Apple M1 : Intel contre-attaque avec une série de benchmarks douteux

 

En réponse aux performances des puces Apple M1, Intel a décidé de publier une série de benchmarks sur ses puces Core i7 de 11e génération. Les tests, choisis avec soin, sont censés montrer que Intel garde la main. Mais tant la méthodologie que les résultats semblent suspects. 

Apple M1
Crédits : Unsplash

En se séparant d'Intel, et en lançant ses propres puces M1 aux performances étourdissantes, Apple a semble-t-il réussi à mettre le leader mondial du silicium sous pression. Il faut dire que Intel peine à suivre ses concurrents sur la finesse de gravure – et les performances énergétiques.

Alors, pour ne pas donner l'impression d'être totalement pris de court avec sa 11e génération de processeurs mobiles Core i7 , Intel vient de publier une série de benchmarks choisis spécifiquement pour montrer la supériorité d'Intel.

Intel publie une série de benchmarks censées faire oublier les Macs avec puce M1

Intel benchmark productivite

Il faut néanmoins le souligner d'emblée : depuis leur sortie, de très nombreux benchmarks indépendants constatent bel et bien une surprenante supériorité des Macs avec puce M1 sur les performances et l'autonomie – par rapport aux PC sous ARM ou CPU Intel.

Dans ses benchmarks, Intel tente de mettre en évidence sa supériorité pour certaines tâches. A en croire Intel, les puces Core i7 de 11e génération auraient de l'avance dans le test de navigation dans Chrome,  pour lkes tâches dans Office 365, les applications de la suite Adobe, et l'intelligence artificielle.

intel benchmark 11th generation Core i7

Du côté des jeux vidéo, également, Intel met en évidence un écart majeur. Le fondeur ne va néanmoins pas jusqu'à fanfaronner, et remarque que de nombreux jeux ne sont tout simplement pas disponibles sur Mac. Enfin, Intel tente de mettre à mal les prétentions de Apple en matière d'autonomie.

Selon Intel, qui ignore au passage les centaines de tests indépendants (y compris les nôtres) qui ont pourtant tous conclu le contraire, les affirmations d'Apple en matière d'autonomie sont du bluff. En pratique, à en croire Intel, les ordinateurs portables sous Core i7 11e génération ont une autonomie tout à fait comparable.

Intel benchmark autonomie

Intel tacle son concurrent sur la question de la compatibilité avec les écrans externes – tout en soulignant que les clients de PC, quelque soit leur marque, bénéficient de plus de choix, avec des fonctionnalités comme l'écran tactile qui restent encore indisponibles dans l'écosystème Apple. Alors que conclure de ces résultats ? De deux choses l'une – cette série de benchmarks a un objectif pour Intel : montrer que ses derniers processeurs restent dans la course face à la puce des MacBook Air, Pro et Mac Mini M1.

Pourquoi ces benchmarks officiels d'Intel sont douteux

Et on n'ira pas par quatre chemins : on a de sérieux doutes quant au sérieux des tests menés par Intel. On peut d'ailleurs remarquer que le fondeur n'a pas hésité à user de tactiques douteuses comme, par exemple, le fait de changer de machine pour renforcer ses résultats. Par exemple, lors du test de batterie, Intel a préféré utilisé le MacBook Air, plutôt que le MacBook Pro plus endurant face auquel la comparaison serait moins flatteuse.

Certains tests, notamment le test d'intelligence artificielle, sont également optimisé pour des fonctionnalités propres aux processeurs Intel, ce qui forcément leur donne l'avantage. Sans que cela ne se traduise forcément par des différences de performances réelles avec des applications classiques. Rappelons qu'il est fréquent pour les acteurs de la tech de choisir avec beaucoup d'attention les benchmarks qui mettent en avant leurs atouts sur la concurrence.

Néanmoins on a très rarement vu Intel user de tels stratagèmes. Ce qui est révélateur. Intel donne en effet l'impression d'être tétanisé par une situation qui est en train de le dépasser. Le risque est en effet réel que des marchés finissent par échapper à Intel. Le fondeur a été l'artisan de la généralisation de l'architecture x86 dans les PC, mais à cause de son orientation mobile et autonomie, l'architecture ARM séduit de plus en plus de constructeurs de PC qui veulent délivrer des machines à forte autonomie.

Lire également : Macs M1 – Apple teste des puces bien parties pour ridiculiser Intel en 2021 et 2022

Reste que pour l'heure, tous les astres ne sont pas encore tout à fat alignés pour que ARM supplante rapidement l'architecture x86.  Comme l'ont montré les premiers PC Always Connected dotés d'une puce ARM, les capacités matérielles ne sont rien sans une prise en charge logicielle poussée. C'est d'ailleurs sans doute là que Apple a pris une avance considérable. Les performances des applications non optimisées sur Windows 10 ARM font pâle figure face à ce que propose Apple dans son écosystème.

Source : Notebookcheck



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !