Test Huawei MatePad 11 : que vaut la première tablette sous HarmonyOS ? On vous dit tout !

 
Huawei MatePad 11 HarmonyOS

La voilà enfin, la première tablette sous HarmonyOS commercialisée en France ! La Huawei MatePad 11, qui ne fonctionne donc pas sous Android, mais sous un “OS maison” débarque et nous avons pu la tester durant une bonne dizaine de jours. Voici notre avis complet et nos conclusions sur la tablette, mais aussi sur le nouveau système d'exploitation de Huawei. 

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Huawei qui sort une nouvelle tablette, ça n’a rien d’étonnant. Le constructeur chinois s’est bien installé sur ce marché depuis 2013, époque à laquelle il a lancé son Ascend Mate, un modèle suivi de différentes itérations comme la Mate S, la Mate 20 ou la Mate X.

Mais en 2019, Huawei a dû revoir sa copie à cause de l’embargo américain, qui interdit au constructeur de faire tout commerce avec les entreprises américaines. Privé d’Android (mais pas de la version Open Source de l’OS), Huawei a donc conçu un tout nouveau système d’exploitation : HarmonyOS. Si le système d’exploitation a fait ses premiers pas en Chine il y a plus d'un an déjà, le voilà qui débarque de manière internationale sur les tablettes et les montres connectées… En attendant les smartphones avec la série des P50 qui devrait être annoncée le 29 juillet 2021.

L’un des tout premiers appareils à être commercialisé en France sous HarmonyOS est donc une tablette : la MatePad 11. Comme son nom l'indique, l'appareil dispose d'un écran de 11″, profite d'un SoC ultrapuissant, de 4 haut-parleurs de très bonne facture, d'une grosse batterie de  7250 mAh… Bref, elle en a sous le coude, cette tablette. Mais c'est surtout la partie logicielle qui nous a intéressés, puisqu'une tablette sans un OS et un store d'applications qui tiennent la route, cela n'a pas grand intérêt. Et c'est là qu'HarmonyOS doit parvenir à tirer son épingle du jeu face à la concurrence que représentent Android et iPadOS. HarmonyOS et son store (l'AppGallery) parviendront-ils à nous faire oublier Android ? Quels sont les avantages et inconvénients de se tourner du côté d'un système alternatif ? Nous avons testé la MatePad 11 sous toutes les coutures et vous livrons donc toutes nos conclusions.

Notre test de la Huawei MatePad 11 sous HarmonyOS 2 en vidéo

Fiche technique de la Huawei MatePad 11

Huawei MatePad 11 
Poids493 g
Ecran11 pouces LCD
Définition 2560 x 1600 pixels
Photo arrièreCapteur 13 MP
Photo (avant)Capteur 8 MP
OSHarmonyOS 2.0
SoCSnapdragon 865
Espace de stockage64 ou 128 Go
MicroSDnon
RAM4 ou 6 Go
Batterie7250 mAh
Recharge rapideoui
ConnectivitéUSB-C
Bluetooth
Wi-Fi
Prix399 / 499 euros

Prix et disponibilité

La date de disponibilité de la MatePad 11 est calée au 21 juillet 2021 en France. La MatePad 11 existe en deux versions :

  • 4 Go de RAM et 64 Go de stockage à 399
  • 6 Go de RAM et 128 Go de stockage à 499 €

L’appareil est livré par défaut avec un stylet. En revanche, la MatePad 11 peut aussi accueillir un clavier magnétique, qui lui est en option. On ignore pour le moment le prix de l'accessoire. Notez enfin que Huawei prévoit également de commercialiser une MatePad Pro sous HarmonyOS, qui dispose entre autres d’un écran OLED de 12,6″ et de 8 haut-parleurs au lieu de 4 sur la MatePad 11. Nous aurons bien l’occasion de vous détailler toutes ses spécificités dans notre grand test à venir.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Un design agréable, mais très classique

Commençons ce test comme il se doit par un petit tour rapide de ce que contient la boîte de la tablette. Dans l’exemplaire que nous avons reçu, la MatePad 11 est accompagnée d’un chargeur 18 W, d’un cordon USB-A / USB-C et d’un adapteur USB-C / Jack. Point de stylet à l’horizon, lequel devrait pourtant être fourni avec l’appareil. La version que nous avons reçue de la part de Huawei n'en contient pas, mais comme il s'agit d'un exemplaire destiné à la presse, il n'y a pas lieu non plus de s'inquiéter. Pas de chance pour nous, mais nous espérons mettre la main dessus très rapidement et apporter comme il se doit un complément à ce test comme il se doit.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Du haut de ses 11 pouces et de son écran tout en longueur, la tablette est grande… Trop grande peut-être, jugeront certains. À moins d'avoir de grandes mains, vous aurez probablement du mal à la tenir d'une seule tout en tenant de l'autre le stylet en n'étant pas confortablement assis dans le canapé (un peu comme dans notre vidéo ci-dessus : ne rigolez pas, mais ça a été une torture toute la durée du tournage de la maintenir ainsi en l'air).

