P20, P20 Pro, Honor Play : Huawei banni du benchmark 3DMark pour avoir triché sur les tests

Les Huawei P20, P20 Pro et Honor Play ont été bannis des classements du benchmark 3DMark par son éditeur UL Benchmarks. Ce dernier a effectué des tests pour savoir si les deux marques trichaient pour gonfler leurs résultats, ce qui est le cas. 

huawei benchmark

Nous vous rapportions que Huawei avait avoué tricher sur les tests de benchmarks pour obtenir de meilleurs résultats. UL Benchmarks, l’éditeur de l’application de benchmark 3DMark, a fait lui-même le test pour en avoir le cœur net et confirmer que les scores de certains smartphones Huawei et Honor sont artificiellement gonflés. Et c’est bien le cas pour plusieurs appareils du groupe.

Huawei P20, P20 Pro et Honor Play bannis du benchmark 3DMark

UL Benchmarks a testé une série de smartphones des deux marques. D’abord en utilisant l’application standard qu’on retrouve sur le Play Store. Puis en passant par une version qui ne peut pas être détectée par les appareils. Pour rappel, Huawei expliquait que ses produits pouvaient reconnaître quand était lancée une app de type benchmark et qu’ils passaient alors en sur-régime pour booster leurs performances, quitte à chauffer et réduire la durée de vie de l’appareil. Au final, les résultats obtenus ne reflètent donc absolument pas la réalité mais une puissance maximale qui n’est jamais accessible.

Les résultats de cette expérience sont sans appel. Comme on le constate dans le graphique ci-dessus, les smartphones performent beaucoup moins quand ils ne se rendent pas compte qu’ils sont en train d’être testés. Le Nova 3 obtient même un score quasiment deux fois supérieur sur l’app officielle, et donc quand il y a truquage. Et la sanction est tombée. Quatre modèles (pour l’instant ?) ont été bannis des classements 3DMark. Il s’agit des :

Huawei expliquait qu’il était forcé d’avoir recours à ce genre de méthodes car tout le monde le faisait, notamment en Chine. Et qu’il ne pouvait donc pas faire autrement pour paraître rester compétitif aux yeux du grand public. Mais le groupe paye clairement son honnêteté sur ce coup là. Et devra rectifier le tir avec les Huawei Mate et Mate 20 Pro, qui s’annoncent très prometteurs.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei imagine un smartphone pliable en trois

Huawei a breveté un smartphone pliable en trois parties. Déposé en 2018, le brevet décrit un appareil construit autour d’une vaste dalle scindée par deux charnières invisibles. Comme son rival Xiaomi, le constructeur pourrait ainsi proposer un smartphone à la fois compact et…

Huawei, Android, ARM et Trump : le point sur la situation

Huawei a de quoi faire grise mine : depuis mi-mai les mauvaises nouvelles s’enchainent. La firme est directement touchée par un décret qui, s’il ne la vise pas nommément, aboutit à l’exclusion totale de Huawei du marché américain. En conséquence,…

Android 10 Q : quels smartphones Huawei seront mis à jour ?

Android 10 Q serait déployé sur 11 smartphones Huawei avant la fin du mois d’août 2019, révèle une fuite. Bientôt privé de licence, le constructeur chinois travaillerait d’arrache pied avec Google afin de proposer la mise à jour sur les…

EMUI 10 : premières images d’Android Q sur le Huawei P30 Pro

La première bêta d’EMUI 10 nous offre un aperçu d’Android Q sur le Huawei P30 Pro. Malgré ses soucis avec les Etats-unis, le constructeur continue de développer la prochaine version d’EMUI en interne. Une ROM entièrement fonctionnelle de l’OS vient…

Huawei : l’OS russe Aurora pour remplacer Android ?

Huawei testerait le système d’exploitation russe Aurora OS sur ses smartphones pour remplacer Android. Le gouvernement russe et Vladimir Poutine lui-même ont proposé cette solution au groupe chinois, qui développe en parallèle sa propre solution avec HongMeng OS. Huawei se…

Huawei prépare une alternative à Android depuis 2012

Huawei travaille sur un OS alternatif à Android depuis 2012. Craignant que Google ne le prive de licence, le constructeur chinois a mis au point un plan B dans le plus grand secret. Pressé par le décret de Donald Trump…