5G : de plus en plus d’antennes sont détruites en Europe en lien avec le coronavirus

 

Après des premiers cas au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Chine, le nombre de cas de destruction d'antennes se multiplie un peu partout en Europe et dans le monde. Les auteurs croient à un lien entre ces antennes et la pandémie. Une théorie du complot qui ne résiste pourtant pas aux faits.

Antenne 5G
Antenne 5G sur le toit d'une ferme à Trondheim, Norvège / Crédits : Unsplash

Comme le rapportent nos confrères du journal Le Monde, les cas de destructions d'antennes 5G se multiplient en Europe et dans le monde. En Grande-Bretagne, où les premiers cas ont été rapportés, les autorités font face à une véritable flambée de destructions, avec des cas rapportés à Birmingham, Liverpool et Mailing. Il y a eu une vingtaine de destructions pour le seul weekend de pâques.

Aux Pays-Bas, les destructions se poursuivent aussi avec un individu, dont le visage a été capturé par les caméras de vidéosurveillance, activement recherché par la police. Des antennes ont également été endommagées par des incendies. Avec une quinzaine de cas au total. Or, plusieurs autres pays viennent de rejoindre la liste. Des cas de dégradations sur des antennes 5G ont en effet été rapportés en Belgique, Chypre et Irlande. Hors Europe, la Nouvelle-Zélande rapporte elle-aussi des attaques.

5G : des contre-exemples anéantissent pourtant ces théories du complot

A l'origine de ces destructions, il y a des théories du complot qui affirment l'existence d'un lien entre la pandémie de coronavirus et l'allumage des premiers réseaux 5G. L'une de ces théories affirme que le départ de l'épidémie dans le Wuhan en Chine a coïncidé avec l'allumage du réseau. L'OMS rétorque pourtant qu'il n'existe aucun lien de cause à effet avéré pour ces ondes qui, en l'état actuel des connaissance, ne sont pas plus dangereuses que le signal radio 4G par exemple.

Et de faire remarquer que l'Iran, qui ne dispose pourtant d'aucune antenne 5G sur son territoire, et dont l'installation du réseau n'est même pas planifiée pour les deux prochaines années fait pourtant partie des pays les plus durement touchés par l'épidémie. En France, on peut faire remarquer également en regardant le détail des chiffres qu'il n'y a aucun lien de cause à effet entre les sites de tests 5G et la géographie de l'épidémie.

Toulouse, par exemple, où de nombreux tests ont été menés et où des antennes sont actives fait pourtant partie des métropoles de France les moins touchées par l'épidémie. Et pourtant… les tenants de cette théorie redoublent d'analyses farfelues qui dans le contexte de l'épidémie de coronavirus et d'une opposition de certains à la 5G parviennent à séduire un nombre de personnes – à même d'inquiéter les pouvoirs publics.

Lire également : la 5G provoque le coronavirus – un député tord le cou à cette rumeur aussi loufoque que prévisible

C'est d'ailleurs cette raison, en plus de la sécurité des techniciens qui installent ou travaillent sur ces antennes, qui a conduit des sites comme Facebook et YouTube à fermer les groupes et baisser la visibilité des vidéos propageant ces théories. Au risque de faire crier certains de leurs défenseurs à la censure.

Source : Le Monde



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !