Zoom ferme la porte aux pollueurs qui dégradent son service de visioconférence

Face aux incrusteurs qui s’imposent dans les réunions virtuelles de ses utilisateurs, Zoom a pris une décision qui devrait freiner la prolifération des mauvaises expériences. Et cela tout simplement, en changeant les réglages par défaut durant le processus de création d’une visioconférence. Un problème de moins dans la liste de ceux à résoudre.

zoom reglage zoombombing

Le confinement imposé dans certains pays suite à l’épidémie de coronavirus a considérablement changé la façon dont les employés travaillent. Désormais, les réunions se font à distance, à l’aide d’outils de visioconférence comme Teams ou Skype de Microsoft, ou encore Zoom. Ce dernier connaît un succès fulgurant depuis le confinement. Une popularité portée par le modèle économique du service (la gratuité des réunions) et ses capacités techniques (jusqu’à 100 personnes en simultané).

Lire aussi : Skype s’attaque à Zoom : plus besoin de compte pour passer des appels

Le revers de la médaille est l’afflux des mauvaises expériences connu sur les réseaux sociaux sous le nom de « Zoombombing ». Pour rappel, le Zoombombing est le fait que certains Internautes malintentionnés s’incrustent dans des réunions pour y véhiculer des messages haineux ou des contenus à caractères pornographiques. Comment ? En récupérant simplement l’identifiant de la réunion sur les réseaux sociaux et en s’y invitant. Car, par défaut, une réunion n’est pas protégée par un mot de passe ou une salle d’attente. Heureusement, Zoom a réglé ce problème.

Deux réglages par défaut qui font la différence

Dans un message posté sur son blog officiel, Zoom explique avoir réalisé quelques changements dans le processus de création d’une réunion. D’abord, la case « mot de passe » est cochée par défaut. Par défaut, le mot de passe est une simple suite numérique, mais il est possible de le renforcer. Ensuite, la case « salle d’attente » est également cochée par défaut. Cela veut dire que le créateur de la réunion fait entrer manuellement (et virtuellement) chaque invité dans la réunion, refusant ainsi tous les usagers suspects. Dans cette longue publication, Zoom explique aussi les quelques règles de base pour la protection des usagers.

Parallèlement, Zoom explique, dans un autre message sur son blog, toutes les actions qui ont été menées pour renforcer les serveurs suite à l’afflux massif d’utilisateurs, ainsi que pour résoudre des problèmes de sécurité, comme la divulgation sur Internet de centaines de vidéos réalisées lors des réunions virtuelles réalisées avec l’outil ou la fuite d’informations personnelles d’utilisateurs connectés avec un compte Facebook. Mais tous les sujets n’ont pas encore été traités. Zoom confie que d’autres le seront prochainement afin d’améliorer la protection de ses usagers.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Votre smartphone peut prendre feu à cause de ce simple malware !

Les chercheurs en sécurité de Tencent ont découvert qu’il était possible de mettre le feu, à distance, à un smartphone. Ils ont pour cela conçu un malware, BadPower, qui s’attaque aux chargeurs rapides – qui servent alors de fusible d’allumage……

Fraude à la carte bancaire : le skimming débarque sur le web

La fraude à la carte bancaire évolue. Selon nos confrères du site Ubergizmo, des hackers ont trouvé le moyen d’adapter le skimming, cette technique qui consiste à pirater une carte bleue une fois insérée dans un DAB, pour le web….

Zoom va chiffrer de bout en bout les visioconférences gratuites

Zoom change d’avis ! Finalement, le service d’appels vidéo va chiffrer de bout en bout les visioconférences de tous les utilisateurs, y compris celles des usagers gratuits. Dès le mois de juillet 2020, l’option sera accessible à tous les internautes en version…

Huawei : Boris Johnson voudrait bannir le constructeur du Royaume-Uni

Huawei pourrait se voir bouté hors d’Angleterre. En effet, Boris Johnson, le premier ministre britannique, envisagerait d’interdire la société chinoise de participer à la mise en place des réseaux 5G. La Grande Bretagne se rangerait ainsi du côté des Etats-Unis….