Néanmoins, la tablette reste très maniable et son poids d'un peu moins de 500 grammes (493 grammes très exactement sur la balance) la rend finalement assez agréable à utiliser. D'autant que vous pourrez facilement la glisser dans un petit sac à main ou un sac à dos sans craindre la surcharge.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Toujours côté design et prise en main, on note que le bouton d’allumage est placé sur la bordure haute de l’appareil, tandis que les boutons de réglage de volume sont situés sur la tranche droite de la tablette. Leur placement sur la partie haute de l’appareil est assez déconcertant de prime abord, mais le fait qu’ils soient situés à moins de deux centimètres du bouton de mise en marche se révèle finalement assez pratique. C’est juste un coup à prendre.

Les quatre haut-parleurs situés en haut et en bas de l'appareil se montrent également eux aussi plutôt discrets, tout comme le capteur photo arrière et son flash. Le dos de l'appareil est recouvert d'une surface mate gris foncé. Huawei a misé sur un esthétisme sobre, tout en offrant à la MatePad 11 un côté assez classieux. Et même si l'arrière de l'appareil fait les frais de quelques traces de doigts à l'arrière, la tablette a de quoi séduire par sa simplicité et son apparente robustesse.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Des performances au top et une belle autonomie

Attaquons-nous maintenant au “cœur” de la tablette. La MatePad 11 palpite à l’aide d’un Snapdragon 865. Pour mémoire, c’est le même SoC qui équipait les smartphones haut de gamme en 2020, parmi lesquels on trouve le OnePlus 8T, le Galaxy S20 FE (version 5G), l’Oppo Find X2 Pro, l’Asus Rog Phone 3, le Xiaomi Mi 10 Pro, etc. Il ne s'agit pas d'un processeur d'entrée de gamme, mais bel et bien d'un SoC destiné aux flagships, même s'il a été remplacé dans cette catégorie depuis par les Snapdragon 865+, 870 et 888.

Comme évoqué précédemment, l’appareil est équipé tantôt de 4 Go de RAM et de 64 Go de stockage, tantôt de 6 Go de mémoire vive et de 128 Go d’espace de stockage. Pour nos tests, c’est de ce dernier modèle dont nous avons disposé.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Ce n’est pas une énorme surprise, mais c’est l’un des points positifs sur lequel nous nous devons d’insister : la MatePad 11 est un véritable petit bijou de puissance. Son SoC en fait l’une des tablettes les plus performantes parmi les modèles de milieu de gamme, si ce n'est “la” tablette la plus puissante à l'heure actuelle à moins de 400 euros. Les benchmarks que vous trouverez dans cet article le démontrent. La MatePad 11 fait “péter les scores”, mais il n'y a pas que ça qui compte. À l'usage, nous n'avons jamais rencontré le moindre ralentissement dans les jeux que nous avons lancés (Genshin Impact, Fortnite, etc.). À aucun moment la tablette n'a été prise en défaut. Et le fait de pouvoir jouer en 120 Hz dans certains titres offre une expérience encore meilleure, mais nous allons y revenir.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Côté autonomie, Huawei annonce une longévité de 12 heures en lecture vidéo en local (les fichiers vidéo sont stockés sur la tablette) grâce à la batterie de 7250 mAh. Nous avons vérifié cette donnée : même si nous n'avons pas pu atteindre les 12 heures d'autonomie, nous nous en sommes rapprochés au cours des 2 tests que nous avons lancés en lecture locale. Lors du premier test, la tablette a tenu 11h51, tandis que lors du second, à l'aide d'une autre vidéo lue en boucle et avec un volume réglé un petit peu plus fort, elle a pu endurer 11h43 de lecture vidéo. En revanche, en lecture en streaming, l'autonomie se voit réduite : on perd dans ce cas un peu moins de 2 heures. Comptez donc une dizaine d'heures d'autonomie donc en lecture vidéo Wi-Fi.

