L’héritier de Samsung de nouveau au tribunal juste après sa sortie de prison

 

Alors que l’héritier de Samsung venait à peine de sortir de prison il y a une semaine après avoir bénéficié d’une libération conditionnelle, Lee Jae-yong se retrouve désormais de nouveau au tribunal pour une affaire remontant à 2015.

Lee Jae-yong - Bloomberg
Lee Jae-yong – Crédit : Bloomberg

Lee Jae-yong, a comparu hier devant le tribunal de Séoul qui le juge actuellement pour fraude et manipulation d'actifs présumées. Il y a seulement une semaine, l’homme d’affaires sud-coréen venait pourtant à peine de sortir de prison après une condamnation de 2 ans et demi pour corruption. Il s’agit de sa première apparition publique depuis sa libération conditionnelle.

Cette fois-ci, Lee Jae-yong comparait de nouveau face à la justice pour des faits remontant à 2015. C’est à cette époque ou Samsung avait élaboré une stratégie pour permettre à Lee Jae-yong de succéder à son père, qui était devenu incapable de diriger le groupe à la suite d’une crise cardiaque. Celui-ci est d’ailleurs décédé il y a moins d’un an en octobre 2020.

Lee Jae-yong de nouveau jugé pour fraude et manipulation d'actifs présumées

En 2015, le but de Samsung était de permettre à Lee Jae-yong de prendre la place de son père, en permettant à une filiale nommée Cheil Industries (mode, alimentation, loisirs) de prendre le contrôle d'une autre filiale de BTP (Samsung C & T). Puisque Lee Jae-yong était l’actionnaire principal de Cheil Industries, cette fusion aurait pu permettre d’asseoir le poids de l’héritier dans le groupe.

Cependant, comme vous vous en doutez probablement, les dirigeants de Samsung sont à présent soupçonnés d’avoir manipulé le cours des deux sociétés, en sous-évaluant artificiellement Samsung C & T pour permettre à Cheil Industries, et donc Lee Jae-yong, de sortir gagnant de la fusion.

A lire également : Samsung : scandales, fraude, le groupe est de nouveau dans la tourmente

L'homme aurait également offert des pots-de-vin à hauteur de 43,3 milliards de wons (31,5 millions d’euros) à Choi Soon-Sil, la conseillère de l'ex-présidente sud-coréenne Parj Geun-ye, afin de négocier des faveurs politiques. Grâce à ces malversations, Lee Jae-yong permettait à Samsung de garder l'avantage sur ses concurrents. La filiale pharmaceutique Samsung Biologics serait également dans le collimateur de la justice pour fraude.

Les chefs d'accusation sont détaillés dans quelque 190.000 pages, mais les avocats de Lee Jae-yong maintiennent que les agissements de son client ont toujours été réalisés dans le cadre de la légalité. Il ne s’agit pas de la seule affaire pour laquelle l’héritier de Samsung est toujours confronté à la justice, puisqu’il serait également empêtré dans une affaire d’utilisation illégale de propofol, un anesthésiant dont l’utilisation est strictement encadrée. Celle-ci devrait être jugée de 7 septembre prochain. Il faudra donc patienter encore quelques semaines avant de savoir si Lee Jae-yong va ou non retourner en prison.

Source : Les Échos



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !