Pourquoi j’ai craqué pour l’iPhone X

Maj. le 20 octobre 2018 à 11 h 15 min

Depuis sa sortie, j’utilise l’iPhone X que j’ai acheté pour écrire notre test. Et pour ainsi dire, j’ai été complètement séduit ! Dans cette tribune j’en explique les raisons après plusieurs mois d’utilisation. Mais aussi pourquoi il m’est aujourd’hui devenu assez difficile de le troquer contre un smartphone Android dans une utilisation quotidienne. 

iphone x

Notre rédacteur en Chef Romain Vitt a écrit il y a quelques jours un article opinion intitulé Pourquoi je ne dépenserai jamais plus de 300 euros dans un smartphone. Un article qui a lancé pas mal de débats dans la rédaction. Nous testons en permanence des smartphones de toutes les marques, et jusqu’à l’iPhone X il m’était personnellement difficile de dire si j’utilisais un smartphone en particulier plus qu’un autre. Mais aujourd’hui, pour être clair : je n’utilise plus que lui.

J’avais jusqu’ici surtout mis une SIM dans deux smartphones de ma petite « collection » : un OnePlus 3T et un Huawei P10. J’adore encore mon OnePlus 3T, car ce dernier a une recharge rapide de folie, et un grand écran OLED qui est super par exemple pour regarder Netflix le soir dans ma chambre. Le Huawei P10 c’était plus pour les photos grâce à son double capteur qui me donnait accès à des fonctionnalités « premium » comme l’effet Bokeh par exemple. Parfois, je remettais ma SIM dans mon iPhone 5S un peu vieillissant, par lassitude de l’interface d’Android, pour changer un peu pour un format plus ergonomique, ou pour faire des tutos sur notre autre site PaperGeeek.fr.

J’ai une longue histoire avec les iPhone et les smartphones Android. L’iPhone, le tout premier (je l’ai encore chez moi dans un état déplorable !), est vraiment l’appareil qui m’a fait prendre conscience de la révolution technologique qui s’annonçait. Il n’avait lors de sa sortie aucun équivalent. Mais Apple, c’est Apple. Et lorsque Google a racheté la startup Android, je me suis vite intéressé à la concurrence, ce qu’elle pouvait apporter de neuf. En rêvant par exemple de pouvoir faire du pentesting (tests d’intrusion) directement depuis mon smartphone.

Comment je me suis acheté l’iPhone X

Il faut savoir que dans notre métier, les marques nous prêtent souvent des smartphones pour qu’on puisse les tester. Enfin… certaines marques, et dans le cas d’Apple, hormis une poignée de blogueurs et de Youtubeurs anglophones ayant pignon sur rue, vous pouvez toujours courir pour un prêt ! Du coup, lorsque vous êtes un site et que vous souhaitez tester l’iPhone X, il faut faire comme tout le monde : passer à la caisse. J’avais dans ma collection un 3T, un P10, un iPhone 5S qui commençait à être très usé, un iPhone 7 et un iPhone 2G qui ne s’allume même plus.

Côté iPhone, vous remarquerez que je saute des générations : c’est que non seulement je les garde plutôt longtemps, mais en prime, je suis un passionné et je ne vois pas l’intérêt d’acheter un smartphone chez Apple si ce n’est pas un modèle qui a une importance pour l’industrie du smartphone. Le premier parce que c’est LE smartphone collector : celui qui a dynamisé toute une industrie. Le 5S parce que c’est à cause de lui que tous les smartphones ont des capteurs d’empreintes. Le 7 à cause entre autres du Taptic Engine (qui fait « cliquer » le bouton Home virtuel). Bien que depuis le 5S j’ai trouvé les sorties d’iPhone assez lénifiantes… jusqu’à ce que l’on parle de l’iPhone X.

Avant même sa sortie on savait qu’il y aurait un max de nouveautés, comme l’écran OLED, du borderless sur tous les côtés (passez-moi le terme, on parle bien ici de bordures assez fines et régulières qui donnent une impression de disparition des bordures). A la présentation, les stars étaient la photo, Face ID, et son écran étrange à encoche, qui donne à toutes les applications un look de ticket de cinéma. Du coup j’ai eu envie d’avoir un exemplaire de ce smartphone qui, je le pressentais déjà, allait inspirer pas mal de monde dans les usines chinoises…

Je vis à l’étranger, aux Pays-Bas, et si je l’ai acheté, c’était aussi parce que mon opérateur (KPN) me proposait de le payer 200 € de suite, puis avec un crédit à 0% dont le montant s’ajoute à mon forfait. Bref, me concernant, l’argument du prix n’en était pas vraiment un. Et je pense que si on en parle autant en France, c’est surtout à cause du peu d’options qui pourraient rendre son achat plus soutenable (je ne parle même pas ici des subventions qui, elles, sont des sortes de crédits déguisés avec un taux trop élevé).

