Les pirates d’Anonymous déclarent la guerre à la Russie pour soutenir l’Ukraine

 

La guerre entre l’Ukraine et la Russie fait rage sur le terrain, mais celle-ci a également lieu le monde digital. Les hackers d’Anonymous ont annoncé rentrer en cyberguerre dans la Russie, et de nombreux sites Web ont déjà été victimes de piratages.

Anonymous
Crédit : Unsplash

Sur Twitter, un membre d’Anonymous a confirmé que le « collectif » (bien que les membres précisent souvent qu’Anonymous n’est pas un groupe, mais une idéologie) est officiellement rentré en guerre contre la Russie. « Anonymous est actuellement impliqué dans des opérations contre la Fédération de Russie. Nos opérations visent le gouvernement russe. Il est inévitable que le secteur privé soit également touché », peut-on lire sur le réseau social.

Les pirates informatiques Anonymous ont revendiqué jeudi soir la responsabilité de cyberattaques qui ont mis hors service un certain nombre de sites Web identifiés comme étant ceux du gouvernement russe. Les pirates ont également lancé de nombreuses attaques par déni de service distribué (DDoS) contre des sites d’informations influents en Russie tels que RT.com.

Sur le même sujet : Le cours du Bitcoin plonge brutalement à cause de la guerre Russie/Ukraine

La guerre numérique est aussi au centre des préoccupations de l’Ukraine

Bien que les soldats russes fassent actuellement des ravages dans les lignes de défense de l’Ukraine, le pays fait également face à de nombreuses attaques sur Internet. Hier, l’Ukraine a par exemple été victime d’une cyberattaque massive qui a permis à la Russie de supprimer toutes les données de plusieurs centaines de machines grâce à un malware.

Pour riposter, l’Ukraine a constitué une armée de hackers, épaulée par des pirates informatiques venus de différents pays d’Europe. Pour mettre toutes les chances de son côté, le pays a d’ailleurs aussi fait appel à la cybercommunauté ukrainienne sur un forum pour renforcer la cyberdéfense de l’Ukraine.

Le soutien d’Anonymous arrive donc au bon moment pour le pays qui résiste tant bien que mal à l’envahisseur. Plus tôt dans la journée, un compte Anonymous a revendiqué la mise hors ligne des sites Web du Kremlin, du gouvernement russe et du ministère russe de la Défense, tandis qu'un autre utilisateur a annoncé avoir mis hors ligne pendant une courte période le site Web du Service fédéral anti-monopole de Russie.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !