La Russie bannit Google News pour diffusion d’informations « peu fiables » sur la guerre en Ukraine

 

Le régulateur russe des communications a bloqué Google News d'Alphabet, l'accusant d'avoir permis l'accès à ce qu'il appelle des documents falsifiés sur « l'opération militaire du pays » en Ukraine.

Google News
Crédit : Unsplash

Google News (ou Google Actualités) est la dernière victime de la censure du Kremlin. Le gouvernement russe avait déjà décidé de bannir Facebook et Instagram à cause de leurs « activités extrémistes » après que les réseaux ont autorisé leurs utilisateurs à publier des messages incitant à la violence contre le président russe Vladimir Poutine et les troupes que Moscou a envoyées en Ukraine, c’est au tour de Google News d’être bloqué dans le pays.

En effet, le régulateur des télécommunications du pays, Roskomnadzor, a bloqué Google News après avoir accusé le service d’informations du géant américain de donner accès à de “fausses” informations sur l'offensive de la Russie en Ukraine. Selon l’organisme, le service d'information en ligne « a donné accès à de nombreuses publications et documents contenant de fausses informations (…) sur le déroulement de l'opération militaire spéciale sur le territoire ukrainien ». Roskomnadzor a d’ailleurs rappelé que le droit russe prévoit une responsabilité pénale pour avoir sciemment diffusé de fausses informations sur les forces armées du pays.

La Russie bloque petit à petit tous les médias étrangers de son pays

Alors que des réseaux sociaux comme TikTok ont eux-mêmes décidé de quitter la Russie puisque les utilisateurs risquent la prison s’ils diffusent des informations sur le média, d’autres géants comme Netflix ont également décidé de bloquer leur service de streaming en Russie en réaction à la guerre en Ukraine.

Grâce au retrait de tous les principaux acteurs du marché dans le pays, la Russie réussit à contrôler une importante partie des informations qui circulent sur son territoire, mais certains hackers parviennent tant bien que mal à diffuser la vérité sur le conflit. C’est par exemple le cas d’Anonymous, qui a réussi à pirater les chaînes TV russes pour diffuser des images de la guerre en Ukraine. Après s’être attaqué à diverses parties du gouvernement ainsi qu’aux services secrets russes, le groupe de pirates informatiques a récemment hacké des imprimantes pour diffuser des messages anti-Poutine.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !