Piratage par IPTV : la Hadopi s’inquiète de l’ampleur du phénomène en France

 

Chaque année, l'IPTV prend un peu plus d'importance en France. La Hadopi a mené une enquête qui montre que 24% des Français ont recours à des moyens illégaux pour consulter des programmes de télévision en direct. Le piratage par IPTV qui est l'un de ces moyens est en pleine croissance et devient de plus en plus facile d'accès, avec un suivi client qui rivalise désormais avec les offres légales.

Hadopi IPTV

Accéder à des chaînes de télévision illégalement par IPTV n'est plus une pratique limitée à une poignée de geeks. D'après une étude de la Hadopi, 5% des Français utilisent désormais un boîtier IPTV pirate ou des applications dédiées sur les téléviseurs connectés, les PC, les smartphones et tablettes pour accéder à une myriade de chaînes gratuites et payantes. Si la proportion peut paraître encore faible, le phénomène lui se développe à grande vitesse.

IPTV : la Hadopi est sans arme face à l'ampleur du piratage en France

On retrouve de nombreux boîtiers IPTV pré-configurés en vente sur des sites Internet ou même dans des boutiques. Il suffit souvent de les brancher à son téléviseur et le tour est joué. Le service est proposé moyennant quelques dizaines d'euros par mois, voire par an. Dans tous les cas, pour les amateurs de contenus sportifs qui en sont les plus friands, ces offres sont plus avantageuses que de prendre un abonnement Canal+, beIN Sport ou encore RMC Sport à plusieurs dizaines d'euros par mois.

En cas de difficultés techniques, la Hadopi note que les fournisseurs de services IPTV proposent souvent une hotline pour offrir une assistance, car 40% des personnes sondées se sont plaints de bugs et de problèmes techniques. Mais malgré tout, les utilisateurs qui ont recours à ce type de piratage sont de gros consommateurs. « 73% y ont recours 3 fois par semaine, donc très souvent », note la secrétaire générale de la Hadopi.

Lire aussiBoîtier IPTV pirate : cinq personnes arrêtées en Europe à l’issue d’une vaste opération

L'impact sur l'offre légale est palpable : « 54 % des utilisateurs se sont déjà désabonnés. » On comprend donc pourquoi les chaînes de sport veulent une loi pour en finir avec l'IPTV et les autres moyens d'accès illégal à la télévision payante. Cela comprend également le livestreaming auquel 17% des Français interrogés affirment avoir recours. Il s'agit de la diffusion en direct de programmes de télévision de manière ponctuelle sur des sites spécialisés.

Ce phénomène concerne davantage les contenus sportifs, même si les séries ne sont pas épargnées. La Hadopi confirme qu'elle n'a pas les moyens juridiques et techniques pour lutter contre ces nouvelles formes de piratage. Le phénomène n'est donc visiblement pas prêt de s'arrêter de sitôt.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Youtube logo
YouTube permet enfin de régler la qualité des vidéos par défaut

YouTube permet enfin aux internautes de définir la qualité des vidéos par défaut. Promise depuis des mois, une nouvelle option beta laisse les utilisateurs régler la qualité des séquences sur haute, basse ou automatique en accédant directement aux réglages. Lors des…