Reconnaissance faciale : la Chine s’intéresse aux chiens et chats pour mieux verbaliser les propriétaires

La reconnaissance faciale pourrait prochainement aider la police à verbaliser les propriétaires de chiens et de chats – en reconnaissant la truffe de leur ami à quatre pattes. Megvii, une start-up chinoise développe un système de reconnaissance faciale qui doit dans un premier temps servir d’alternative aux puces et tatouages. Mais la technologie pourrait également servir à verbaliser plus efficacement les propriétaires négligents. 

Reconnaissance Faciale chiens

La start-up chinoise Megvii ne vous dit peut-être rien – ce spécialiste de l’intelligence artificielle fournit entre autres des solutions de reconnaissance faciale au gouvernement chinois. Après les humains; Megvii s’intéresse désormais aux chiens et aux chats. La firme croit avoir développé une méthode plus efficace pour identifier individuellement un animal – et surtout le propriétaire rattaché à son dossier : Megvii utilise la truffe de nos amis à poils comme une sorte d'empreinte digitale.

Chine : propriétaires de chiens et chats pourraient bientôt être verbalisés grâce à la reconnaissance faciale

On apprend au passage que la forme et les détails à la surface de la truffe des animaux est tout aussi unique que les rainures qui se forment sur la peau des mains des humains dès les premières semaines de gestation. Pour l’heure, l’ambition de ce système est simplement de remplacer les puces et tatouages comme moyens d’identification. Cette solution serait, en effet selon Megvii, moins chère et invasive pour l’animal.

Le concept n’est pas tout à fait neuf. Abascus News (filiale de South China Morning Post, ndlr) évoque le cas de Finding Rover, une application qui aurait permis de retrouver plus de 15.000 animaux depuis son lancement. Les empreintes de truffe sont par ailleurs déjà prélevées dans certains refuges dans le monde. Mais avec des méthodes souvent inadaptées : dans certains cas, le personnel applique de l’encre sur la truffe avant d’y apposer une feuille de papier, exactement comme l’on prélèverait des empreintes digitales sur des humains.

La méthode de Megvii s’appuie sur une simple photo de la truffe prise avec un smartphone. L’intelligence artificielle localise ensuite des marqueurs uniques qui permettent de dresser un profil unique qui s’ajoute à une base de données. La précision actuelle due système serait de plus de 95%. Or, la nouveauté, c’est que cette technologie a toutes les chances de se retrouver entre les mains des autorités chinoises. Les animaux de compagnie sont très nombreux en Chine : on estime leur nombre à 91 millions dans les zones urbaines. Or avec une telle popularité, les incivilités se seraient multipliées dans le pays.

Lire également : La reconnaissance faciale des smartphones pour s’assurer que l’on regarde les pubs avec attention ?

Les deux reproches les plus récurrents, ce sont les propriétaires qui « oublient » de ramasser la crotte de leur animal, ou ceux qui les baladent sans laisse. Mais avec la technologie de Megvii, il pourrait devenir très vite compliqué de passer entre les mailles du filet. Le pays compte en effet déjà 170 millions de caméras de vidéosurveillance dopées à l’IA – nombre qui devrait atteindre 240 millions d’ici à 2020. Autant d’occasion de « flasher » les chiens et les propriétaires indélicats comme on le fait déjà pour les usagers de la route…

Que pensez-vous de cette technologie ? Seriez-vous pour ou contre que l’on utilise un système similaire en France ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : Abascus

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Smartphone : un nombre impressionnant de gens n’y connaissent rien

Un nombre impressionnant d’utilisateurs de smartphones n’y connaissent rien : c’est la conclusion d’une étude réalisée aux Etats-Unis auprès de 2000 volontaires. On apprend pêle-mêle qu’une majorité des participants ne connaissent pas leur modèle de smartphone, qu’un tiers est persuadé…

Un Raspberry Pi à 30 euros a permis de pirater la Nasa

Un Raspberry Pi, un mini-ordinateur vendu aux alentours de 30€, a permis de pirater la Nasa. En avril 2018, des pirates sont en effet parvenus à pénétrer dans le réseau de l’agence spatiale pour voler des données concernant de futures missions sur…

Orange annonce sa propre mort à une abonnée de 87 ans

Orange a informé par erreur une abonnée de 87 ans de son propre décès. Il y a quelques jours, une paisible octogénaire a en effet reçu une funeste lettre de la part de l’opérateur historique. Apparement, le problème a pour origine la banque de…