Les pirates russes s’attaquent au Parlement européen suite à un vote anti-Kremlin

 

Des pirates russes n’ont pas apprécié que l’Union européenne cherche à isoler leur pays. En effet, le Parlement européen a subi une cyberattaque de type DDOS sur son site Internet, peu de temps après qu’un vote anti-Kremlin ait eu lieu auprès des députés. Le collectif Killnet, de plus en présent médiatiquement, a revendiqué l’opération.

union europenne

Ce mercredi 23 novembre, un vote important a eu lieu au sein du Parlement européen. Le texte présenté devant les députés appelle à « isoler davantage la Russie sur le plan international, notamment en ce qui concerne l’adhésion de la Russie à des organisations et organes internationaux tels que le Conseil de sécurité des Nations unies ». Le projet est bien entendu en réponse au conflit qui oppose le Kremlin et l’Ukraine, mais également contre les menaces à répétition de ce dernier à l’encontre des États membres.

Alors que les eurodéputés ont voulu condamner l’agressivité de la Russie envers les Nations Unies, un collectif de pirates leur a, ironiquement, donné du grain à moudre. En effet, peu de temps après que le Parlement a officiellement qualifié le pays de « promoteur du terrorisme », le site officiel de l’institution a subi une vaste attaque DDoS, le rendant temporairement inaccessible. Quelques heures plus tard, l’attaque a été revendiquée par le groupe de pirates russes Killnet, a précisé Roberta Metsola, présidente du Parlement européen.

Sur le même sujet : La Russie a piraté un réseau satellite pour couper Internet en Europe, Starlink a résisté à la cyberattaque

Le Parlement européen victime d’une cyberattaque russe

Ce n’est pas la première fois que Killnet fait parler de lui en s’en prenant aux institutions européennes. En début d’année, le groupe a notamment attaqué le site du Parlement italien, de l’armée et de l’Institut national de la santé, jusqu’à même attiré l’attention d’Anonymous, qui lui déclare ouvertement la guerre au mois de mai. Certaines organisations, notamment aéronautiques, ont également été victimes des agissements de Killnet.

En réaction à l’attaque, l’eurodéputé Raphaël Glucksmann a répliqué que le « régime [russe] est une menace sur la sécurité collective européenne ». Le texte approuvé par le Parlement prévoit entre autres que « les contacts de l’UE avec les représentants officiels russes doivent être limités au strict minimum et les institutions affiliées à l’État russe dans l’UE qui diffusent de la propagande dans le monde doivent être fermées et interdites. »



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !