NordVPN vient de démentir avoir été victime de piratage il y a plusieurs mois, en mars 2018. La firme préfère parler d’une brèche chez un fournisseur isolé : des pirates ont ainsi eu accès à un unique serveur loué par la firme pendant environ un mois vie un système de gestion à distance dont la firme dément connaitre l’existence. Les hackers n’ont eu accès à aucun lot ou identifiants, mais ont pu mener des attaques man-in-the-middle ciblées. 

Mise à jour 22 octobre 2019 : droit de réponse de NordVPN

« Nous avons publié notre déclaration officielle à ce sujet, vous pouvez la trouver ici : https://nordvpn.com/fr/blog/reponse-officielle-intrusion-datacenter/

Nous tenons tout de même à signaler que notre service n’a pas été « piraté » ou « hacké ». Aucune des informations disponibles sur un serveur ne peut être utilisée pour usurper l’identité d’un utilisateur, ou bien encore pour déchiffrer le trafic d’un autre serveur.

Il ne s’agit que d’un cas isolé qui s’est déroulé sur un seul datacenter. Ceci n’a en aucune façon impacté nos milliers d’autres serveurs, ce qui est en pratique impossible à faire. TechCrunch ayant été l’instigateur de cette nouvelle, nous tentons de les contacter actuellement afin de faire modifier ce titre trompeur »

Voici ce que nous écrivions dans notre article paru à l’origine le 21 octobre 2019 :

Vous utilisez NordVPN comme fournisseur d’accès VPN ? Mauvaisee nouvelle : le service qui met en avant la protection de ses utilisateurs, et l’absence de logs d’activité, a été victime d’un piratage. La firme admet auprès de TechCrunch que « des pirates ont eu accès à l’un de [nos] datacenters en Finlande où nous louons nos serveurs, sans autorisation ». L’affaire remonte à mars 2018, et si la firme n’en parle que maintenant, c’est qu’elle souhaitait s’assurer que d’autres parties de son infrastructure n’était pas vulnérable à ce genre d’attaques.

NordVPN admet avoir été victime de piratage

Ainsi, « le serveur lui-même ne contenait aucun journal des activités des utilisateurs – aucune de nos applications n’envoyait de justificatifs d’identité créés par les utilisateurs pour l’authentification, de sorte que les noms d’utilisateur et les mots de passe ne pouvaient pas non plus être interceptés », explique un représentant de la firme cité par TechCrunch. En fait les pirates n’avaient pas accès à des données stockées, mais ils pouvaient tout de même utiliser cet accès pour mener des attaques très ciblées.

Par exemple analyser tout le trafic d’un utilisateur à la volée – une technique redoutable qui est baptisée « man-in-the-middle ». Pour mener leur attaque les pirates ont détourné un système de gestion à distance dont NordVPN affirme ne jamais avoir eu connaissance. Ils ont pour cela utilisé des clés privées – aujourd’hui expirées. Ces clés, uniques n’ont pu seulement être utilisées pour accéder à un serveur – qui n’a pas été nommément cité par la firme. NordVPN souligne qu’aucun autre serveur n’a été touché par cette attaque.

Lire également: NordVPN – des faux sites propagent un dangereux malware bancaire

Il n’existe a priori pas (plus) de raison de s’inquiéter à ce stade. Mais on espère tout de même que la sécurité des utilisateurs de ce service sera, à l’avenir, mieux garantie – les conséquence pouvant être dramatiques pour certains utilisateurs.

Source : TechCrunch

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Sécurité : Huawei subirait un million de cyberattaques par jour

D’après le chef de la sécurité de Huawei, l’entreprise repousserait une quantité impressionnante d’attaques informatiques. Des attaques à travers le monde entier, et des autorités américaines qui n’y seraient pas étrangères, selon l’entreprise. Si Huawei doit faire face à l’ire…

WhatsApp : un simple GIF permet de pirater votre smartphone

Une faille découverte dans l’application WhatsApp et qui affecte les smartphones Android permet d’accéder à vos photos privées et autres données personnelles. Il suffit d’un GIF modifié pour exploiter cette vulnérabilité qui vient d’être découverte par un chercheur en sécurité….