Face ID change vraiment la vie, sans doute plus que vous ne le pensez

La première chose que j’ai faite lors du déballage, à part regarder dans le détail sa qualité assez inouïe de fabrication, c’est de le configurer, et notamment montrer ma tronche à Face ID. J’avais testé la reconnaissance faciale et d’iris sur le S8, et je voulais vraiment voir si Apple pouvait vraiment tenir ses promesses : un système vraiment sécurisé, qui fonctionne même dans l’obscurité, et qui vous reconnaît quand même, même si vous vous coupez la barbe, mettez des lunettes, ou changez radicalement de look.

Jusqu’à présent, j’avais eu plusieurs modèles de smartphone avec capteur d’empreinte. Mais j’ai la malchance d’avoir une tendance à l’hypersudation des mains (ne riez pas, je suis sûr que nombre d’entre vous sont aussi concernés !). Du coup, le capteur d’empreintes, ça marche quand ça veut, et il faut souvent réenregistrer l’empreinte pour que ça fonctionne. Un processus tellement rébarbatif que j’ai fini par désactiver complètement la reconnaissance d’empreintes digitales. Du coup, pour moi, c’était « codes partout ».

Or, Face ID marche même si vos mains sont moites ! Et ce n’est pas tout – oui, j’ai testé les Animoji, ça m’a amusé deux minutes et basta – le vrai avantage de Face ID, c’est qu’il ne remplace pas que le code de déverrouillage du smartphone. Mais absolument TOUS les codes sur votre smartphone. Si bien que lorsque je créé un compte quelque part, je laisse Safari choisir un mot de passe pour moi, et les prochaines fois ma bobine fait le reste. Quel gain de temps et de sécurité !

Il y a aussi un détail : lorsque vous recevez des SMS, par exemple, et que l’écran de l’iPhone X est verrouillé, les notifications s’affichent, mais sans montrer le moindre détail. Si vous dirigez votre regard vers votre iPhone X, alors le contenu des notifications apparaît. Qui n’a jamais reçu un SMS dont la notification un peu trop visible créé un malaise ? Avec l’iPhone X, c’est impossible. Et il n’y a même pas besoin d’être vraiment en face pour que ça marche. Le geste naturel de s’approcher en le regardant suffit. Depuis d’autres concurrents s’y sont mis, notamment Honor.

L’encoche se fait vite oublier et les applications non optimisées sont assez rares

Mais ce n’est pas forcément ce que le contingent de constructeurs Android a retenu. Depuis la sortie de l’iPhone X, trop ont adopté la fameuse encoche. Une intégration clairement moins réussie, pour plusieurs raisons. Il y a d’abord le fait que sur l’iPhone X, l’encoche peut se défendre : il n’y a pas d’espace inutile sur la face avant – le fameux menton qu’on trouve chez tous les autres smartphones à encoche. Du coup, il semble logique d’avoir mis la caméra 3D True Depth dans cette petite enclave.

L’autre chose, c’est que la plupart des applications de l’App Store sont déjà optimisées pour l’iPhone X. Et il y a même de nombreuses exclusivités. Plus qu’une gène, l’encoche de l’iPhone X est un élément identificateur. Et tout le monde vous le dira : ce n’est vraiment pas un problème. C’est que la qualité de l’écran OLED, fabriqué d’ailleurs par Samsung, la fait vite oublier. Par exemple dans l’application Netflix, compatible HDR (sur cet écran c’est vraiment wahou !), on peut la faire disparaître des vidéos.

Pourtant, je double tape systématiquement pour mettre les films et séries en plein écran. Sans même jamais la remarquer. Il faut dire que dans une vidéo, l’action se passe en général surtout au centre, et il est rare que des détails importants soient rejetés en périphérie de l’image.

En outre, l’iPhone X fait un peu mieux en photo que son prédécesseur, entre autres grâce à une pincée d’intelligence artificielle. De quoi améliorer l’exposition en contre jour ou dans les situations où la lumière n’est pas forcément géniale. Au-delà, les capteurs photos sont de très grande qualité : il y a la patte photo Apple, avec des couleurs chaudes sans être forcément saturées. Et l’iPhone X donne accès à tous derniers les modes photos des smartphones Apple haut de gamme : modes portrait, effet bokeh etc.

Le smartphone fait d’excellentes photos, et bien qu’il existe mieux désormais, notamment l’appareil photo du P20 Pro, rien qui ne me semble vraiment suffisant pour me convaincre (encore) de changer.

La sécurité d’iOS et les mises à jour, un avantage indéniable sur Android

Reste cette question : tout cela est très bien, mais comment en suis-je venu à n’utiliser pratiquement plus que mon iPhone X ? C’est aussi à cause d’iOS. Je ne sais pas vraiment ce qui se passe chez Google, mais comme je l’explorais dans un autre article opinion sur Android P, je trouve qu’Android perd de son lustre sur ses avantages par rapport à iOS. Sur le papier, Android est meilleur. Mais la réalité, c’est quand même des mises à jour de sécurité selon le bon vouloir du constructeur.

Certes iOS a aussi des failles de sécurité. Mais le vrai terrain de jeu pour les hackers (et on parle ici des black hats) et des firmes aux pratiques douteuses, c’est quand même Android. Lorsqu’une faille de sécurité est découverte, et qu’un patch met des mois pour arriver sur votre smartphone (quand il arrive), celles-ci deviennent vraiment bien documentées. Du coup, ça augmente les risques de vol de données, entre autres. Et moi, c’est un aspect qui me dérange de plus en plus.

Les mises à jour majeures prennent un temps fou à arriver puisque là encore tout dépend de votre constructeur. Et ces dernières pourtant présentées comme « majeures » n’apportent finalement pas énormément de nouvelles fonctionnalités. Enfin, le support des smartphones par les constructeurs tourne généralement autour de deux à trois ans. Passer à iOS, c’est aussi ne plus avoir ces problèmes. En tout cas pas avec la même intensité.

Le support est de 5 ans pour tous les produits de la marque. Les mises à jour majeures, moins fréquentes, plus riches en nouveautés, sont immédiates, et Apple est réactif comme personne lorsqu’une faille est découverte. J’ai du mal à entendre l’argument, dans ce contexte, selon lequel Android est « plus sécurisé » qu’iOS. Même si ce dernier OS avait plus souvent des failles, la puissance d’Apple pour les corriger sur tout son lineup le compenserait largement.

L’écosystème, une force plus qu’une faiblesse (à condition d’avoir déjà quelques produits Apple)

Alors bien sûr, Apple, c’est aussi un écosystème. Je n’avais pas 0 produits Apple avant d’acheter l’iPhone X. J’écris cette tribune sur un MacBook Pro, tout en écoutant de la musique sur mes AirPods. Le truc, c’est que tout ce que tous les produits de la pomme fonctionnent vraiment bien ensemble. Je vous conseille particulièrement de tester les AirPods sur iPhone. Ça fait tout drôle de voir à quel point ça marche bien : dès que vous ouvrez la boîte à côté de l’iPhone, vous avez accès aux niveaux de batterie sur l’écran du smartphone, comme par magie. Mettez-les sur les oreilles, ouvrez Spotify et boom !

Dès que vous faites un truc sur votre iPhone, vous pouvez le reprendre sur votre mac. Par exemple vous ouvrez vos messages, une petite suggestion s’affiche à gauche du dock : cliquez dessus, et vous pouvez poursuivre sur l’ordinateur. Et ça marche aussi dans l’autre sens : les onglets Safari sont synchronisés avec l’iPhone, par exemple. Alors est-ce que, venu d’Android, iOS donne vraiment la sensation d’être limité ? A mon avis, la caricature « Android = ouvert, iOS = fermé » commence à être largement galvaudée. Il y a en fait de nos jours très peu de choses que l’on peut faire sur Android impossibles sur iOS.

Et pour avoir testé divers bidouillages permettant d’avoir accès à un vrai terminal sur Android, j’ai fini par préférer largement la solution du client SSH, et l’exécution de commandes sur un serveur (par exemple AWS). Quand à la personnalisation, c’est évidemment personnel (lol). Mais je ne suis pas trop fan des changements de police ou de thème de couleurs. Non, le seul truc, peut-être, qui manque à iOS de ce côté-ci, c’est un mode sombre qui ne soit pas de l’ordre de la bidouille. Et peut-être aussi la possibilité de placer les icônes où on veut sur l’écran d’accueil. Je ne pense pas, du reste, que cet aspect compte vraiment dans le choix d’un smartphone.

Conclusion : c’est à l’écosystème d’Android de me convaincre de re-switcher

L’iPhone X est vraiment excellent, sur pratiquement tous les points. Face ID est vraiment un plaisir à utiliser, le design est magnifique (bien sûr c’est subjectif). L’écran est à couper le souffle, malgré une encoche qui se justifie (il n’a pas de menton, lui) et se fait oublier bien vite. Et le contrôle d’Apple sur son écosystème est en fait plutôt un avantage sur des concurrents Android qui pêchent en terme de suivi des mises à jour. Entre autres avantages : la plupart des applications sont optimisées pour l’iPhone X. Et l’intégration de l’écosystème est proprement ahurissant.

Pour utiliser les deux OS, les avantages d’Android sur iOS ne sont pas toujours si évidents que cela. Non, on ne se sent pas « comme dans une cage » sur iOS. Je cherche encore les choses que je ne peux plus faire avec mon iPhone. Acheter l’iPhone X était nécessaire dans le cadre de mon travail, mais une fois qu’on y a goûté, c’est réellement difficile de faire machine arrière… Alors bien sûr il coûte plus de 1000 euros. Mais c’est vraiment le seul reproche objectif que je puisse lui faire.

Reste que les constructeurs Android ont tort de s’en inspirer. Il faut trouver de nouvelles idées, pas uniquement pour ajouter de nouvelles fonctionnalités, mais aussi pour renforcer la sécurité du système, et rendre les mises à jour immédiates, dès qu’elles sont disponibles. Il faudrait aussi que les constructeurs s’engagent pour assurer le support logiciel de leurs smartphones pendant au moins 5 ans. L’iPhone X m’a convaincu, mais j’attends désormais avec impatience d’être séduit par un smartphone Android qui lui fasse de l’ombre sur tous ces points.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !