Test de l’Alienware Area-51m : le PC gamer portable, pour les vrais pros

L’Alienware Area-51m était l’une des stars du CES 2019 de Las Vegas : ce PC portable propose des composants de PC de bureau – dont un Intel Core i9 et une Nvidia RTX 2080 upgradables, l’ensemble dans un design tout en RGB et lignes futuristes venues d’une autre planète. De quoi séduire les gamers les plus exigeants en quête de mobilité, à condition de pouvoir s’accommoder de son format relativement imposant et de son prix. Ce PC portable d’exception est-il fait pour vous ? Réponse dans notre test. 

Dell a racheté le fabriquant de PC gamers Alienware en 2006 : la firme à la tête d’extra-terrestre vise depuis la fin des années 1990 le marché du jeu vidéo avec des machines haut de gamme, haute performance – au positionnement tarifaire premium. Depuis son rachat, la firme a gardé une grande autonomie, et a renforcé sa différence avec des design à la fois singuliers, futuristes et immédiatement identifiables. L’Alienware Area-51m est en est l’une des meilleures illustrations récentes : on parle ici d’un PC portable 17″ au design et performances hors du commun et presque entièrement upgradable comme le serait un PC de bureau.

Prix de l’Alienware Area-51m

Les Alienware Area-51m sont disponibles sur le site de Dell dès 2299,52 €. En fonction de vos choix de configuration le total peut frôler les 4000 €. Voici 7 exemples de configurations et leur prix TTC, au moment où nous écrivons ces lignes, selon le site officiel :

  • Intel i7-8700 + Nvidia GeForce RTX 2060 6Go + 8 Go de RAM + SSD 256 Go + Ecran FHD 60 Hz : 2299,52 €
  • Intel i7-8700 + Nvidia GeForce RTX 2070 8Go + 16 Go de RAM + SSD 256 Go + SSHD 1 To + Ecran FHD 144 Hz sans Nvidia G-Sync : 2999,54 €
  • Intel i7-9700K + Nvidia GeForce RTX 2060 6Go + 8 Go de RAM + SSD 256 Go + Ecran FHD 60 Hz : 2399,51 €
  • Intel i7-9700K + Nvidia GeForce RTX 2070 8Go + 16 Go de RAM + SSD 256 Go + SSHD 1 To + Ecran FHD 144 Hz sans Nvidia G-Sync : 3099,55 €
  • Intel i9-9900K + Nvidia GeForce RTX 2060 6Go + 8 Go de RAM + SSD 256 Go + Ecran FHD 60 Hz : 2549,51 €
  • Intel i7-9700K + Nvidia GeForce RTX 2070 8Go + 16 Go de RAM + SSD 256 Go + SSHD 1 To + Ecran FHD 144 Hz sans Nvidia G-Sync : 3249,55 €
  • Intel i7-9700K + Nvidia GeForce RTX 2070 8Go + 32 Go de RAM + SSD 256 Go + SSHD 1 To + Ecran FHD 144 Hz avec Nvidia G-Sync : 3649,54 €

Ces configurations sont des configurations base, avec jusqu’à trois options d’écrans FHD – la différence entre les versions étant la compatibilité avec Nvidia G-Sync, la présence de l’oculométrie Tobii, et la fréquence de rafraichissement (60 Hz ou 144 Hz). Ces ordinateurs portables ont des caractéristiques plutôt uniques, notamment d’un point de vue évolutif. Le processeur, la RAM, et la carte graphique peuvent être upgradées par l’utilisateur après l’achat.

La version que nous avons testée est la configuration Intel i9-9900K avec 32 Go de RAM, SSD NVMe 512 Go, écran 144 Hz avec eye tracking Tobii, et une Nvidia GeForce RTX 2080 – une configuration qui était temporairement indisponible à l’achat lorsque nous écrivions ces lignes – mais qui devrait bientôt revenir en stock selon le service client de la marque.

Contenu de la boîte

  • 1x Alienware Area-51m
  • 1x chargeur 180W
  • 1x chargeur 330W
  • 1x manuel utilisateur

Fiche technique

Dimensions- Hauteur : avant 27,65 mm (1,09"), arrière 31,2 mm (1,23"), niveau maximal 42 mm (1,7")
- Largeur : 402,6 mm (15,85")
- Longueur : 319,14 mm (12,565")
Poids3,87 kg (chargeur non inclus)
EcranÉcran 17,3" FHD (1920x1080) 144Hz antireflet, IPS, avec technologie NVIDIA G-SYNC et oculométrie Tobii
ProcesseurIntel® Core™ i9-9900K de 9e génération (8 coeurs, 16 Mo de mémoire cache, jusqu‘à 5 GHz avec technologie Turbo Boost)
GPUNvidia RTX 2080
RAM32 Go
Stockage512 Go SSD NVMe
Batterie90Wh + chargeur 180 W + chargeur 330 W
Connectique- 2x USB 3.1 SuperSpeed type A
- 1x USB 3.1 SuperSpeed type A avec PowerShare
- 1x USB-C Thunderbolt 3 avec Power Delivery (compatible USB 3.1 et DisplayPort 1.2)
- 1x HDMI 2.0 avec port de sortie HDCP 2.2
- 1x mini Display compatible Nvidia G-Sync
- 1x 2,5 GbE (10/100/1000/2500 base-T)
- 1x port "Amplificateur graphique Alienware"
- 2x Entrées d'alimentation
- 1x prise jack audio
- 1x prise entrée micro
Sans filWireless 1550 2x2 AC et Bluetooth 5.0
Version de Windows incluseWindows 10 Famille 64 bits
ColorisLunar Light et Dark Side of the Moon

Design

L’Alienware Area-51m représente une nouvelle direction design de la marque. Il se caractérise par un châssis en alliage de magnesium très robuste, avec « des lignes d’arrête fondues, des profilés et un éclairage vif » comme l’explique Dell. L’éclairage RGB est partout : au dos un immense anneau lumineux entoure l’excroissance au dos de laquelle se trouve certains connecteurs. Sur le dos de l’écran, le logo est aussi lumineux. Et bien sûr comme nous vous le disions, on trouve aussi un éclairage RGB sur le trackpad, le clavier, et le bouton ON.

L’ordinateur est proposé dans deux coloris, Lunar Light (clair) et Dark Side of the Moon (sombre) – qui est le coloris de notre modèle de test. La robe noire, très élégante, fait ressortir les accentuations lumineuses. Le reste de ce design futuriste est complété par l’inscription A51 au dos de l’écran, et les grilles d’aération en nid d’abeille sur le dessous et à l’arrière.

Le design de l’ensemble est plutôt réussi et c’est de loin le plus sobre sur ce modèle, mais il est clair qu’il ne s’adresse pas à tout le monde. Les utilisateurs en quête d’un design réellement plus sobre se tourneront sans doute vers d’autres options concurrentes – en particulier dans le reste de la gamme Dell ou chez Razer- mais qui ont toutes les chances hélas, d’être moins puissantes.

Ecran

Nous avions déjà pu tester une option d’écran FHD à 144 Hz lors de notre test de l’Alienware m15. L’écran de notre 17 pouces est forcément plus grand, mais a exactement les mêmes caractéristiques. L’avantage de ce type d’écran c’est un temps de réponse et effet de rémanence réduits à l’extrême. Dans les jeux, cela signifie une réactivité et une fluidité de l’image saisissante. En comparaison il devient difficile de repasser sur un écran avec un taux de rafraîchissement classique, deux fois moindre, à 60Hz.

Il est étonnamment lumineux – toutes les photos de ce test ont été prises avec un éclairage puissant – deux spots de 300 W de part et d’autre. Et pourtant même sur ces photos, on distingue bien l’intensité des couleurs. On peut lui trouver tout de même quelques petits défauts : en particulier l’angle de vision sans dégradation de la luminosité et des couleurs qui est plutôt réduit par rapport à d’autres écrans LCD de PC actuellement sur le marché. Sa finition matte – mais cela est davantage une affaire de préférence. Ou enfin les pixels, que l’on distingue plus facilement sur cet écran que sur celui de l’Alienware 15m que nous avions testé (qui est 15″ pour la même définition). On aurait sans doute apprécié que Dell propose une option écran 4K.

Pour l’instant, avoir accès à la 4K (ce dont cet ordinateur est par ailleurs largement capable) nécessite obligatoirement d’utiliser un écran externe.

Connectique

Les ports arrière avec de gauche à droite le port HDMI, le DisplayPort, le connecteur Ethernet 2,5 Gb, le port Amplificateur graphique, et les deux entrées d’alimentation.

L’Alienware Area-51m propose une connectique bien plus complète que l’écrasante majorité des PC portables. Avec presque autant de flexibilité que sur un PC de bureau. On compte ainsi 2x USB 3.1 SuperSpeed type A, 1x USB 3.1 SuperSpeed type A avec PowerShare, 1x USB-C Thunderbolt 3 avec Power Delivery (compatible USB 3.1 et DisplayPort 1.2), 1x HDMI 2.0 avec port de sortie HDCP 2.2, 1x mini Display compatible Nvidia G-Sync, 1x 2,5 GbE (10/100/1000/2500 base-T), 1x port « Amplificateur graphique Alienware », 2x Entrées d’alimentation, 1x prise jack audio, 1x prise entrée micro.

Deux ports USB-A 3.1 de ce côté

Un port USB-C Thunderbolt 3, et un port USB-A 3.1 avec respectivement Power Delivery et PowerShare et le port d’entrée micro et de sortie audio tous deux en 3,5 mm

« L’Amplificateur graphique Alienware » est en réalité un boîtier eGPU externe prenant en charge « tout type de carte graphique pleine longueur et double largeur pour ordinateur de bureau ». De quoi vous permettre de profiter d’une deuxième carte graphique discrète, donc, via une connexion rapide puisqu’il s’agit d’une extension de bus système. Ce monstre comportant également un port Thunderbolt 3, il est en théorie possible en théorie d’ajouter un 2e eGPU externe à l’ensemble.

Dans la plupart des cas de figure, avoir trois GPU est vraisemblablement inutile, mais certains utilisateurs apprécieront cette profusion d’options d’expansibilité pour séparer d’un côté le eGPU d’une chaine d’accessoires connectés en USB type C, par exemple. Notons également la présence d’un port Ethernet compatible 2,5 GbE. Bien sûr, pour profiter de ces débits, il faut disposer d’un routeur et/ou de switches compatibles avec cette norme. Il ne sont actuellement pas très nombreux sur le marché grand public (pour ne pas dire inexistants), et on se demande du coup pourquoi Alienware ne propose pas plutôt directement un port 10 GbE.

Les périphériques dotés d’un port 10 GbE sont en effet plus nombreux. On en trouve à des prix relativement accessibles – comme le Netgear Nighthawk Pro Gaming GS810EMX, Nighthawk AX8 ou les switches tel que le Netgear GS110EMX ou l’Asus XG-U2008 qui proposent chacun deux ports 10 GbE. Ces périphériques s’ils sont compatibles « multi-gigabit », ne proposent généralement que les modes 100/1000/10000 Gb. Autrement dit, même si les ports de l’Alienware Area-51m sont compatibles 2,5 GbE, la plupart des utilisateurs resteront coincés sur du 1 GbE, à moins de créer un réseau ad-hoc entre deux Alienware Area 51m et/ou avec d’autres ordinateurs compatibles avec cette norme ethernet. 

Clavier et trackpad

Le clavier est étonnamment large et complet : il inclut un pavé numérique ainsi qu’une dizaine de touches programmables. La course des touches est assez longue, et même si le top case montre un peu de souplesse lorsque l’on appuie un peu fort dessus, l’ensemble reste assez rigide et donne une sensation de solidité. Chaque touche de ce clavier – comme le bouton ON en forme d’alien, le trackpad et d’autres éléments du casing sont rétroéclairés individuellement par des LED RGB

Le trackpad en revanche n’a rien de distinctif, si ce n’est ses boutons physiques, et son rétroéclairage sur toute la surface – il est, en outre, relativement petit, ce qui est on doit dire un peu frustrant lorsque l’on est habitué à des surface tactiles plus grandes (notamment sur mac).

