitures BMW : le constructeur vient d’annoncer mercredi 11 décembre 2019 que l’infotainment de Google propulsé par votre smartphone apparaitra sur tous les véhicules dotés de iDrive 7.0 et de Live Cockpit Professional. Vous…

Tesla Cybertruck : déjà 146 000 réservations, et alors ?

Jeudi dernier, Tesla a dévoilé son Cybertruck, un pick-up électrique au look futuriste profitant d’une autonomie de 800 km. Le prix du véhicule démarre à 39 900 dollars, et peut atteindre 69 900 en fonction du moteur. Des performances et…

Uber enregistrera bientôt vos conversations dans la voiture, voici pourquoi

Uber enregistrera bientôt vos conversations dans la voiture. L’entreprise de VTC veut accroître la sécurité des passagers et responsabiliser les conducteurs. Il sera possible de déclencher l’enregistrement via un nouveau bouton sur l’application mobile. Testée à partir de décembre 2019…