Amazon saura le 25 avril si la justice française lui donne raison

Mise à jour 21 avril 2020 – Amazon a pu défendre sa cause devant la cour d'appel de Versailles. Le géant s'oppose à l'issue d'un procès intenté par le Syndicat Sud-Solidaires contre les conditions de travail des employés manutentionnaires de Amazon France.

Les avocats de la firme ont dénoncé pendant deux heures un jugement “infondé”, “inéquitable” et ayant créé une situation “inextricable”. Tout en mettant en avant son rôle essentiel pendant la crise du coronavirus en France. Et justifie sa décision de fermer ses entrepôts français faute d'instructions claires sur ce que sont les fameux produits “essentiels”.

Amazon ajoute que le tribunal n'avait pas pris en compte “les situations existantes au sein des différents entrepôts”. De leur côté les syndicats rapportent avoir constaté “un problème lié à la santé et la sécurité des collaborateurs chez Amazon” et “des manquements graves” de la part d'Amazon. Qui ne respecterait pas, notamment, l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes.

Selon Le Figaro, la cour d'appel rendra son jugement le 24 avril 2020.

Voici ce que nous écrivions dans notre article publié à l'origine le 20 avril 2020 :


Amazon a décidé de prolonger la fermeture de ses entrepôts en France jusqu'au mercredi 22 avril 2020, soit deux jours après la date du lundi 20 avril initialement arrêtée par la firme.

Entrepôt Amazon
Un entrepôt Amazon / Crédits : Scott Lewis via Flickr

Amazon a finalement décidé de garder ses six entrepôts français fermés jusqu'au mercredi 22 avril 2020 au lieu du lundi 20 avril tel que la firme l'avait initialement annoncé. Cette fermeture, Amazon l'a décidée pour s'opposer à une décision de justice. Le syndicat Sud-Solidaires fait en effet valoir les conditions de travail de ses salariés pendant la crise du coronavirus – une lecture confirmée par le tribunal de Nanterre mardi 14 avril 2020.

Amazon prolonge la fermeture de ses entrepôts jusqu'au 22 avril

Ce qui n'est d'ailleurs pas forcément une surprise : les conditions de travail des employés Amazon depuis le début de la crise du coronavirus sont critiquées dans plusieurs pays à travers le monde. Dans ce contexte, le parquet a donc ordonné à Amazon de se limiter à la livraison produits d'alimentation, d'hygiène et de santé pour que des inspecteurs puissent se pencher sur le fonctionnement d'Amazon pendant cette période inédite.

En cas de refus, Amazon s'expose à un million d'euros par jour de retard. Or, plutôt que des se conformer à la décision de justice, Amazon a plutôt décidé de fermer temporairement ses six entrepôts français, initialement jusqu'au lundi 20 avril. Les commandes restant assurées depuis d'autres entrepôts européens. La firme a également depuis interjeté appel et a annoncé au cours du weekend que la fermeture sera prolongée jusqu'au mercredi 22 avril inclus. «Nous attendons avec intérêt que notre appel soit entendu mardi 21 avril », explique la firme dans un communiqué

Lire également : Amazon – la fortune de son patron Jeff Bezos a grimpé de 20% grâce au coronavirus

Malgré cette fermeture, les 10 000 employés français du groupe – dont de nombreux intérimaires – toucheront la totalité de leur paie ce mois-ci.

Source : Le Figaro



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
mwc 2021 report date
MWC 2021 : le salon barcelonais est décalé au mois de juin 2021

Le MWC 2021, le célèbre salon barcelonais, sera décalé en juin 2021. Les organisateurs viennent d’officialiser la nouvelle. L’édition de Shanghai sera également repoussée en février 2021.  On s’y attendait et la nouvelle est désormais officielle. La GSA Association, qui…

google paid extensions
Chrome : Google abandonne les extensions payantes

Google annonce sur son blog la fin des extensions Chrome payantes utilisant la plateforme du Chrome Web Store. Les développeurs qui souhaitent monétiser leur extension devront se tourner vers des solutions de paiement alternatives. Google ne souhaite plus cautionner les…