Les voitures électriques émettent autant de particules que les autres, c’est prouvé

 

C'est un fait, les voitures électriques émettent moins de polluants à l'échappement et sont plus vertueuses pour la nature sur le long terme qu'une voiture thermique. En revanche et comme le prouve une récente étude de l'ADEME, les voitures électriques émettent quasiment autant de particules fines qu'une voiture diesel ou essence. La faute à quoi ? Aux pneumatiques et à l'abrasion des freins.

etude ademe pollution
Crédits : Unsplash

Ce n'est plus un secret. Les voitures électriques sont loin d'avoir un impact nul sur l'environnement, au contraire. La faute à l'extraction polluante des métaux nécessaires à la fabrication des batteries. Néanmoins et passé un certain kilométrage, les rejets de CO2 dégagés sont amortis, et la voiture électrique devient ainsi plus verte que son équivalent essence ou diesel, qui continuera à brûler des carburants fossiles durant toute sa durée de vie.

Si les voitures électriques rejettent moins de polluants à l'échappement comme l'oxyde d'azote ou le monoxyde de carbone, difficile d'en dire autant concernant les particules fines. En effet et comme le révèle une nouvelle étude de l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), l'émission des particules hors échappement a explosé en France. “Alors que les émissions de particules à l'échappement ont très nettement baissé avec la généralisation des filtres à particules, celles hors échappement provenant de l'abrasion des freins, des pneumatiques et des chaussées deviennent prépondérantes et représentent en France 59% des PM10 et PM2,5″, explique l'organisme.

Pour rappel, ces deux catégories regroupement les particules de diamètre inférieur à 10 µm et 2,5 µm, la toxicité des particules en suspension étant due essentiellement aux particules de diamètre inférieur à 10 µm, comme le précise l'INSEE. Si l'on en croit les données publiées par l'ADEME, les voitures électriques s'illustrent avec une émission de particules fines par le freinage nettement inférieure à celles des voitures thermiques.

ademe tableau etude
Crédits : ADEME

À lire également : Des écologistes dégonflent les pneus des SUV : “votre voiture pollue trop”

Des voitures électriques qui émettent autant de particules fines qu'un diesel

Cependant, elles affichent des résultats bien moins reluisants concernant les particules fines émises à cause des pneumatiques. “Leur masse étant supérieure à leur équivalent thermique et ceci est d'autant plus vrai que l'autonomie du véhicule électrique est importante, cela impacte la largeur des pneus et donc augmente les émissions de particules pneus/chaussée (61 et 47 % des PHE MP10) et celles remises en suspension (36 et 28% des PHE PM10)”. 

De fait, l'ADEME conclut qu'on ne note pas d'écart significatif d'émissions totales de particules fines entre “les véhicules électriques à forte autonomie et les véhicules thermiques neufs actuels qui n'émettent quasiment plus de particules à l'échappement”. Notez qu'il ne s'agit pas de la première étude sur le sujet, l'OCDE ayant déjà prévenu que les pneus et les freins des voitures pollueront plus que les gaz d'échappement d'ici 2035. Depuis ces derniers mois, certains constructeurs de pneumatiques se sont déjà engagés pour proposer des pneus moins polluants, à l'image de Continental avec ce pneu vert conçus avec des bouteilles d'eau recyclées, ou encore Goodyear avec ses pneus optimisés justement pour les voitures électriques.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !