WhatsApp : une mise à jour polémique est sur le point de mettre des pubs dans l’application

Les publicités feront prochainement leur entrée sur WhatsApp via les Statuts – malgré la promesse de ses fondateurs de ne jamais en mettre. Ce changement controversé, introduit par sa maison-mère, Facebook, doit permettre à WhatsApp de se monétiser. De nombreux utilisateurs menacent de changer de service de messagerie lorsque ce changement sera effectif. Reste à voir si ces menaces impacteront réellement la vaste base d’utilisateurs de l’application. 

whatsapp

Facebook s’apprête à mettre à jour WhatsApp pour introduire des publicités dans la fonctionnalité « Statuts » (l’équivalent des Stories sur Instagram) – un changement souhaité par Mark Zuckerberg, qui a acquis la messagerie en 2014 pour 22 milliards de dollars, qui vise évidemment à monétiser l’application et donc rentabiliser cet investissement. Il n'empêche, la pilule passe plutôt mal pour certains utilisateurs qui rappellent la promesse des fondateurs de l’application en 2012 de ne jamais utiliser de publicités.

WhatsApp rompt sa promesse de ne jamais inclure de publicités

Dans une interview, Brian Acton et Jan Koum expliquaient en effet : « lorsque nous nous sommes assis pour lancer notre propre affaire ensemble il y a trois ans, nous souhaitions faire quelque chose qui ne soit pas une énième manière de distribuer des publicités ». Depuis, néanmoins, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Brian Acton et Jan Koum ont successivement quitté leurs fonctions dans l’entreprise peu de temps après son rachat par Facebook sur fonds de profonds désaccords avec le groupe de Mark Zuckerberg.

Ils n’hésitent plus, depuis, à pointer du doigt les pratiques qui les dérangent dans l’orientation impulsée par le réseau social« [Facebook, ndlr] représente un éventail de pratiques commerciales, principes, éthique et politiques avec lesquelles ne ne suis pas nécessairement d’accord », estimait récemment dans une interview Brian Acton. Avant d’ajouter : « la publicité ciblée est quelque chose qui ne me rend pas heureux ».

La solution retenue vise à augmenter l’engagement des utilisateurs avec les marques

Et les fondateurs de poursuivre dans un autre entretien : « dans n’importe quelle entreprise qui vend de la publicité, une large part d’ingénieurs dédient leur temps à développer leur équipe de collecte de donnée, écrire du code pour récupérer autant d’informations que possible sur les utilisateurs et leurs habitudes, vérifier que tout fonctionne et est géré correctement. Pour que le résultat de tous ces efforts ne soit, à la fin de la journée qu’une bannière un peu différente sur le navigateur et l’appareil mobile ».

Lire aussi : WhatsApp ne fonctionne plus sur 1 milliard de smartphones depuis 2019

Les publicités n’arriveront pas, on vous le disait, partout, mais uniquement dans les Statuts – une fonctionnalité utilisée par 450 millions d’utilisateurs tous les mois, soit davantage que les 400 millions d’utilisateurs des Stories d’Instagram. On devrait dans un premier temps les voir aux Etats-Unis avant un déploiement mondial. Pour les annonceurs, cette option est a priori moins séduisante que des publicités plus intrusives, mais elles présentent l’avantage d’augmenter l’engagement des utilisateurs de 15% à 40% au-dessus des autres options en fonction de la marque et des options de ciblage.

WhatsApp suscite déjà la fronde de nombreux internautes

Ce qui fait dire au nouveau vice-président de l’application Chris Daniels que « cela sera le mode de monétisation principal pour l’entreprise et une opportunité offertes aux entreprise d’atteindre des gens sur WhatsApp ». De nombreux utilisateurs refusent pourtant cette direction et menacent de quitter l’application de messagerie pour des concurrents sécurisés et sans publicités comme Telegram.

Lire aussi : Facebook prépare une cryptomonnaie pour payer dans WhatsApp

Reste que deux données ont de quoi conforter les dirigeants de Facebook dans leur décision. D’abord Facebook compte 2,2 milliards d’utilisateurs, en hausse malgré les scandales de ces dernières années. WhatsApp de son côté compte 1,5 milliards d’utilisateurs. De quoi penser que même nombreux, les tweets de protestation pèsent bien peu dans la balance… Qu’en pensez-vous ? Allez-vous vraiment cesser d’utiliser WhatsApp si les pubs arrivent dans les statuts ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
La SNCF va vendre des billets de train via Facebook Messenger

La SNCF va désormais proposer la vente de billets par l’intermédiaire de l’application Facebook Messenger. Son assistant Ouibot va aider les utilisateurs à trouver le trajet adéquat, comme il pouvait déjà le faire avant, puis de l’acheter directement, ce qui…

Snapchat est sur le point de lancer une plateforme de jeux vidéo

Snapchat est sur le point de lancer une nouvelle plateforme de jeux vidéo. Le projet nommé en interne Project Cognac devrait proposer une poignée de jeux conçus par des développeurs tiers, et probablement plusieurs jeux fruit d’acquisitions récentes de la…

Facebook est en panne ? Telegram gagne 3 millions d’utilisateurs

Facebook a été victime d’un grosse panne, rendant inopérationnel le réseau social lui-même, mais aussi les applications Messenger, WhatsApp et Instagram. Pour continuer de communiquer, de nombreux utilisateurs se sont tournés vers l’alternative Telegram.  Vague de panique hier 13 mars…

Facebook veut devenir une messagerie privée et sécurisée

Facebook est en train de changer de modèle, explique Mark Zuckerberg. De réseau social, il veut passer à une plateforme de messagerie et de groupes privés sécurisée. Un changement dicté par la demande des utilisateurs, de moins en moins enclins…