Maj. le 4 décembre 2019 à 11 h 59 min

Des malwares exploitent une grave faille de sécurité d’Android pour collecter les coordonnées bancaires de leurs victimes, révèlent les chercheurs de Promon. Grâce à cette brèche, baptisée StrandHogg, des pirates sont capables de piller le contenu de votre compte en banque. 

malware android voler coordonnées bancaires

Ce lundi 2 décembre 2019, les experts en cybersécurité de Promon ont révélé l’existence de la faille Android StrandHogg (du nom d’une tactique de guerre Viking) dans un rapport. En exploitant la faille, des pirates ont développé des malware capables de collecter facilement les identifiants bancaires (nom et mot de passe) de leurs victimes. « Nous disposons de preuves tangibles que des attaquants exploitent StrandHogg pour voler des informations confidentielles » assure Tom Lysemose Hansen, chercheur chez Somon.

Pour tromper leurs cibles, les malwares affichent des fenêtres de connexion factices qui imitent à la perfection l’interface de plus de 60 célèbres banques. Les utilisateurs communiquent alors sans s’en rendre compte leurs précieuses données aux pirates. Sans surprise, ces informations sont ensuite utilisées pour pénétrer sur votre compte ou revendues sur des marchés noirs du dark web. De dangereux malwares comme Bankbot s’appuient encore sur StrandHogg pour arriver à leurs fins. « Ces malwares visaient plusieurs banques issues de plusieurs pays et sont parvenus à voler de l’argent à de nombreuses victimes » explique Tom Lysemose Hansen.

Selon le rapport de Promon, les malwares conçus pour exploiter la faille StrandHogg vont vous demander de leur accorder de très nombreuses permissions sur Android dès l’installation. Parmi les permissions demandées par ces logiciels malveillants, on trouve l’accès à l’appareil photo, au microphone, à votre position géographique ainsi qu’à vos appels téléphoniques. Grâce à StrandHogg, des pirates peuvent aisément lire vos messages, écouter vos appels, vous localiser et surveiller vos conversations téléphoniques. Néanmoins, le but principal des pirates reste de voler les coordonnées bancaires des utilisateurs Android.

Lire également : Google Play Store – le malware Joker qui vide le compte en banque de ses victimes est de retour

36 applications du Play Store exploitaient la faille StrandHogg

Selon Promon, toutes les versions d’Android depuis Android Marshmallow sont touchées par StrandHogg. Pire, les 500 applications les plus populaires du Google Play Store peuvent être exploitées. Les pirates sont en effet en mesure de déguiser leur application malveillante en application légitime (comme Google Messages, Facebook…). En fait, le malware peut revêtir l’apparence de nombreuses applications déjà présentes dans le multi-tâche de votre appareil.

En partenariat avec les chercheurs de Lookout, Promon a découvert que 36 applications disponibles sur le Play Store exploitaient la faille. Alerté par la firme, Google a rapidement banni les applications de sa boutique« Nous apprécions le travail des chercheurs et nous avons suspendu les applications potentiellement dangereuses qu’ils ont identifiées. Nous poursuivons également nos recherches afin d’améliorer la capacité de Google Play Protect à protéger les utilisateurs contre des applications similaires » assure un porte parole de Google. Afin de repérer la présence d’un maliciel, on vous conseille d’installer un bon antivirus sur votre smartphone Android.

Source : Promon



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android : ce malware ultra dangereux est impossible à supprimer !

Android est la cible d’un malware ultra dangereux baptisé Xiny, révèlent les chercheurs de Dr Web. En activité depuis 2015, ce trojan est presque impossible à supprimer des smartphones infectés. En 2016, les experts en cybersécurité de Dr Web ont repéré la trace…

Android : ce dangereux malware envoie des milliers de SMS à votre place

Android est à nouveau la cible d’un dangereux malware baptisé Faketoken. D’après les chercheurs de Kaspersky, il s’agit d’un Trojan bancaire capable d’envoyer des SMS à la place de ses victimes. Le logiciel malveillant serait ainsi parvenu à contaminer 5000 smartphones un peu partout dans…

Android : ces 30 applications selfies cachent un malware espion

Des malwares espions ont été découvert dans le code de 30 applications Android pour selfies disponibles sur le Google Play Store. D’après l’enquête des chercheurs de CyberNews, ces logiciels malveillants sont conçus pour collecter toutes les données de votre smartphone,…

RCS : le remplaçant du SMS est criblé de failles de sécurité

Le RCS, le successeur du SMS, est truffé de failles de sécurité. D’après les chercheurs de Security Research Labs, l’implémentation du protocole Rich Communication Services par les opérateurs met en danger la vie privée de ses utilisateurs. En exploitant des brèches, un pirate…