Google affirme qu’il paiera la nouvelle taxe sur le chiffre d’affaires des GAFAM en France

Google a affirmé qu’il paiera toute nouvelle taxe sur le chiffre d’affaires des GAFAM en France ou en Europe, alors que le ministre de l’Economie Bruno le Maire a fait savoir que la France introduirait une taxe sur les géants du numérique dès 2019. Selon de nombreux experts, le chiffre d’affaires déclaré par Google en France est très éloigné de ce que l’entreprise génère effectivement dans l’hexagone.

taxe google

« Google paiera s’il y a une taxe sur le chiffre d’affaires qui est mise en place en France ou dans l’Union européenne », a déclaré Sébastien Missoffe, directeur général de Google France, selon nos confrères du Parisien. Des mots prononcés devant l’Association des journalistes économiques et financiers et qui font échos aux propos du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Le ministre propose en effet depuis quelques mois de taxer les GAFAM partout en Europe, sur leur chiffre d’affaires réalisé dans chaque pays. Il a d’ailleurs fait savoir que la France introduirait une telle taxe dès 2019 si les discussions en cours à Bruxelles n’aboutissent pas.

Google accepte de payer une nouvelle taxe en France

A l’origine, le taux proposé par la Commission Européenne pour cette taxe était de 3% du chiffre d’affaires. Mais les négociations ne sont pas terminées et la mise en oeuvre de cette taxe au niveau supranational ne devrait pas intervenir avant 2021. Outre la France ou l’Europe, il faut souligner qu’un dispositif similaire est en cours de discussion au sein de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui rassemble la plupart des pays développés.

Lire aussi : Plus de 70% des députés ne maîtrisent pas le numérique

Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft (que l’on rassemble sous l’acronyme GAFAM pour faire plus court), ont bâti un empire planétaire – tout en pratiquant des pratiques d’optimisations fiscales leur permettant de payer le moins d’impôts possible dans les pays où ils vendent leurs produits et services ou génèrent de la valeur. Alphabet, la maison-mère de Google, par exemple, a recours à la technique dite du « sandwich néerlandais » ou « double Irish » : les prestations sont facturées depuis une filiale en Irlande, puis sont transférés à une filiale sans employé aux Pays-Bas avant d’être transférés vers une boîte aux lettres aux Bermudes possédée par une autre entreprise basée en Irlande.

Le résultat, c’est que ces prestations échappent pratiquement intégralement à l’impôt. Ainsi, Google ne déclare en France que 325 millions d’euros de chiffre d’affaires, sur lesquels elle a payé 14 millions d’euros de taxes. Des chiffres particulièrement bas selon des experts cités par Le Parisien qui tablent plutôt sur un chiffre d’affaires généré en France de 2 milliards d’euros.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Spotify : le salaire des employés est de 117 000 euros par an en moyenne

Un employé chez Spotify gagne un salaire moyen de 117 000 euros par an. D’après une étude, les salaires ont explosé depuis la création du service de streaming. Sans surprise, les employés du groupe suédois ont nettement profité de la croissance fulgurante de la firme depuis 2009.  D’après une…

Huawei surpasse à nouveau Apple au premier trimestre 2019

Huawei vient une nouvelle fois de dépasser Apple. Pour le 3ème trimestre non consécutif,  le constructeur chinois s’impose comme le numéro 2 mondial du marché, juste derrière Samsung. La firme profite du net recul des ventes d’iPhone pour s’installer confortablement à la seconde…

Samsung va lancer sa propre cryptomonnaie, le Samsung Coin

Samsung travaillerait actuellement sur sa propre cryptomonnaie, le Samsung Coin. D’après un cadre de la firme, le constructeur sud-coréen ambitionnerait même de lancer sa propre Blockchain basée sur Ethereum. Nos confrères de CoinDesk Korea ont eu l’occasion de s’entretenir avec un…

Samsung annonce une baisse de 60% de ses bénéfices

Samsung publie ses résultats attendus pour le premier trimestre 2019, et il n’y a pas de quoi se réjouir. Le groupe sud-coréen estime que ses revenus ont baissé de 14% et ses bénéfices de 60% par rapport à la même…