Linky : vous devrez payer un surcoût si vous refusez l’installation du compteur

 

Linky n'est pas obligatoire. Néanmoins, les Français qui refusent l'installation du compteur électrique connecté devront régler un surcoût afin de couvrir les frais générés par le relevé manuel par Enedis. La Commission de régulation de l'énergie s'est finalement mise d'accord sur le montant de ce surcoût. On vous explique tout. 

compteur Linky

Tous les Français sont libres de refuser l'installation du compteur Linky. Le gouvernement estime qu'un individu peut refuser l'accès de son domicile aux équipes d'Enedis qui souhaitent y installer le compteur électrique connecté.

Cependant, la législation française prévoit que le gestionnaire du réseau électrique puisse facturer des frais supplémentaires aux clients ayant refusé Linky. Ce surcoût vise à couvrir les frais engendrés par le relevé manuel des compteurs.

Lire également : les électrosensibles gagnent leur procès contre Linky et Enedis, condamné à “dépolluer l’électricité”

Voici le montant du surcoût si vous refusez l'installation de Linky dès 2023

Après avoir lancé une consultation sur ce thème, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a finalement décrété la mise en place d'un dispositif tarifaire applicable à tous les Français qui refusent d'accueillir Linky. Comme le souligne la Commission dans sa délibération du 24 février, ce surcoût vise à couvrir les frais «générés par ce comportement» et l'utilisation d'un compteur électrique d'ancienne génération.

Concrètement, les Français qui ferment la porte à Linky devront payer 8,30 euros tous les deux mois, soit 49,80 euros par an. La Commission estime qu'un paiement annuel n'est pas assez incitatif pour les clients. C'est pourquoi elle a opté pour un règlement bimestriel. Cette mesure va entrer en vigueur dès le 1er janvier 2023. Le prix pourrait être revu, à la hausse ou à la baisse, dès août prochain, précise le rapport de la Commission.

Attention, seuls les individus qui n'ont pas fourni leur index de consommation depuis 12 mois (soit depuis le 1er janvier 2022) devront régler ce surcoût dans un premier temps. Seuls 500 000 clients en France sont actuellement concernés par cette “mesure financière incitative”. Dès 2025, les frais s'appliqueront à l'entièreté des personnes toujours équipées d'un compteur traditionnel. Pour éviter ces frais, il suffit de demander la pose d'un équipement Linky.

“Enedis n’est actuellement pas en mesure de distinguer ceux qui ne sont pas équipés de compteur Linky de leur fait des autres.La période de déploiement diffus permettra à Enedis de s’assurer que tous les utilisateurs ne s’étant pas opposés à la pose d’un compteur Linky auront été équipés d’ici la fin de la période du déploiement diffus”, explique le rapport de la Commission.

Si vous n'avez pas de compteur Linky pour des raisons techniques rendant impossible son installation, vous ne devrez évidemment pas vous acquitter du surcoût. La Commission demande au gestionnaire de faire le point sur les Français privés de Linky par choix ou par contrainte d'ici 2024. “La CRE considère que l’ensemble des clients qui empêcheraient encore la pose d’un compteur Linky durant cette phase de déploiement diffus doivent supporter les surcoûts générés”, souligne la délibération.

26 millions d'euros annuels générés par les récalcitrants de Linky, assure Enedis

Entre 2022 et 2024, les récalcitrants du compteur devraient générer des frais annuels de 26 millions d'euros pour Enedis. Ces frais sont notamment liés à l'envoi de notifications destinées à réclamer l'index de consommation, à proposer la pose du compter connecté, ou aux tentatives d'installation. Enedis annonce aussi des “coûts liés aux travaux sur le système d’information” aux clients.

La Commission de régulation de l'énergie souligne que la plupart des foyers français sont déjà équipés d'un compteur Linky. “Le déploiement massif du compteur Linky touche à sa fin, plus de 90% des clients d’Enedis en étant équipés au 31 décembre 2021”, explique la Commission sur son site web officiel.

Malgré le retard engendré par la crise sanitaire, Enedis est parvenu à raccrocher les wagons dès le second semestre de l'an dernier. Dans son rapport, l'autorité de régulation de l'énergie demande au gestionnaire de poursuivre le déploiement de la manière la plus souple et la plus efficace possible.

Seuls 3,8 millions de Français sont toujours dépourvus de Linky, soit 10% de la population. Ces récalcitrants craignent notamment le compteur connecté d'Enedis ne fasse gonfler leur facture électrique, qu'il soit nocif pour les personnes électrosensibles et qu'il présente des risques d'incendie.

Que pensez-vous des mesures décrétées par la Commission de régulation ? Allez-vous accepter la pose du compteur suite aux frais qui arrivent ? On attend votre avis dans les commentaires ci-dessous.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !