Facebook, Instagram, Twitter : pourquoi les likes nuisent à votre cerveau

Maj. le 19 avril 2019 à 18 h 33 min

Les likes sur Facebook, Instagram et Twitter ont un effet négatif sur votre cerveau, estiment plusieurs experts. C’est à cause de ces « j’aime » que de nombreux internautes sont devenus dépendants des réseaux sociaux. En réaction, certains organismes souhaitent bannir les likes d’internet. 

facebook twitter instagram likes nuisent cerveau

Il y a quelques jours, Jack Dorsey, le PDG de Twitter, s’est lancé dans une véritable diatribe contre les likes, rapportent nos confrères de TechCrunch. « Si je devais tout recommencer, je ne mettrais pas autant en avant le nombre de followers ou de likes. En fait, je pense que je n’ajouterais pas les like tout simplement » explique le fondateur du réseau social. Le dirigeant estime qu’à cause des likes les internautes se concentrent plus sur la popularité de leurs publications que sur leurs interactions.

Lire aussi : Twitter va bientôt permettre de cacher les réponses aux tweets

Les likes sur Facebook, Twitter et Instagram rendent les internautes dépendants

Jack Dorsey n’est pas le seul à conspuer la dictature des likes, rapportent nos confrères de Korii. D’après Sean Parker, ancien président de Facebook, le système des likes tire sciemment ses forces « des faiblesses des êtres humains ». Selon lui, les créateurs de Facebook ont mis en place les likes pour pousser les internautes à revenir régulièrement sur le réseau social, rapporte The Verge. En d’autres termes, Facebook offre une « récompense » psychologique instantanée à chaque photo ou publication. « Dieu seul sait ce que ça fait au cerveau de nos enfants » regrette Parker.

Lire aussi : Facebook, Snapchat et Instagram sont en train de détruire nos vies

Comme le souligne Korii, chaque like déclenche un shot de dopamine dans le cerveau des internautes. Pour rappel, la dopamine est un neurotransmetteur qui joue un rôle très important dans le contrôle de l’humeur. Cette réaction chimique serait responsable de vos élans de joie et de vos désirs. Sans surprise, la dopamine joue aussi un rôle clef dans le processus qui mène à l’addiction. Certains chercheurs en neurologie appellent ça le circuit cérébral de la récompense.

La fin des likes sur les réseaux sociaux ?

Conscient de l’impact des likes sur le cerveau des internautes, surtout des plus jeunes, l’Information Commissioner’s Office (ICO), un organisme anglais dédié à la protection des données, a remis un vaste rapport au parlement britannique. « Les boucles de récompenses ou les techniques de renforcement positif peuvent inciter ou encourager les utilisateurs à rester activement engagés sur un réseau social, ce qui permet au service de collecter davantage de données personnelles » accuse l’organisme. Dans son rapport, l’ICO souhaite que Facebook et les autres plateformes banissent les likes pour usagers de moins de 18 ans.

Lire aussi : Snapchat, WhatsApp, Instagram, Facebook : comment les ados utilisent les réseaux sociaux ?

Certains réseaux sociaux envisagent déjà d’accorder moins de place et d’importance aux likes. C’est le cas d’Instagram. Depuis quelques jours, la plateforme cache le nombre de likes sous une publication pour certains utilisateurs. On y aperçoit simplement « Aimé par X et d’autres ». « Les abonnés se concentrent ainsi sur ce que vous partagez, et non sur le nombre de mentions de vos posts » explique Instagram à The Verge. Que pensez-vous des likes ? Les réseaux sociaux seront-ils moins néfastes sans eux ? On attend votre avis dans les commentaires.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Snapchat : pour concurrencer TikTok, la musique arrive dans les Snaps

Snapchat teste une nouvelle fonctionnalité inspirée de TikTok alors que l’application chinoise est sous la menace d’un blocage aux États-Unis après avoir été bannie en Inde. C’est dans ce contexte que Snapchat a annoncé l’arrivée d’une fonctionnalité chère à son…