Huawei aurait dissimulé son contrôle d’une entreprise iranienne, Skycom, dans le but de contourner les sanctions internationales contre l’Iran. Des documents dévoilés par Reuters semblent montrer que Skycom est en réalité une filiale de Huawei. Le constructeur assure pourtant l’avoir vendu il y a 10 ans.

Huawei
Page d’accueil du site français de Huawei / Phonandroid

Les liens entre Huawei et l’Iran sont au cœur de plusieurs documents révélés par l’agence de presse Reuters. Les documents en question affirment que Huawei a gardé le contrôle sur l’une de ses ex-filiales iraniennes que la firme dit avoir cédé il y a 10 ans. Reuters affirme que Huawei a pourtant continué d’exercer son contrôle sur Skycom, en fermant par exemple ses bureaux à Téhéran. Et que la firme a organisé la poursuite de ses activité dans le pays au mépris des sanctions internationales.

« L’un des documents décrit comment Huawei a tenté de brouiller les pistes en 2013 pour tenter de se ‘séparer’ de Skycom, par souci des sanctions commerciales visant Téhéran. A cette fin, ce document ainsi que d’autres montrent que Huawei a ordonné une série d’actions – dont le remplacement de cadres de Skycom, la fermeture des bureaux de Skycom à Téhéran et l’établissement d’une autre firme en Iran pour prendre le relai de l’équivalent de plusieurs dizaines de millions de dollars de contrats Skycom », révèle Reuters dans sa dépêche.

Huawei a bien eu des parts dans Skycom, mais la firme les a officiellement cédées. Or, ces preuves de contrôle sur Skycom contredisent la position de Huawei. La firme martèle en effet que Skycom, qui a entre-temps été dissout en 2017, n’était qu’un partenaire commercial local parmi d’autres. Ce nouvel élément pourrait n’être que le dernier des soucis pour Huawei, déjà meurtri par des sanctions commerciales très lourdes – si il n’avait pas de conséquence pour la fille du fondateur de Huawei, Meng Wanzhou, détenue au Canada.

Lire également : Huawei – Mediatek ne peut plus lui vendre de puces 5G à cause des sanctions

Celle-ci est en effet soupçonnée d’avoir activement mis en place cette stratégie de contournement des sanctions internationales en Iran. Elle est sous la menace d’une extradition vers les Etats-Unis qui lui reprochent en plus de cela plusieurs chefs d’accusation, dont la fraude bancaire. Celle-ci étant elle-même la conséquence de l’entreprise de dissimulation supposée qu’elle aurait mise en place.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei aurait baptisé son prochain smartphone pliable « Mate V »

Huawei vient de déposer la marque « Mate V » auprès du bureau européen de la propriété intellectuelle (EUIPO). Tout indique qu’il s’agit du nom probable du prochain smartphone pliable du constructeur. Huawei a déposé le 3 juin 2020 un nouveau nom…