Qu’est-ce que l’IPTV, cette nouvelle tendance qui inquiète Hadopi ?

L’IPTV est dans le viseur d’Hadopi, qui constate une hausse des usages de services illégaux ayant recours à cette technologie pour distribuer des contenus audiovisuels et diffuser des chaînes en direct. Explications sur ce qu’est l’IPTV et sur la situation actuelle en France. 

football iptv

Nous vous rapportions il y a quelques jours que la Hadopi se penche sur le cas du piratage par IPTV, une solution qui serait de plus en plus privilégiée par les utilisateurs français pour consommer illégalement des contenus audiovisuels. D’après une étude menée avec le partenariat de l’Ifop, l’institution conclue que 5% des Français utilisent désormais un boîtier IPTV pirate ou des applications leur permettant pour une somme dérisoire d’accéder à des centaines voire milliers de chaînes à travers le monde. Mais qu’est ce que vraiment l’IPTV ? Éléments de réponse.

L’IPTV est-elle légale ?

IPTV est le sigle utilisé pour désigner l’Internet Protocol TeleVision. Il s’agit donc d’une technologie de diffusion de la télévision par internet. L’IPTV en soi n’est donc absolument pas illégale et est même utilisée par des plateformes tout à fait légitimes. Il est possible que vous ayez recours à l’IPTV quotidiennement sans vous en rendre compte. L’application Molotov utilise par exemple ce protocole. Canal+ avec son service myCanal ou SFR avec l’offre RMC Sport numérique également. Les plateformes de SVOD comme Netflix ou Amazon Prime Video fonctionnent sur le même principe, sauf qu’il s’agit alors de vidéo à la demande et non pas de direct.

Les offres IPTV illégales

Jusqu’ici tout va bien donc. Sauf que de nombreuses offres pirates sont apparues et utilisent illégalement la technologie d’IPTV. Les services proposés sont généralement similaires à ceux disponibles sur les plateformes légales et sont même très souvent plus riches car ils regroupent les contenus proposés par plusieurs bouquets et forfaits tout-en-un et pour un prix bien inférieur à ce que devrait payer l’utilisateur s’il s’abonnait à chaque service séparément.

Lire aussi : Hadopi s’avoue désarmée face aux nouveaux moyens de piratage

Pourquoi une telle différence de tarif ?  Tout simplement car ces plateformes ne payent aucun droit de diffusion. Événements sportifs, séries, films, chaînes de télévision en direct… ni les créateurs de contenus, ni les diffuseurs légitimes qui ont payé les droits de retransmission ni les ayant-droits ne touchent un centime lorsque vous visionnez des contenus via une telle offre, même avec les publicités qui sont diffusées. Leurs flux sont piratés et d’autres se les réapproprient.   Autrement dit : si tout le monde faisait pareil, il n’y aurait très vite plus aucun contenu à se mettre sous la dent.

L’IPTV fait peur aux chaînes de sport

Les programmes en direct les plus piratés sont liés au sport, que ce soit via les sites de streaming classiques ou par IPTV. Une situation qui agace les acteurs audiovisuels de ce secteur. En France, les chaînes de sport veulent imposer une loi pour en finir avec le streaming et l’IPTV illégaux. L’Association pour la protection des programmes sportifs (APPS) est récemment montée au créneau pour exiger un cadre législatif propice à la lutte contre le piratage. Les principales pistes lancées : obliger les FAI à coopérer et à couper l’accès à certains services et alléger drastiquement les procédures de justice pour sanctionner beaucoup plus rapidement les plateformes, qui ont actuellement trop de temps pour se préparer à des sanctions.

Pourquoi l’IPTV est-elle si populaire ?

Plusieurs facteurs expliquent cette soudaine hausse de popularité des services d’IPTV illégaux. Tout d’abord, techniquement, de plus en plus d’utilisateurs bénéficient d’une connexion internet permettant d’en profiter en bonne qualité. De plus, ces plateformes se sont améliorées au fil du temps et proposent désormais pour certaines une excellente expérience, avec une bonne définition, sans coupure et avec un vaste choix de programmes.

Ensuite, l’explication se trouve du côté des offres légales. On assiste actuellement à une fragmentation du marché qui oblige les consommateurs à multiplier les abonnements pour regarder ce dont ils ont envie. Pour reprendre l’exemple du sport, on a aujourd’hui Canal+, beIN Sports et RMC Sport qui se partagent les droits des plus grandes compétitions. Sur la SVOD, la situation devient également compliquée : Netflix perd des droits et avec Amazon Prime Video, OCS/HBO, Canal+,Hulu et bientôt Disney+ et Apple TV+, les contenus sont de plus en plus dispatchés à droite et à gauche. Cela revient vite très cher pour avoir accès à tout.

Et justement, puisqu’on parle du prix : les chaînes acceptent de payer des droits de diffusion colossaux (on pense notamment à SFR qui paye 350 millions d’euros par saison pour la Ligue des Champions de football) pour devancer leurs concurrents, estimant qu’elles peuvent ensuite répercuter ces frais sur l’abonnement de leurs clients. Mais ces derniers expriment de plus en plus leur ras-le-bol quant à la situation, et se tournent vers des alternatives, et notamment les plateformes d’IPTV illégales.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Netflix : les séries et films à regarder ce week-end

Netflix propose chaque semaine de nouvelles séries et films. Pour vous aider à choisir ce que vous allez regarder le week-end, on vous propose une petite sélection des meilleures nouveautés du moment. C’est parti !  Le catalogue Netflix s’enrichit toutes les semaines de…

Netflix : 9 Français sur 10 partagent leur compte avec leurs proches

Neuf Français sur dix partagent leur compte Netflix avec les membres de leur entourage, révèle le dernier rapport de Médiamétrie. Dans la plupart des cas, les abonnés se contentent de partager leur abonnement avec leur famille. Néanmoins, 2 millions de Français…