Anonymous dévoile les informations personnelles de 120 000 soldats russes déployés en Ukraine

 

Anonymous, le célèbre collectif de pirates informatiques, a revendiqué la responsabilité d’une fuite massive contenant des informations personnelles de 120 000 soldats russes qui auraient combattu en Ukraine.

pirate anonymous
Crédits : Unsplash

Anonymous, qui avait annoncé peu de temps après l’invasion l’Ukraine rentrer en guerre « digitale » contre la Russie, a de nouveau frappé. Seulement quelques jours après avoir réussi à pirater les serveurs des services secrets russes ou encore des chaînes de TV russes pour diffuser des images de la guerre en Ukraine, Anonymous s’est désormais attaqué au personnel militaire déployé dans le pays.

Sur les réseaux sociaux, le collectif a annoncé que sa dernière cyberattaque avait entrainé une fuite de données personnelles de soldats russes. Grâce à ces données, Anonymous espère bien les « soumettre à un tribunal pour crimes de guerre ». Cette annonce donne suite à la déclaration du président ukrainien Volodymyr Zelenskyy qualifiant de « génocide » l'attaque russe contre le pays et ses civils.

Quelle est la nature des informations personnelles qui ont été révélées ?

D’après le document mis en ligne par Anonymous, des informations telles que les dates de naissance, les noms, les adresses de domicile et les numéros de passeport de 120 000 militaires russes sont donc désormais disponibles sur la toile. Il reste donc à voir si la fuite de ces données personnelles pourrait décourager les soldats russes de continuer cette invasion.

Cette semaine, l'armée russe a fait l'objet d'une attention accrue en raison de violations présumées des droits de l'homme dans la ville ukrainienne de Bucha. Selon les rapports de journalistes sur place, des civils de la ville ont été tués par balle, les mains attachées dans le dos, et des corps sans vie ont été aperçus dans des cours, des voitures et certaines rues.

Les Russes ne sont pas les seules cibles des Anonymous, puisque les pirates se sont récemment attaqués aux entreprises françaises qui refusent de quitter la Russie. Certains groupes comme le groupe Mulliez qui détient Auchan, Leroy Merlin et Decathlon, a maintenu ses activités en Russie. Yves Claude, le PDG d’Auchan Retail International, avait assuré que « partir serait imaginable sur le plan économique, mais pas du point de vue humain ». Le groupe risquerait l’expropriation et les dirigeants feraient l’objet de poursuites pénales pour faillite frauduleuse. De plus, plusieurs dizaines de milliers d’employés se retrouveraient au chômage.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !