La Russie accuse Google de propager des fake news et inflige une nouvelle amende

 

Google a été condamné ce jeudi 21 avril 2022 à une amende de 11 millions de roubles, soit 126 000 €, par un tribunal russe. Il est reproché au géant américain de ne pas avoir procédé à la suppression de plusieurs contenus jugés “illégaux” en lien avec le conflit ukrainien sur ses différents services, YouTube en tête. 

google amende russie
Crédits : Pixabay

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les autorités russes font la chasse aux contenus disponibles sur la toile qui diffèrent du discours officiel du Kremlin. Voilà pourquoi la Russie a menacé Wikipédia de blocage dans le pays si l'encyclopédie en ligne ne supprimait pas des “informations” jugées inexactes sur le conflit.

Même procédure concernant YouTube, la plateforme étant accusée par le Kremlin de diffuser des vidéos qui contredisent son discours sur la guerre en Ukraine. Ce n'est pas le seul service de Google à avoir fait les frais de la censure russe, puisque Google News a été banni du territoire pour diffusion d'informations “peu fiables” sur l'invasion.

À lire également : La Russie bannit Facebook et Instagram, jugés « extrémistes » par le Kremlin

Google condamnée à une nouvelle amende par la Russie

Or, nous apprenons ce jeudi 21 avril 2022 que la Russie a décide de mettre ses menaces à exécution concernant Google. Dans deux plaintes déposées par la Roskomnadzor, le gendarme des télécoms russes, la firme américaine est accusée ne pas avoir fait disparaître des contenus jugées illégaux de ses services. Selon le tribunal de Tagansky à Moscou, Google a donc été reconnu coupable dans ses deux affaires d'infractions administratives et a été condamné à des amendes respectives de 4 et 7 millions de roubles, soit à peu près 126 000 euros. 

Les plaintes concernent notamment la publication sur YouTube d'une vidéo d'une conversation téléphonique supposée entre des militaires russes et leurs proches dans lesquels ils décrivent les pertes massives dans les rangs russes. Une autre vidéo du groupe radical ukrainien Pravy Sektor était également dans la ligne de mire de la Roskomnadzor.

Quoi qu'il en soit, cette décision de justice contre Google n'est pas étonnante. En mars 2022, la Roskomnadzor avait taxé Google et YouTube “d'activités terroristes” au même titre que Facebook d'ailleurs. Cette déclaration présageait des sanctions juridiques à venir contre le géant américain. Notez qu'en août 2021, Google a déjà été condamné à une lourde amende pour la non suppression de contenus “interdits”, cette fois-ci relatifs à la gestion de la pandémie par le pays.

Source : 20 minutes



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !