Le recours au téléchargement illégal a augmenté en Europe pendant le confinement du coronavirus. Une étude Sandvine révèle que les BitTorrent ont dépassé Netflix en termes de bande passante. L’étude suggère également un recours plus important au téléchargement direct. 

Ordinateur télétravail
Crédits : Unsplash

Une étude Sandvine donne une idée de l’impact du confinement en Europe sur les comportements des internautes. Le premier enseignement le plus évident de cette étude, c’est une hausse inédite du recours au téléchargement de torrents au sein de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique). Depuis des années le trafic de torrents était pourtant en baisse, grâce à la montée en puissance de plateformes de streaming légales comme Netflix, Prime Video ou encore plus récemment Disney+.

Alors que le trafic de Netflix représentait dans la période plus de 11 % de la bande passante internet mondiale, le trafic BitTorrent l’a vite dépassé dans la région EMEA(8,38% du trafic contre 6,09% pour Netflix). Cette différence de comportements s’explique en grande partie, selon Sandvine, par la mise en place de mesures de confinement dans divers pays d’Europe pendant la période de collecte de données.

Le traffic BitTorrent et HTTP a explosé

Trafic internet
Crédits : Sandvine

Au même moment, les Etats-Unis tardaient à mettre en place des mesures semblables. Et la zone des pays d’Asie avait déjà entamé son déconfinement. L’autre élément intéressant, c’est la forte hausse (+9,56%) du trafic HTTP qui s’est hissé à la 2e place des flux internet. Or, étonnamment, Sandvine interprète ce résultat uniquement sous l’angle de la consommation des sites d’information sur le coronavirus.

Ce qui parait réducteur : les analystes oublient par la même occasion que les torrent ne sont que l’un des modes de téléchargement illégal. Et que le recours au téléchargement direct sur des sites illégaux est également un mode de piratage populaire. Le chiffre HTTP cache donc peut-être plusieurs réalités : effectivement d’un côté une hausse du trafic sur les sites d’information, mais aussi une hausse du téléchargement direct sur des plateformes.

Lire également : Confinement – les Français regardent sur YouTube des vidéos de cuisine et de fitness

Ce chiffre peut en outre être aussi gonflé par le recours au télétravail et au partage de fichiers sur des plateformes de cloud comme Google Drive. Dans l’ensemble, le trafic internet a augmenté de 40% pendant le confinement. La plus grosse part du gâteau a été consommée sur YouTube – ce qui explique sans doute pourquoi la plateforme a accepté de réduire la qualité des vidéos pour éviter une surcharge du réseau.



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !