Bing : le moteur de recherche de Microsoft accusé de promouvoir la pédopornographie

Bing facilite l’accès aux contenus pédopornographiques. C’est ce que révèle une enquête du site américain Techcrunch qui montre comment, jusqu’à très récemment, le moteur de recherche de Microsoft mettait en avant des images de pornographie infantile. Il suggérait également des requêtes menant droit vers ce type de contenu.

bing

Rechercher en ligne des contenus liés à la pornographie infantile est illégal et les moteurs de recherche sont censés filtrer leurs résultats de sorte à ne laisser apparaître aucun contenu qui s’y rapporte, ni même des liens qui redirigeraient vers des sites diffusant ce genre de contenu. Pourtant, Bing semble avoir pendant longtemps présenté des failles dans ce domaine.

Comment Bing a facilité l’accès à la pornographie infantile sur le web

Après avoir été contacté par un internaute anonyme qui pointait du doigt les failles dans le moteur Bing, le site américain Techcrunch a commandé une enquête à AntiToxin, une startup de sécurité en ligne qui est notamment spécialisée dans les systèmes visant à protéger les enfants des prédateurs sexuels. Il ressort du rapport que les mots-clés liés à la recherche de contenus pédopornographiques affichaient clairement des résultats illégaux sur Bing qui serait utilisé par environ 20% des Français selon Microsoft.

De nombreux termes de recherche permettaient d’accéder à des images d’exploitation illégale d’enfants. Et même les internautes qui ne recherchaient pas ce genre d’images recevaient des suggestions afférentes lorsqu’elles commençaient à saisir certains mots-clés.

AntiToxin a notamment orienté son enquête vers des mots-clés liés à Omegle, un réseau social dédié aux échanges vidéo entre personnes inconnues choisies de manière aléatoire. La société a remarqué que Bing pouvait parfois suggérer des termes menant tout droit à des contenus pédopornographiques. Un internaute qui tape par exemple « omegle kids » (omegle enfants), se voyait suggérer un mot-clé comme « omegle kids girls 13 » (omegle filles 13 ans) qui, une fois saisi dans le moteur de recherche, conduisait à des nombreuses images de pornographie infantile.

TechCrunch affirme que l’enquête a été menée sur une période d’environ une semaine entre le 30 décembre 2018 et le 7 janvier 2019. Après avoir été mis au courant des résultats du rapport, Bing s’est attelé à corriger son système pour nettoyer ses résultats de recherche. Mais il semble, d’après Techcrunch, que le filtrage laisse encore passer de nombreux contenus prohibés. Le site déconseille fortement aux internautes de tester ces recherches, un acte qui serait illégal.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Firefox 66 est disponible : les nouveautés et comment le télécharger

Firefox 66 est désormais disponible au téléchargement. Cette nouvelle version permet notamment de bloquer automatiquement l’autoplay des vidéos, comme Google Chrome le fait déjà. On fait le tour ensemble sur les nouveautés proposées par Mozilla.  Près de deux mois après…

YouTube alerte les internautes en cas de fake news

YouTube vient d’annoncer une fonctionnalité visant à lutter contre les fake news. L’application analysera désormais toutes les recherches effectuées par les internautes. Lorsqu’un utilisateur saisit un terme ou une expression ayant rapport à des sujets particuliers, un panneau d’information s’affichera…

Google teste des publicités shopping dans Google Images

Google est en train de tester des pubicités shopping directement intégrées à Google Images. Concrètement, la fonctionnalité, inspirée d’Instragram et de Pinterest, affiche des bulles cliquables sur les éléments que l’on voit sur certaines images – par exemple des meubles…