Malgré tout, il faudra vous montrer un peu patient en ce qui concerne la recharge. Selon nos tests, l’appareil se recharge à hauteur de 33% en 30 minutes. Pour récupérer 66% de batterie, il faudra attendre 70 minutes, tandis qu’une charge complète nécessite 2h06. C'est long, mais la capacité de la batterie explique cette durée.

Un écran 120 Hz, que demander mieux ?

L’appareil dispose d’un écran de 10,95″ et profite d’un ratio taille d’écran/taille total de 86%. La taille de l’image est de 2560 x 1600 pixels, la tablette offrant un affichage DCI-P3. En revanche, et contrairement à des tablettes comme la Galaxy Tab S7 Plus de Samsung, pas d’écran OLED à l’horizon. Rien d’anormal à cela, la MatePad 11 rentre dans la catégorie des tablettes de milieu de gamme. Pour bénéficier d’un affichage OLED, il convient de se tourner du côté de la grande sœur, la MatePad Pro, qui vaut deux fois plus cher.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

L'une des grandes forces de la MatePad 11, c'est d'offrir une vitesse de rafraîchissement qui peut atteindre les 120 Hz. Nous en avons déjà maintes fois parlé, mais cette fréquence élevée permet un défilement plus fluide dans les jeux, mais également dans la navigation ou dans le défilement de certaines applications. Et la MatePad 11 ne déroge pas à la règle : c'est propre, c'est fluide, c'est un bonheur à utiliser. Certes il est possible de revenir au 60 Hz sur la tablette, afin de gagner un peu en autonomie, mais pas beaucoup en réalité, car la vitesse de rafraîchissement est adaptative. Huawei offre d'ailleurs 3 réglages possibles :

  • Dynamique (ce que la plupart des autres constructeurs nomment « Adaptatif »)
  • Élevée (réglé sur du 120 Hz quoiqu’il arrive)
  • Standard (calé sur du 60 Hz)
Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Alors, quelle conclusion formuler à l'égard de cet écran au final ? Les couleurs sont vives et belles, les noirs sont assez profonds, et ce malgré l'absence de technologie OLED. Très sincèrement, il n'y a rien à redire, à part peut-être un aspect un peu trop brillant. Comme vous pouvez le voir sur les photos de cet article, l'écran adore les reflets, ce qui peut occasionner quelques soucis de lecture en plein soleil. Pour le reste, l'écran est le compagnon idéal pour la lecture de vidéo, le jeu ou la navigation Web.

Nous avons soumis la tablette à notre sonde habituelle et il s'avère que la dalle IPS s'en tire bien sur plusieurs points. Son Delta E de 3,0 lui confère un respect des couleurs très correct. La tablette offre également une luminosité maximale vraiment bonne, tout comme son contraste moyen de 1324 lui permet de se sortir du lot face à la concurrence, sans bien évidemment pouvoir rivaliser avec un écran OLED. En revanche, la température relevée de 7533 en mode par défaut est peu élevée. Il conviendra donc d'ajuster le tir via les options d'affichage de l'appareil.

Une qualité audio au rendez-vous

On l’oublie peut-être un peu trop souvent, mais la partie audio constitue probablement l’un des éléments les plus importants d’une tablette. Que ce soit pour regarder ses films ou ses séries, pour jouer, pour discuter en vidéo via une application de chat, la qualité de la restitution audio délivrée par ce genre d’appareil se doit d’être de très bonne facture. À défaut, il faudra toujours emporter avec soi un casque ou un haut-parleur Bluetooth, ce qui n’est pas forcément pratique.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Huawei s’est penché sur la question et a intégré à sa tablette pas moins de quatre haut-parleurs. En outre, et si l’on en croit le fabricant, le système Histen 7.0 permet de booster les basses et offre un champ sonore amélioré. Le tout a été conçu avec Harman/Kardon, que l’on ne présente plus. Côté micro, la tablette profite de quatre dispositifs. Trois d’entre eux sont disposés tout autour de la tablette, tandis que le quatrième est placé à l’arrière de l’appareil.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Qu’en est-il dans les faits ? Le son est plutôt bon, voire très bon. Comme à l’accoutumée, impossible pour ce genre d’appareil de rivaliser avec de petites enceintes dédiées, c’est évident. Mais la qualité est bonne et regarder ses films et séries sur la tablette Huawei se révèle nettement plus avantageux que sur la plupart des modèles concurrents ou n'importe quel smartphone (sans prendre en considération la taille de l'écran, bien sûr, uniquement sur le plan audio). Même à plein volume, ça ne sature pas, et les basses sont suffisamment présentes pour assurer une bonne immersion dans tout type de programme (série TV ou film).

