TikTok, WeChat : Trump signe un ultimatum de 45 jours après quoi tout rachat sera impossible

 

Donald Trump vient de signer deux décrets présidentiels contre TikTok et WeChat : lorsque ces décrets entreront en application, dans 45 jours, aucune entreprise américaine n'aura le droit d'effectuer de transaction avec leur maison-mère – respectivement ByteDance et Tencent. Ce qui force Microsoft à finaliser son rachat des activités américaines de TikTok avant la fin de ce délai.

tiktok trump décret
Crédits : Unsplash

Donald Trump vient de signer deux décrets présidentiels interdisant aux entreprises américaines d'effectuer toute transaction autour de TikTok et WeChat avec leurs maison-mères, respectivement ByteDance et Tencent. Dans 45 jours, soit à compter du 20 septembre, “toute transaction autour de” WeChat et TikTok avec ByteDance ou Tencent “ou n'importe quelle de [leurs] filiales par toute personne, ou en lien avec toute propriété, sujette à la juridiction des Etats-Unis” sera totalement interdite.

TikTok : Microsoft a jusqu'au 20 septembre pour racheter une partie des activités de l'application

Dans l'un des décrets, Donald Trump explique que “la diffusion aux Etats-Unis d'applications mobiles développées et détenues par des compagnies basées en république populaire de Chine continuent de menacer la sécurité nationale, politique étrangère et l'économie des Etats-Unis. Il poursuit sur TikTok :  TikTok capture automatiquement de vastes quantités d'information sur ses utilisateurs, ce qui comprend des données sur l'activité de ces utilisateurs sur internet, activité réseau, données de localisation et historique de recherche et de visites sur des sites internet”.

Cette collecte de données pose une menace, celle que le Parti Communiste Chinois puisse accéder à des données personnelles et propriétaires sur les américains – ce qui autoriserait potentiellement la Chine à pister la localisation d'employés fédéraux et contractuels, monter des dossiers avec des informations personnelles à des fins de harcèlement, et faire de l'espionnage industriel”. Plus loin, la Maison Blanche reproche également à l'application d'appliquer la censure chinoise à Hong Kong, et dès qu'il est question de la minorité Ouïgour.

Il affirme également : “cette application mobile peut être également utilisée pour des campagnes de désinformation au bénéfice du Parti Communiste Chinois, comme lorsque TikTok a diffusé des vidéos de théories du complot contestées sur les origines du Novel Coronavirus de 2019″. Les reproches envers WeChat sont similaires. Mais selon Donald Trump, WeChat “capture [également] les informations personnelles et propriétaires sur des ressortissants chinois en visite aux Etats-Unis, ce qui offre au Parti Communiste Chinois un mécanisme pour garder l’œil sur les citoyens chinois qui profitent d'une société libre pour la première fois de leur vie“.

La Maison Blanche menace de se pencher sur d'autres applications chinoises

Il s'appuie pour cela sur cet exemple (avec du conditionnel dans le texte…) : “En 2019, un chercheur aurait découvert une base de données chinoise contenant des milliards de messages WeChat envoyés par des utilisateurs non seulement basés en Chine mais aussi aux Etats-Unis, Taiwan, Corée du Sud et Australie”. Ces deux décrets interviennent à l'issue de semaines de menaces de la Maison Blanche. Lundi, la Maison Blanche a concédé à Microsoft le droit de racheter une partie des activités de l'application TikTok pour offrir des garanties sur le traitement des données personnelles des américains.

Une décision assortie néanmoins d'un ultimatum inédit par sa brutalité : lundi Donald Trump expliquait que le rachat pourrait avoir lieu avant le 15 septembre mais pas au-delà (le décret dans les faits allonge ce délai de quelques jours). ByteDance n'a pas vraiment le choix alors que le groupe se développe très vite aux Etats-Unis et compte déjà plusieurs milliers d'employés. Reste que cela devrait également coûter très cher à Microsoft, qui se positionne pour le rachat – si TikTok n'est pas côté en bourse, sa valorisation est estimée entre 50 et 100 milliards de dollars. De quoi apprécier l'urgence causée par ce délai plutôt court.

Lire également : TikTok – des fans de K-Pop ont vidé un meeting de Trump de ses militants

Si Microsoft ne parvenait pas à finaliser le rachat des activités de TikTok aux Etats-Unis et dans certains pays occidentaux (ce qui reste probable à ce stade), le décret pourrait servir de base pour exiger le retrait de l'application sur Play Store et l'App Store américains. En outre, le Sénat a adopté jeudi à l'unanimité l'interdiction de TikTok sur les smartphones des fonctionnaires américains. On s'attend au passage à ce que d'autres sanctions soient décrétées dans les prochaines semaines. Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a en effet déclaré, mercredi, que l'administration Trump avait l'intention de viser d'autres applications chinoises.

Source : The Guardian



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
whatsapp
WhatsApp partagera quand même certaines données avec Facebook en France

WhatsApp devrait tout de même partager certaines données personnelles d’utilisateurs en France avec Facebook après l’acceptation des nouvelles conditions d’utilisation. Des représentants du groupe l’ont confirmé à un journaliste de BFM TV. Facebook nous l’a assuré la semaine dernière par…

twitter fake news trump
Twitter : 73% de fake news en moins depuis l’exclusion de Donald Trump

Twitter s’est finalement résolu à bannir Donald Trump. Cette décision a eu un impact significatif sur la quantité de fausses informations qui polluent la plateforme. Depuis l’éviction du président sortant, le nombre de fake news partagées sur le réseau social a en effet baissé…

snapchat bannit trump
Snapchat bannit définitivement Donald Trump pour incitation à la violence

Snapchat a à son tour pris des mesures à l’encontre de Donald Trump. Le président américain a été définitivement interdit d’accès à son compte ce mercredi. La décision fait suite aux réactions similaires d’autres réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter…