Avec Hands Free, Google veut révolutionner le paiement mobile

Maj. le 23 octobre 2017 à 19 h 14 min

Le paiement mobile est sans aucun doute l’avenir du commerce. Si en France le phénomène a du mal à séduire, dans d’autres pays il est perçu comme le futur et il est même déjà bien en place. Google a dévoilé Android Pay l’année dernière mais il ne compte pas s’arrêter là. Avec Hands Free, il compte révolutionner le genre.

google hands free

Depuis l’annonce d’Apple Pay, le système de paiement mobile de la firme de Cupertino, les concurrents se sont intéressés au phénomène. On a alors vu débarquer Samsung Pay ou encore Android Pay.

Le principe de ces moyens de paiement est simple : l’utilisateur, au lieu de sortir son portefeuille, sa carte et de saisir un code, va simplement apposé son smartphone sur le terminal de paiement compatible. Pour la sécurité, il pourra profiter du lecteur d’empreintes de son smartphone ou utiliser là encore la saisie d’un code.

Ce processus, Google le trouve déjà un peu long, et il est actuellement en train de tester un nouveau moyen de paiement mobile, séparé d’Android Pay, baptisé Hands Free. Le but de ce service : payer sans avoir à sortir son smartphone.

Car Google s’est aperçu que certains utilisateurs n’avaient pas forcément les mains libres pour sortir un moyen de paiement au moment de passer en caisse. Certains par exemple peuvent être en train de porter un enfant et sortir un moyen de paiement devient plus compliqué. Bon c’est aussi une technologie pour les plus paresseux.

paiement cash

Le fonctionnement de Hands Free est extrêmement simple. Le bluetooth et le Wifi doivent être activés pour pouvoir utiliser le service. L’énergie du bluetooth combinée aux services de localisation fournis par le Wifi préparent le smartphone au paiement en communicant avec des beacons (ces petits capteurs qui vont révolutionner le commerce) installés sur les terminaux de paiement.

Ensuite, pour procéder au paiement, l’utilisateur n’aura qu’à prononcer les mots suivants : « Paying with Google » (payer avec Google). Le commerçant va alors pouvoir vérifier quelques éléments comme la photo et les initiales de l’utilisateur. Après validation, l’utilisateur reçoit une notification de confirmation de paiement.

Pour le moment, le service est en test dans la baie sud de la Californie dans certaines boutiques des groupes McDonald’s et Papa John’s. Ne s’agissant que d’une phase de test, rien ne dit que la technologie sera validée par Google. Ce ne serait pas la première fois qu’un projet tombe à l’eau.

La question de la sécurité

Si dans certains pays comme la France le paiement mobile a du mal à séduire, c’est avant tout parce que les utilisateurs affichent quelques réticences à utiliser ce moyen de paiement. La cause : le manque de sécurité.

Pour beaucoup, utiliser une technologie sans fil pour payer est trop risqué. Entre le moment où l’argent part du smartphone pour atteindre le terminal de paiement, les risques de piratage sont réels. D’ailleurs il n’est pas rare de lire des articles sur le sujet.

Le paiement sans fil de Hands Free reposant sur la technologie NFC il y a bien un risque de piratage. Et il semble plus élevé que via les autres moyens de paiement. Car avec Samsung Pay, Apple Pay ou Android Pay, il existe une barrière qui est la reconnaissance d’empreintes ou la saisie d’un code.

Android Pay etats-unis

Avec Hands Free, il n’existe aucun moyen de sécuriser le système. Car le service s’active à la voix, et pourtant il n’intègre aucun système de reconnaissance vocale. N’importe qui peut donc utiliser le smartphone et autoriser un paiement par la voix.

Certes, le commerçant peut vérifier l’identité avec une photo mais rien ne dit qu’il s’y tiendra. Si le système est une bonne idée d’un point de vue pratique, en terme de sécurité Google va peut-être devoir retravailler son service.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
La taxe GAFA pourrait rapporter 500 millions d’euros en 2019

La taxe GAFA pour les géants du web sera bien instaurée et devrait rapporter 500 millions d’euros à la France dès 2019, estime le premier ministre Édouard Philippe. Une annonce qui tombe bien en plein mouvement des Gilets Jaunes. Mais…