Photo : pas mal, mais ce n'est pas son principal intérêt

Même si une tablette de 11″ n'est pas véritablement l'appareil idéal pour prendre des photos, nous avons quand même voulu éprouver les capacités des deux capteurs de l'appareil. Ne serait-ce que pour des photos d'appoint (“Mince, j'ai oublié mon smartphone aujourd'hui !”), mais aussi pour juger de la captation.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Huawei MatePad 11 photo zoom x2
À gauche vue classique / à droite zoom x2.

Le capteur arrière de 13 MP et celui à l'avant de 8 MP font convenablement leur job, mais n'en attendez pas non plus des performances extraordinaires. Les couleurs sont bonnes, parfois un peu très légèrement saturées, mais la tablette offre au final des clichés pleinement exploitables. L'absence de zoom optique entraîne nécessairement une déperdition de détails dès que l'on dépasse le x2.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS
À gauche vue classique / à droite zoom x10.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Sans avoir opéré la moindre balance colorimétrique, l'image ci-dessous montre le capteur photo arrière a parfois tendance à altérer les couleurs. Les nuages sont parfaitement blancs, ce qui n'était pas vraiment le cas le jour de la prise de vue de ce cliché.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Notez enfin qu'aucun mode portrait n'est envisageable, que ce soit à l'avant comme à l'arrière. Mais comme dit en préambule, utiliser une tablette pour la prise de vue est aujourd'hui une pratique compliquée à cause de la taille des appareils, et qui est totalement tombée dans l'oubli, ou presque.

HarmonyOS : le sujet qui fâche, vraiment ?

La caractéristique principale de cette tablette réside surtout dans son système d’exploitation : plutôt que d’y trouver Android, on profite d’un tout nouveau système, HarmonyOS. Enfin, pas si « nouveau » puisque la Chine en profite depuis 2019, mais « nouveau » pour le reste du monde. Pour mémoire, Huawei n’a plus le droit de faire de commerce avec la plupart des géants de la tech américains (sauf Microsoft ?). Par conséquent, voilà deux ans maintenant que tous ses produits sont privés des services Google. En outre, si Huawei peut toujours exploiter Android sur ses téléphones et ses tablettes, il lui faut se contenter de la version Open Source.

Bien avant l’embargo imposé par les États-Unis, Huawei planchait déjà sur son propre OS, c’est du moins ce qu’affirme l’entreprise chinoise. C’est ainsi qu’est né le projet HarmonyOS, que l’on connait aussi sous le nom de Hóngméng OS. Mais plutôt que de réinventer la roue, Huawei s’est beaucoup inspiré d’Android, notamment la version 10 de l’OS de Google. Les détracteurs de Huawei lui reprochent d’avoir ouvertement copié Android, sans chercher à réellement innover. Mais c’est un peu plus complexe que cela, en réalité.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Bref, vous l’aurez compris, la MatePad 11 nous permet enfin de découvrir ce que vaut HarmonyOS face aux deux ténors du genre que sont Android et iOS (ou iPadOS dans le cas des tablettes). Alors, le système d'exploitation de Huawei a-t-il toutes les chances pour devenir une alternative pertinente aux systèmes d’exploitation de Google et d’Apple ? Au premier lancement, difficile de ne pas faire la comparaison avec Android. Huawei ne s’en cache pas : son nouvel OS est basé sur le code Open Source d’Android, mais emprunte également un peu de code à Linux (Android appartenant lui aussi à la grande famille des OS Linux). En revanche, le géant chinois a aussi cherché à s’en détacher en empruntant certains éléments à… iOS/iPadOS !

Au premier lancement on note la présence d’un dock d’application sur la partie basse de l’écran d’accueil. Celle-ci regroupe à la fois les applications récemment installées, mais aussi les applications que vous utilisez le plus souvent. On pourrait voir HarmonyOS comme un mix entre deux systèmes d’exploitation déjà existants, Android et iOS. Et c’est plutôt malin de la part de Huawei, qui tente ainsi de rallier à sa cause les deux communautés d’utilisateurs. Mais c'est surtout Android qui reste la base principale du nouvel OS. L'intitulé des menus, leurs dispositions, les paramètres… Tout rappelle Android.