Néanmoins la sensibilité de cette surface est plutôt bonne, avec aucune erreur de détection en mode défilement à deux doigts, ou lorsque l’on fait défiler trois doigts pour montrer toutes les fenêtres dans Windows 10, par exemple, lors de nos tests. Mais à l’évidence, brancher une vraie souris ou une manette lors des sessions de jeu est quasi-inévitable.

Performances

Les performances sont sans surprise au rendez-vous. Du démarrage du système, au lancement des applications, l’ensemble est très rapide et réactif. Nous avons joué à Fortnite, avec tous les réglages graphiques sur Epic : le nombre d’images par secondes restait solidement arrimé autour de 144, comme les 144 Hz de l’écran, assurant des graphismes extrêmement fluides.

Nous avons également fait tourner les benchmark CPU et GPU de Cinebench r15 avec des résultats à la hauteur de sa fiche technique. Le système est noté pour aller jusqu’à 152,25 FPS, confortablement au-dessus de la fréquence de rafraichissement de l’écran de 144 Hz. Au test CPU, son i9-9900K obtent un score de 1794 cb, ce qui le place là encore parmi les meilleurs. Dell propose une suite logicielle qui permet d’overclocker aussi bien le GPU que le CPU – une possibilité permise à la fois par le caractère desktop de ses composants et le système de refroidissement très avancé de cet ordinateur.

D’ailleurs, est-il vraiment bruyant ? En utilisation classique (internet, vidéos, applications courantes…) le son des ventilateurs est pratiquement inaudible. Les ventilateurs se faisaient plus bruyants après une dizaine de minutes dans une partie de Fortnite. Poussés dans leurs retranchements, par exemple lors de notre benchmark Cinebench r15, leur son devient clairement très audible – sans attendre toutefois le niveau de ceux de l’Alienware 15m à plein régime. Le niveau sonore est donc dans le pire des cas raisonnable… mais un casque sera toujours apprécié dans les jeux.

Son

Le son qui sort des haut parleurs de l’ordinateur est puissant, mais on ne peut pas dire que l’on est vraiment impressionné par le rendu. Comparé à notre MacBook Pro 2016 – qui nous sert ici de référence – la réponse est particulièrement puissante dans les médiums, avec des basses très faibles, et des aigus étouffés. Néanmoins, on relève des efforts au niveau de la spatialisation du son : le stéréo est précis et convainquant, ce qui n’est pas forcément le cas sur une majorité de PC portables…

Une spatialisation sur laquelle s’appuie d’ailleurs le rendu audio 7.1 dans les jeux. Il semble néanmoins probable qu’une majorité d’utilisateurs préfèrera opter pour un casque de qualité pour profiter d’une expérience audio nettement plus immersive que celle délivrée par ces haut-parleurs. D’autant qu’à ce son un peu étouffé sur le haut et le bas du spectre peut vite s’ajouter le souffle des ventilateurs – même si ce bruit reste en général relativement discret, il peut se faire plus présent dans des jeux exigeants. Soulignons d’ailleurs que la présence de l’entrée micro et sortie audio séparée vous permettra d’y brancher facilement tout accessoire qui a votre préférence.

Autonomie et transportabilité

L’Alienware Area-51m donne davantage l’impression d’être une sorte « d’ordinateur de bureau portable », plutôt que d’un véritable PC portable. Il est, certes, transportable, mais il s’agit d’un véritable tank : il pèse tout de même 3,86 kg, sans compter les deux adaptateurs secteur (l’un d’entre eux, de 330W pèse plus d’1 kg). C’est aussi un engin plutôt épais, avec plus de 4 cm d’épaisseur mesurée à la charnière. Le fait qu’il s’agisse d’un 17″ et qu’il dispose d’une excroissance à l’arrière n’améliore en rien la situation.

