Zoom : Google interdit à ses employés d’utiliser le service de visioconférence

 

Zoom est interdit sur les ordinateurs portables des employés de Google. La firme de Mountain View a en effet décidé de prohiber le service de visioconférence suite aux failles de sécurité repérées ces derniers jours. Par mesure de sécurité, Google bloque même l’application Zoom sur les ordinateurs professionnels de ses salariés. Sans surprise, le géant du net préfère que ses employés se servent de Google Meet, son propre service d’appels vidéo. 

google interdit zoom

Depuis le début des mesures de confinement contre le coronavirus, Zoom connaît un succès retentissant. Grâce sa grande simplicité d’utilisation, l’outil développé par une start-up américaine a séduit 200 millions d’utilisateurs dans le monde, dont de nombreux télétravailleurs. Malheureusement, la réputation de Zoom a largement été entachée par une poignée de failles de sécurité. En exploitant la dernière en date, des pirates sont parvenus à s'emparer de 15 000 conversations privées sur Zoom. Sous le feu des critiques, Zoom a rapidement corrigé le tir. « Nous avons ajouté un mot de passe, qui n’était pas obligatoire auparavant, afin de sécuriser l’entrée des participants dans la réunion » explique Zoom France à Europe 1.

Lire également : Skype s’attaque à Zoom – plus besoin de compte pour passer des appels

Google bloque Zoom des ordinateurs de ses employés

Malgré les efforts déployés par Zoom, Google a récemment décidé d’interdire le logiciel de visioconférence à ses salariés. L’outil ne fonctionnera plus sur l’ordinateur professionnel des employés Google, rapportent nos confrères de The Verge. « Nous avons depuis longtemps pour politique de ne pas autoriser les employés à utiliser des applications non approuvées pour un travail en dehors de notre réseau d’entreprise » explique Jose Castaneda, porte parole de Google, au média.

« Notre équipe de sécurité a informé les employés utilisant le client bureau de Zoom qu’il ne fonctionnera plus sur les ordinateurs d’entreprise car il ne répond pas à nos normes de sécurité pour les applications utilisées par nos employés. Les employés qui utilisent Zoom pour rester en contact avec leur famille et leurs amis peuvent continuer à le faire via un navigateur Web ou via un smartphone » précise le porte parole.

Evidemment, Google préfère que ses salariés communiquent avec Google Meet, sa propre application de visioconférence. Depuis le début du confinement, le service de Google a d’ailleurs enregistré une forte augmentation de sa popularité. « Au cours des dernières semaines, la croissance quotidienne de Meet a dépassé les 60% et son utilisation quotidienne est plus de 25 fois supérieure à ce qu’elle était en janvier » affirmait récemment Thomas Kurian, responsable de Google Cloud. Meet va-t-il récupérer les utilisateurs de Zoom craignant pour leur vie privée ? On attend votre avis dans les commentaires.

Source : The Verge



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…