Si, à gauche de l’écran de l’accueil on trouve Assistant TODAY, celui-ci se révèle dans son design et son utilisation très similaire à Google Assistant. Le système d'exploitation de Google et ses applications sont tellement omniprésents qu’on les retrouve même dans les raccourcis. Pour prendre une capture d’écran par exemple, il suffit de presser simultanément sur le bouton de volume bas et celui de mise en marche. Exactement comme sous Android. Notez que les raccourcis tactiles tels qu'on les connaissait sur les autres smartphones et tablettes Huawei sont toujours présents. Toquer d'un doigt sur l'écran permet de prendre une capture d'écran, tandis que la même opération effectuée à l'aide de deux doigts lance une capture vidéo.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

À l’usage, le nouvel OS se montre d’une excellente fluidité, doublée d’une étonnante stabilité. On se dit (à tort) que le système d’exploitation, à cause de sa relative jeunesse, risque de buguer et de ramer à foison. Ce n’est pas le cas, du moins pas durant les deux semaines qu’ont duré notre test.

Parmi les petites choses inédites que l’on trouve sur HarmonyOS 2 et que l’on ne trouve pas ailleurs, il y a aussi le multiscreen. Cette fonction permet d’afficher deux fenêtres de la même application à l’écran. Très pratique pour consulter des informations, tout en restant sur l’écran d’accueil de l’application, par exemple. La tablette doit être placée en mode paysage. En revanche, très peu d’applications prennent en charge cette fonctionnalité (Santé, Petal Search…). La tablette dispose d’un mode appelé « duplicateur d’application » : grâce à lui, une application comme Santé ou Petal Search peut utiliser deux fenêtres, chacune affichant un contenu différent.

Huawei MatePad HarmonyOS double ecran

HarmonyOS prend également en charge l’affichage déporté depuis un autre appareil Huawei. Par exemple, si vous utilisez un PC de la marque, vous pouvez afficher l’écran de l’ordinateur sur la tablette. Il est possible de le faire soit en mode miroir, soit en mode étendu.

Enfin, dernière petite innovation : le multifenêtrage. Vous pouvez utiliser la tablette pour afficher quatre fenêtres en même temps sur la tablette. Une fonction très utile par exemple pour copier-coller des informations d’une application à l’autre, pour jouer tout en regardant une vidéo, etc.

Huawei MatePad HarmonyOS parametres 02

En revanche, et tout comme pour les smartphones Huawei depuis le Mate 30 Pro, l’installation d’applications passe par l’AppGallery. Pas de Google Play Store donc, et c'est tout à fait normal. C'est peut-être là le point le plus tendancieux de l'OS : à l'heure actuelle, l'AppGallery ne remplit pas toutes ses promesses. Beaucoup d'applications “occidentales” que l'on utilise couramment ne sont pas présentes. Pas de Facebook, pas de Twitter, pas d'Instagram, pas de Pinterest… Dans le meilleur des cas, il faut passer par le site de l'éditeur pour obtenir un APK. Sinon, il faut utiliser un store alternatif. Par ailleurss, chaque lancement du store s’accompagne d’une publicité de 3 secondes, il faudra faire avec. Et l’AppGallery n’est pas encore parfaite. Quand on souhaite par exemple installer l’application Facebook, le store renvoie différents résultats, mais aucun ne permet de télécharger officiellement l’application depuis le site de Facebook.

En clair, un OS aussi performant soit-il, ne vaut rien sans une puissance logithèque. La bonne surprise, c’est que Harmony OS se révèle malgré tout compatible avec toutes les applications Android que nous avons pu tester. Car si le store de Huawei est finalement peu fourni, son utilisation conjointe avec Petal Search permet d'installer toute sorte d'application depuis APKPure. Et rien ne vous empêche d'installer à la mano vos propres APK récupérés ici et là.

Peut-on installer les services Google et le Play Store sur la MatePad 11 ?

À l’heure actuelle, il n’existe aucune méthode similaire aux « hacks » que l'on a pu voir fleurir sur les Mate 30 et autres P40 de Huawei. Ce type d’installation, qui nécessite généralement de downgrader l’appareil, n’a pas encore lieu sur la tablette, et ne verra peut-être jamais le jour.

En revanche, il y a bel et bien un moyen d’installer les services Google sur la tablette, un moyen que les utilisateurs de modèles récents comme le récent Mate 40 connaissent bien. Il suffit pour cela d’installer une application comme DualSpace (qui permet de lancer tous les services Google) OurPlay (qui permet quant à elle de contourner les limitations de Google et d’installer le PlayStore) ou encore GSpace. Pour notre part, c’est ce dernier qui s’est avéré le plus efficace et le plus pratique à utiliser, mais libre à vous d’en retenir un autre.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Nous avons donc tenté l’expérience et cela fonctionne pleinement : une fois l’application GSpace installée et l’un de nos comptes Google connecté, nous avons pu accéder au Play Store, afin de réinstaller une bonne partie des applications que nous utilisons au quotidien. Instagram, WhatsApp, Gmail, Google Photos, toutes fonctionnent sans souci sous HarmonyOS 2. Notez en revanche qu’une application comme Google Maps refuse en revanche de s’installer correctement. Pour l’anecdote, la tablette est perçue par l’installateur comme un Honor 8X, un smartphone sorti en 2018… Quelques mois avant l’embargo par l’administration de Donald Trump, donc.

En conclusion

Pour les besoins de ce test, nous aurions beaucoup aimé mettre la main sur le stylet, mais également sur le clavier. Malheureusement, Huawei n’a pas encore pu nous les fournir. Nous n’hésiterons pas à mettre à jour cet article aussi vite que possible et vous livrer toutes nos impressions, car ces deux composants peuvent aussi changer la donne. Huawei annonce pour son M-Pencil de 2e génération 4096 niveaux de pression, ainsi qu’une conception plus « lisse pour un confort et une adhérence améliorés ». Toujours selon le fabricant, sa nouvelle pointe recouverte de platine, qui profite d’une finition givrée, lui offre une meilleure protection contre l’oxydation. Enfin, le M-Pencil se recharge en Bluetooth via la tablette. Le simple fait de le déposer sur le rebord supérieur de l’appareil, qui ai aimanté à cet endroit uniquement, aux deux composants de s’appairer, la tablette en profitant également pour recharger le stylet. Bref, c’est le genre de petit accessoire qui peut faire aussi la différence.

Huawei MatePad 11 HarmonyOS

Mais alors, on l'achète ou pas cette tablette ? Tout comme nous avions longuement hésité pour les Mate 30 Pro, P40 et autres Mate 40 Pro, qui tournent sous Android, mais sont dépourvus de base des GMS, la réponse concernant la MatePad 11 tient en deux hypothèses :

  • Si vous possédez déjà un appareil Android, mais que vous êtes plutôt débutant dans son utilisation, vous risquez d'être fort déçu par la tablette de Huawei sous HarmonyOS. Même si le contenu de l'AppGallery s'enrichit un peu plus chaque jour, le store de Huawei est encore bien loin d'égaler celui de Google. Par ailleurs, le fait de devoir passer par des stores alternatifs comme APKPure pour réellement retrouver les applications que l'on utilise peut sembler rébarbatif. Non pas que ce soit réellement complexe, mais ce n'est pas vraiment plug n'play.
  • En revanche, si vous êtes un peu plus familiarisé avec Android et l'installation d'APK, si le fait de devoir lancer un store alternatif ou de s'en remettre à une application comme GSpace pour accéder au Play Store ne vous fait pas peur, alors cette tablette peut se révéler un très bon choix. Car elle a finalement tout ou presque pour séduire, tant ses qualités matérielles sont nombreuses et son prix se révèle canon.



Note finale du test : Huawei Mate 11 (sous Harmony OS 2.0)

Et vient le douloureux moment de noter la Huawei Mate 11. Sur le plan purement matériel, c'est un sans faute ou presque. La tablette est puissante, profite d'un écran en 120 Hz, fait preuve de robustesse et délivre une qualité audio franchement très correcte pour ce type d'appareil. C'est quasiment un sans-faute. En revanche, la partie logicielle est encore en pleine évolution. Si vous possédez déjà un appareil sous Android, vous ne serez probablement pas dépaysé par HarmonyOS tant le système de Huawei s'inspire de celui de Google. Néanmoins, si vous décidez d'acquérir cette tablette, soyez bien conscient qu'il faudra mettre un peu les mains dans le cambouis (mais trop non plus). Il vous faudra soit passer par des stores d'APK, soit installer une application permettant de lancer le Play Store de Google. Faute de quoi, il faudra faire avec l'AppGallery et Petal Search, qui sont loin d'être aussi pratiques et bien achalandés que le Play Store de Google. Au final, voici une très bonne nouvelle, mais que nous ne conseillerons qu'aux plus aguerris et/ou aux fans de la marque.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers tests !