Les deux immenses chargeurs de notre Alienware Area-51m de test

L’Alienware Area-51m est plus pratique à transporter que votre PC de bureau, son écran externe et ses accessoires. Mais ce n’est pas une machine que vous transporterez sans réfléchir dans votre sac tous les jours. La plupart du temps, il sera vraisemblablement utilisé comme un PC de bureau, avec option « transport » de temps en temps. La présence de grilles d’aération imposantes sous le dessous du châssis n’en fait de toute façon pas vraiment un ordinateur que vous prendrez plaisir à utiliser directement posé sur les cuisses…

La batterie est donc là surtout en dépannage. Comme celle de l’Alienware 15m, nous avons pu l’utiliser quelques heures (autour de 2h30) sur batterie en utilisation classique (navigation sur internet, essentiellement). Mais dès qu’il s’agit de jouer à des jeux, ce PC gaming très puissant a besoin de deux entrées d’alimentation – sous peine de voir ses performances bridées par Windows 10 et/ou de forcer le système à puiser l’énergie déficitaire dans la batterie.

Deux chargeurs, deux connecteurs secteur incompatibles…

Les blocs d’alimentation sont de taille différente, et ne sont pas compatibles avec les mêmes types de câbles d’alimentation secteur. Il est dommage que les ingénieurs d’Alienware n’aient pas trouvé de solution pour créer un système d’alimentation plus pratique. Ou, a minima, de s’appuyer sur les mêmes types de câbles secteur standard, de telle sorte que l’on puisse remplacer cette partie du bloc d’alimentation par un autre câble générique.

Evolutivité

L’Alienware Area 51m permet de changer de CPU, de carte graphique, de RAM et de périphériques de stockage après achat. Comme le précise Dell, « les mises à niveau du processeur peuvent être effectuées à l’aide de processeurs pour ordinateur de bureau standard, tandis que les mises à niveau des processeurs graphiques peuvent être effectuées via le remplacement du module graphique intégré ou avec l’amplificateur graphique Alienware ».

Dans les faits la carte graphique a un format particulier (propriétaire) – il ne s’agit pas d’une version classique que l’on trouve dans un PC de bureau en termes de facteur de forme. Il faut donc pour pouvoir upgrader ce composant que Dell propose des versions spéciales des dernières cartes graphiques. Un responsable de Dell rencontré sur le salon CES 2019 nous a assuré que ce serait le cas – mais l’absence d’options sur le site officiel depuis la sortie de ce PC nous incline à penser que cela reste tout de même encore à démontrer.

Le fait que l’on puisse remplacer le CPU par un processeur de bureau est néanmoins un avantage indéniable. Et dans tous les cas, les plus impatients pourront utiliser les dernières cartes graphiques du marché via un boîtier eGPU.

Sortez l'artillerie lourde !

L'Alienware Area-51m est un PC singulier aussi bien par son design venu d'ailleurs ou ses performances monstrueuses, que sa conception modulaire qui autorise le remplacement de sa carte graphique, CPU, RAM et stockage. Le tout avec des options de configuration dans lesquelles les meilleurs composants du marché sont disponible. Néanmoins, il ne faut pas trop se laisser amadouer par son look de PC portable - il s'agit plutôt d'un tank "transportable" : il pèse près de 4 kg, sans compter ses deux imposants blocs d'alimentation, n'est pas vraiment conçu pour être utilisé sur les genoux, en plus d'être "hors dimension" aussi bien en épaisseur, profondeur que dans le sens de la largeur. Il est néanmoins plus pratique à transporter que votre PC de bureau, son écran externe et ses accessoires. Clairement Alienware s'adresse ici à un public précis : celui de gamers professionnels en quête d'une "battle station" nomade, évolutive, avec des composants de PC de bureau. Pour ce public là, c'est le PC parfait, bien que l'on aimerait tout de même voir les ingénieurs Alienware corriger quelques petits détails - en particulier trouver une solution pérenne à ces deux énormes chargeurs, ou remplacer sur une future itération le port 2,5 GbE Par un port 10 GbE nettement plus courant.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
Test du Dell XPS 13 (2019) : l’ultrabook parfait

Dévoilé lors du CES 2019, le Dell XPS 13 (9380) est une version améliorée du modèle précédent, avec un processeur plus puissant et quelques raffinements design, en particulier un nouveau coloris blanc givré et la webcam qui passe sur la…

Test de la Shadow Ghost : faut-il craquer pour le PC du futur ?

