Démarchage téléphonique abusif : le plan d’attaque de l’Arcep entre en vigueur ce 1er août

L’Arcep s’attaque au démarchage téléphonique abusif avec de nouvelles mesures qui entrent en vigueur le 1er août 2019. Le gendarme des télécoms part en guerre contre les centres d’appels et les entreprises qui ont recours à des pratiques hors-normes comme l’utilisation de numéros trompeurs pour augmenter leurs taux de réponse.

Démarchage téléphonique

Accueilli avec enthousiasme à son lancement en 2016, Bloctel est finalement loin d’être aussi efficace qu’on pouvait l’espérer. Des progrès ont certes été constatés, mais de nombreux Français continuent d’être ennuyés par le démarchage téléphonique. Pire, des astuces sont souvent utilisées par certains centres d’appels et entreprises, généralement des sociétés offshore, pour optimiser leur taux de réponse. L’Arcep a décidé d’enrayer ces pratiques avec des mesures restrictives qui entrent en vigueur ce jeudi 1er août 2019.

L’Arcep part en guerre contre le démarchage téléphonique abusif

Pour les entreprises adeptes du marketing téléphonique, la diminution de la joignabilité des clients ou des prospects est problématique. Afin d’améliorer leur taux de réponse, certaines sociétés n’hésitent pas à employer des méthodes trompeuses comme l’utilisation de numéros de proximité (numéros régionaux) pour favoriser le taux de décrochage. Les nouvelles mesures de l’Arcep empêchent désormais ces entreprises de faire apparaître des numéros qui ne sont pas les leurs ou qui ne permettent pas d’être rappelé.

Ainsi, pour contrer la plupart des centres d’appels offshore, l’Arcep a décrété que « pour tout appel et message provenant de l’international, il est interdit d’utiliser un numéro géographique (01 à 05) ou polyvalent (09) », comme l’explique Les Échos. Les opérateurs télécoms ont désormais l’obligation d’interrompre systématiquement les appels qui ne respecteraient pas ces règles.

Lire égalementOn vous harcèle au téléphone pour de l’isolation à 1 € ? C’est une arnaque

Le plan de l’Arcep comprend une autre mesure qui concerne « les systèmes automatisés qui émettant plus d’appels ou de messages qu’ils n’en reçoivent. Ceux-ci ne pourront plus utiliser des numéros mobiles (06-07) comme identifiant ». Ce faisant, l’Arcep compte réduire le démarchage téléphonique abusif en empêchant les acteurs d’usurper leur identifiant d’appelant, ce qui permettra de les identifier plus facilement.

Source : Les Echos

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Windows 10 va relancer automatiquement vos applications au redémarrage

Windows 10 20H1, la première mise à jour majeure de 2020 va introduire une nouvelle fonctionnalité intéressante. Elle permettra de relancer automatiquement les applications en cours d’utilisation avant l’extinction ou le redémarrage du PC. Microsoft vient de publier la Build…

Grâce à Google, votre smartphone va traduire le langage des signes

Grâce à Google, votre smartphone sera bientôt capable de traduire le langage des signes via sa caméra. Les ingénieurs de la firme américaine travaillent en effet actuellement sur une intelligence artificielle en mesure de comprendre les gestes d’une main humaine….

NordVPN : des faux sites propagent un dangereux malware bancaire

Des pirates profitent de la popularité de NordVPN pour diffuser Win32.Bolik.2, un malware bancaire sur l’ordinateur de leurs victimes. Des faux sites, imitant à la perfection l’interface de celui de NordVPN, propagent en effet des versions vérolées du célèbre VPN. Une…

Impots.gouv : environ 2000 comptes victimes d’un piratage

Les comptes impots.gouv d’environ 2000 administrés ont subi un piratage : des pirates sont parvenus à accéder aux déclarations d’impôts et les modifier. Les agents de Bercy affirment avoir néanmoins pu reprendre rapidement le contrôle de la situation et avertir…

IPTV : l’ALPA demande à Google de déréférencer une série de sites web

L’IPTV continue d’inquiéter les ayants droit et divers organismes de défense de leurs intérêts. L’ALPA, l’association de lutte contre la piraterie audiovisuelle veut nuire à la visibilité des fournisseurs de services d’abonnement qui permettent aux utilisateurs d’accéder à des milliers…