Transports : la dénonciation d’un contrôleur via les réseaux sociaux deviendra bien un délit

 

Excepté un revirement de situation, le Parlement devrait bientôt entériner la notion de délit de « signalement de contrôleurs ». Autrement dit, les personnes qui avertiront de la présence d’agents SNCF ou RATP, notamment via les réseaux sociaux, deviendront passibles d’une peine de deux mois de prison et de 3 750 euros d’amende.

amende 3750 sms facebook controleurs

Nous vous en parlions il y a quelques semaines, c'est désormais officiel, le parlement va voter cette loi pour inscrire ce nouveau délit, nous vous expliquons tout.

Adoptée conjointement par le Sénat et l’Assemblée Nationale, la proposition de loi s’apprête à être votée. Le texte introduit un nouvel article au Code des transports, où le simple fait de « diffuser » un « message de nature à signaler la présence de contrôleurs ou d'agents de sécurité employés ou missionnés par un exploitant de transport public de voyageurs » sera sanctionné de deux mois de prison et de 3750 euros d'amende. Pour éviter la fraude, vous pourrez toujours avoir vos titres de transport sur votre smartphone.

Sachez qu’il sera constitué quel que soit le « moyen » de diffusion de l’avertissement, et « quel qu'en soit le support » : Tweet, SMS, Facebook, fusée de détresse…. Ces mesures avaient pourtant été effacées par les sénateurs quelques semaines auparavant.

Le rapporteur François Bonhomme estimait ses sanctions disproportionnées. La simple contravention de 5ème classe prévoyait déjà 1500 € d’amende pour les cas les plus graves. Les députés et sénateurs voulaient aussi réguler le buzz sur Internet il y a peu, preuve qu'ils n'en sont pas à leur première loi à tendance liberticide.

Quant aux utilisateurs qui promouvraient les mutuelles de fraudeurs (des fraudeurs se mettent en groupe et se payent les amendes entre eux), une sanction est elle aussi prévue. Il deviendra ainsi interdit « d'ouvrir ou d'annoncer publiquement des souscriptions » dans le but d'indemniser les procès verbaux dressées par la police gérant les transports. Ils encourraient six mois de prison et 45 000 euros d’amende.

Le Sénat devra examiner le texte le 2 mars prochain, et l’Assemblée devrait logiquement suivre d'ici peu de temps. Une disposition anti-fraude de plus, avez-vous déjà eu recours à ce genre de pratiques ?



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Facebook Dating
Facebook Dating : l’application de rencontre est disponible en France

Facebook Dating arrive dans l’Hexagone, c’est officiel. Les Français, accompagnés de leurs voisins européens, peuvent dès aujourd’hui se créer un profil sur l’application du réseau social. Déjà testé à travers le monde, le service directement intégré à l’application Facebook, a…

facebook interdit anti vaccin
Facebook interdit désormais les publications anti-vaccins

Facebook va finalement interdire toutes les publications qui dissuadent les internautes de se faire vacciner. Bien décidé à lutter contre la prolifération de fake news, le réseau social s’est engagé à serrer la vis. Dans un second temps, Facebook va…

facebook refuse moderer trump
Facebook interdit désormais les messages qui remettent en cause la Shoah

Facebook va finalement interdire les contenus négationnistes dans le monde entier. Jusqu’ici, le réseau social de Mark Zuckerberg se contentait d’appliquer la législation en vigueur pays par pays. Les publications niant l’Holocauste étaient ainsi bannies en France et en Allemagne mais…

facebook censure photo oignons trop sexy
Facebook censure une photo d’oignons, ils seraient “trop sexy”

Facebook vient de censurer une photo montrant des oignons. D’après l’algorithme du réseau social, le cliché est “trop sexualisé” pour être publié sur la plateforme. Une nouvelle fois, l’algorithme de Facebook a fait de l’excès de zèle.  Ce 3 octobre 2020, Jackson…

twitter suspend comptes mort trump
Twitter suspend les comptes qui souhaitent la mort de Donald Trump

Twitter suspend les comptes qui souhaitent à plusieurs reprises la mort de Donald Trump. Atteint du coronavirus, le président des Etats-Unis a en effet été hospitalisé pendant plusieurs jours. Facebook et TikTok ont annoncé des mesures similaires contre les internautes…