Pokemon Go : en France l’UFC-Que Choisir condamne l’exploitation hallucinante des données personnelles

 

Pokemon Go fait un carton depuis sa sortie. Partout dans le monde l’engouement est phénoménal. Mais derrière ce jeu original se cache une toute autre réalité. L’UFC-Que Choisir l’a pointée du doigt et dénonce une exploitation des données hallucinante couplée à des conditions d’utilisation tout aussi fantasques. Explications.

pokemon-go-application

Pokemon Go est désormais disponible officiellement en France sur Android et iOS. L’association UFC-Que Choisir a donc jugé bon de donner quelques conseils aux utilisateurs avant de franchir le pas. Car selon l’association de consommateurs, si Pokemon Go est ludique et original, il cache bien son jeu à plusieurs niveaux.

D’abord, l’UFC-Que Choisir précise que si le jeu est gratuit il intègre tout de même des achats in-app compris entre 0,99€ et 99,99€. Pokemon Go étant adressé également aux enfants (bon ok on a aussi testé Pokemon Go) il est donc conseillé aux parents d’être très vigilants sur les paiements automatisés.

Par ailleurs, l’association s’associe aux autorités qui ont multiplié les messages de prudence sur les routes et dans les rues. Accaparés par le jeu, les utilisateurs sont moins vigilants et s’exposent donc davantage aux accidents mais également au vol de leur smartphone. Et c’est sans parler de la gestion d’attroupements complètement dingues comme on a pu en apercevoir à Central Park.

Aussi, l’UFC-Que Choisir avertit les utilisateurs au sujet de leur consommation de data. Pokemon Go est un jeu qui nécessite une connexion permanente mais également de se déplacer. Il repose donc sur le réseau mobile. Et on le sait, le coût de la data hors forfait a tendance à vite chiffrer.

Si tous ces conseils ont déjà été entendus, l’UFC-Que Choisir a relevé un point extrêmement important pour les utilisateurs : l’exploitation des données. C’est bien simple, selon l’association la quantité de données récupérées par Pokemon Go avant même d’y jouer sont impressionnantes : adresses email, nom, prénom, âge, numéro de téléphone et adresse IP ou encore numéro d’identification du smartphone.

Evidemment, les données de localisation sont également de la partie. Plus alarmant, Nintendo se réserve le droit d’utiliser toutes les photos prises par le jeu lorsque vous capturez un Pokemon ou à n’importe quel autre moment. Oui, ça va très loin tout ça.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos dernières applications !
1
Google Maps proposera bientôt l’achat de tickets de métro

Google Maps se dote de nouvelles fonctionnalités. Au sein de l’application, il sera bientôt possible payer son stationnement mais aussi son ticket de métro ou de bus. Si plus de 80 agences de transport partenaires sont évoquées, on ne sait…

google chrome windows 7
Chrome va enfin consommer moins de RAM grâce à une mise à jour

Chrome va enfin consommer moins de mémoire vive. Grâce à une future mise à jour, le navigateur web de Google monopolisera moins de RAM sur Android, Windows 10 et Linux. Actuellement disponible en beta, cette fonctionnalité devrait débarquer sur la version…

whatsapp
WhatsApp retente d’imposer ses conditions d’utilisation controversées

Facebook a décidé de revenir à la charge autour des nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp. Malgré la polémique, la firme estime qu’un peu de pédagogie suffira à faire passer le changement. Le cas échéant, les utilisateurs ne pourront plus utiliser…

google youtube shorts 2
Shorts, le Tik Tok de Youtube, sera disponible bientôt

Youtube va attaquer Tik Tok de front avec Shorts, un nouveau format de vidéo. Testée avec succès en Inde, cette fonctionnalité sera disponible aux Etats-Unis dans les semaines qui viennent. Youtube annonce dans le même temps quelques améliorations sur sa…

coyote hausse des prix
Coyote augmente ses tarifs de 33 %, l’application passe à 7,99 €/mois

Coyote a imposée une hausse des prix sans précédent sur son application, faisant passer l’abonnement de 5,99 € à 7,99 €, soit une augmentation de 33 %. Pour justifier cette dernière, l’entreprise évoque un « investissement dans le développement de nouvelles alertes ». Une explication…