Annoncée le 27 février 2019, la Shadow Ghost fait figure de PC du futur. Elle permet d’accéder au service Shadow, un PC dans le cloud. Nous avons pu tester la Ghost pendant plusieurs semaines. Faut-il craquer pour cette box avant-gardiste ? Découvrez notre test complet.

Test Dell G5 15 : le colosse aux pieds d’argile

Les Dell G5 15 viennent prendre le relais des Inspiron 7000 15 sur la gamme gaming du constructeur américain. Plus abordables que les Alienware, ils permettent de faire tourner des jeux récents dans de bonnes conditions sans avoir à se…

Test Alienware 15 R3 : petit mais monstrueusement costaud

Voici notre test du Alienware 15 R3, un PC portable pour les gamers proposant une fiche technique très alléchante dans un format un peu plus compact que certains concurrents. Le constructeur ne fait aucun compromis et propose ce qui se…

Test Xiaomi Mi Notebook Pro : le meilleur de sa catégorie ?

L’heure du test a sonné pour le Xiaomi Mi Notebook Pro. Le PC dispose d’une fiche technique très aguicheuse compte tenu de son prix et son design semble s’inspirer des ordinateurs portables de la pomme pour un prix bien évidemment beaucoup plus accessible. Après avoir passé plusieurs semaines en sa compagnie.

Test du MSI Stealth Pro (GS63 7RE) : un excellent PC de gaming presque portable

Avec son Stealth Pro (GS63 7RE) MSI tente de séduire les gamers avec un PC portable à l’excellent rapport qualité-prix. Sa fiche technique promet de belles performances et son design compact en font un modèle transportable plus facilement. Le tout pour un prix contenu. Mais est-ce suffisant ? Réponse dans notre test complet !

Test du Dell XPS 13 (2018) : l’excellence tout simplement

La gamme XPS de Dell est une référence sur le marché des ultrabooks. Avec l’édition 2018, le constructeur apporte quelques petites améliorations. Nous avons pu tester le Dell XPS 13 (2018) durant quelques jours. Voici toutes nos impressions.

Test Chuwi SurBook : un clone de la Surface Pro à prix mini

Voici le test du Chuwi SurBook un 2 en 1 fonctionnant sous Windows 10. L’appareil est sur le grill, nous passons en revue son autonomie, son design, son écran, ses performances et nous livrons toutes nos impressions en détails, c’est parti !

Test Razer Blade Pro 17 (2017) : une grande puissance dans un format compact

Voici le test du Razer Blade Pro de 17 pouces équipé de la GeForce GTX 1060, nous faisons un point complet sur son écran, l’autonomie, l’écran et ses performances. Le PC portable pour gamer propose une fiche technique haut de gamme et dispose d’atouts susceptibles d’attirer l’attention des joueurs.

Test Xiaomi Notebook Air 13 (2017) : séduisant, surprenant et polyvalent

Voici le test complet du Xiaomi Notebook Air 13 (2017) avec notre avis sur son écran et son autonomie. L’ultraportable du constructeur chinois passe sur le grill découvrez nos impressions. L’appareil dispose de nombreux atouts et d’une fiche technique particulièrement séduisante compte tenu du prix. Nous allons développer notre ressenti tout au long de ce test. C’est parti !

Test du DELL XPS 13 2 en 1 : l’ultra portable hybride presque parfait !

DELL présentait début 2017 le XPS 13 2 en 1, une déclinaison hybride de son célèbre ultra portable. Ce dernier a été salué par tous les observateurs pour ses qualités, le classant parmi les meilleures machines du marché. Qu’en est-il de cette déclinaison hybride ? DELL a-t-il renouvelé l’exploit ? Réponse dans notre test complet.