Facebook accuse Apple de réserver la protection de la vie privée aux riches

Le nouveau vice-président de Facebook en charge de la communication, Nick Clegg, a une nouvelle fois visé Apple – sans jamais nommer la firme – autour de la protection de la vie privée. Le responsable, ex-politique britannique, semble vouloir souligner que Apple, qui se pose en chevalier blanc de la vie privée, ne fait pas vraiment dans le social. Tout le contraire de Facebook, qui est gratuit, et que tout le monde peut rejoindre sans condition de revenus. Une manière de présenter les choses assez paradoxale puisque l’ancien dirigeant des Libéraux-démocrates britannique semble dire, en creux, que la gratuité autorise Facebook à se jouer de la protection des données de ses utilisateurs.

Monétisation Facebook

Le vice-président de Facebook en charge de la communication, Nick Clegg, s’est autorisé un nouveau commentaire visant, sans le nommer, Apple. Interrogé par un journaliste, le responsable a opposé Facebook, en marge d’un événement organisé à Berlin, aux « autres grandes entreprises tech » sur la question de la vie privée et du modèle économique financé par la publicité du réseau social. Il estime que « les autres » ne font que vendre des services et du matériel très cher.

Lire également : Vie privée – Apple jugé moins bon que Microsoft, Facebook et Amazon parmi les pires entreprises

Facebook tacle Apple sur la vie privée : « c’est un club fermé pour ceux qui en ont les moyens »

« Facebook est gratuit – et ouvert à tous », commence Nick Clegg, avant d’ajouter que « d’autres grandes entreprises de la tech font de l’argent en vendant du matériel ou des services sur abonnement, ou dans certains cas les deux, à des consommateurs situés dans les économies les plus riches et développées. Ils sont un club fermé, que seuls les aspirants consommateurs qui peuvent se permettre d’acheter du matériel et des services chers peuvent rejoindre ».

Nick Clegg poursuit en soulignant que 2 milliards d’utilisateurs ont un compte Facebook« Il n’y a pas d’exclusivité chez Facebook. Pas d’accès VIP. Pas de classe Business. Nous services sont autant accessibles à des étudiants au Guatemala qu’à des fermiers de bétail dans le Midwest des Etats-Unis, travailleurs administratifs à Mumbai, startups tech à Nairobi ou des conducteurs de taxi à Berlin. Plus de 2 milliards de personnes utilisent nos plateformes, parce qu’ils le peuvent ».

Un argumentaire que d’aucuns trouveront étonnant. Car Nick Clegg ne répond pas, sur le fond, aux reproches qui sont faits au modèle économique de Facebook (qui incite le réseau social à trouver des façons toujours plus créatives d’augmenter le temps passé sur la plateforme, le nombre de données récoltées, et le ciblage des publicités). Pire : il n’attaque la concurrence que sur la forme – notamment le coût d’entrée dans l’écosystème Apple – alors qu’il y a peut-être des choses à dire sur la manière dont la firme à la pomme collecte et utilise également les données de ses utilisateurs.

Facebook a choisi d’être représenté par un homme politique

Ceux qui suivent depuis plusieurs années la politique britannique (on ne vous en voudra pas si ce n’est pas votre cas) savent que Nick Clegg, le nouveau vice-président en charge de la communication chez Facebook, est très loin d’être un inconnu. L’homme a en effet été vice-premier ministre du Gouvernement Cameron I de 2010 à 2015 suite à une percée historique de son parti LibDem.

Lire aussi : Facebook est prêt à payer pour pouvoir vous espionner

Avant que son parti ne finisse par perdre le soutient des électeurs lors des élections générales de 2017 post Brexit – date à laquelle il a fini par mettre un terme à sa carrière politique et accepter le poste de VP en charge de la communication chez Facebook. Un ex-ministre, ex-politique, qui semble ainsi faire exactement ce que l’on attend de lui : de la politique. Toute la question est de savoir si son action chez Facebook connaîtra un meilleur sort que sa carrière à la chambre des Communes.

Source : Business Insider



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Les matchs de la ligue 1 Uber Eats diffusés sur Facebook

La toute nouvelle chaîne du football français Téléfoot devrait être distribuée par le réseau social de Mark Zuckerberg, si l’on en croit nos confrères de l’Équipe. La chaîne — qui appartient à Mediapro, le groupe audiovisuel espagnol diffuseur historique de…

Facebook teste les pages sans bouton « j’aime »

Facebook teste une nouvelle version de ses pages publiques sur mobile. Ainsi, le bouton « j’aime » disparaît pour mettre en évidence le nombre de followers, s’inspirant de ce qui se fait sur Twitter. Cependant, cela ne signe pas pour autant la…

Facebook censure des pubs de Donald Trump contenant un symbole nazi

Facebook a finalement décidé de censurer Donald Trump. Le réseau social a en effet supprimé plusieurs publicités de campagne contenant un symbole utilisé par les nazis pour désigner les prisonniers politiques de gauche dans les camps de concentration : le triangle rouge inversé.  Facebook suit finalement…

Facebook intègre Wikipédia pour lutter contre les fake news

Facebook teste en ce moment l’intégration de Wikipédia au moteur de recherche du réseau social. Des infos issues de l’encyclopédie collaborative s’affichent lors de certaines recherches sur des sujets sensibles, visiblement dans le but de lutter contre les fake news…

Instagram teste l’intégration de Facebook Messenger dans sa messagerie

Instagram mène son premier test public grandeur nature pour unifier sa messagerie avec Facebook Messenger. Plusieurs utilisateurs rapportent depuis plusieurs heures qu’une nouvelle option s’affiche dans leur application. Plusieurs utilisateurs rapportent depuis quelques heures l’apparition d’une nouvelle option dans Instagram….

Facebook refuse toujours de modérer les posts de Donald Trump

Facebook refuse toujours de modérer les publications controversées de Donald Trump. Malgré la démission de plusieurs cadres, la défection de Talkspace et la pression exercée par des centaines d’employés, Mark Zuckerberg ne s’alignera pas sur l’exemple de Twitter. Le fondateur…