Google : le géant américain n’aurait payé que 20,5 millions d’euros d’impôts en France en 2020

 

Même si Google est une des entreprises les plus puissantes du monde, celle-ci n’aurait payé que 20,5 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices en France au cours de l’année précédente, comme le dévoilent nos confrères de Capital.

Google
Crédit : Unsplash

Avec seulement 20,5 millions d’impôts en France sur l’année 2020, on peut dire que Google s’en sort très bien en matière d’optimisation fiscale. En effet, ce serait 10 fois moins que le montant que Google devrait payer s’il déclarait au fisc français ses revenus effectivement générés dans notre pays.

Comme vous le savez probablement, Google a installé son siège européen en Irlande, et ne déclare la majorité de ses profits que dans ce pays. Par conséquent, l’entreprise profiterait du système fiscal avantageux irlandais, comme c’est aussi le cas d’Apple ou Amazon.

Google n’a déclaré que 576 millions d’euros de chiffre d’affaires en France en 2020

Plutôt que de déclarer l’intégralité de son chiffre d’affaires en France en 2020, Google n’aurait déclaré que 576 millions d’euros, ce qui correspondrait seulement aux services rendus par la filiale française aux autres entités du groupe. En réalité, selon Capital, Google aurait réalisé autour de 4,5 milliards d’euros de chiffres d’affaires dans l’Hexagone en 2020, notamment grâce aux publicités et à son service Search.

Google n’est pas la seule entreprise à profiter de la situation avantageuse de l’Irlande, puisque d’autres géants comme Amazon ou Apple sont également basés dans ce pays. La marque à la pomme était d’ailleurs récemment condamnée à verser une amende record de 13 milliards d’euros, car l'institution européenne lui reprochait de gérer l'ensemble de ses opérations en Europe, en Afrique, en Inde et au Moyen-Orient depuis l'Irlande.

L’Europe aurait enfin trouvé une solution pour faire passer à la caisse les géants du numérique. En effet, les sept pays les plus riches du monde, dont la France et les États-Unis, seraient parvenus à un accord historique lors du sommet du G7 en juin dernier. Les ministres de finances se sont entendus sur la mise en place d'un taux global plancher d'au moins 15% sur l'imposition des sociétés. Il faudra donc encore patienter un peu avant de voir Google, Amazon et Apple privés d’optimisation fiscale en Europe.

Source : Capital



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !