Les Français s’inquiètent de la biométrie dans notre quotidien

Maj. le 6 octobre 2018 à 1 h 32 min

Ol y a peu, nous vous avons présenté les spécifications du nouveau LG G2 ainsi que l’arrivée prochaine d’un très haut de gamme coréen, le Pantech Vega LTE-A. Ces deux appareils ont un point commun : ils sont tous deux équipés d’un panneau arrière tactile.

Su l’un il est utilisé comme un moyen de régler le volume (et certainement d’autres usages viendront par la suite), sur l’autre il fonctionne comme un véritable capteur d’empreintes digitales.

La biométrie n’est pas acceptée par tous les Français

Les Français, méfiants vis-à-vis des technologies biométriques

Alors globalement, la venue de ces technologies peut ravir, apporte quelque chose de nouveau sur nos téléphones (et plus tard nos tablettes), mais qu’en est-il vraiment ?

Il faut savoir d’abord qu’une étude du CREDOC a montré que la biométrie suscite deux avis distincts chez les Français :

  • Elle est bien vue en ce qui concerne les organismes de sécurité et des moyens plus modernes d’assurer la protection de certains systèmes et dispositifs.
  • Elle est mal vue lorsqu’il en est fait usage dans la vie quotidienne.

Par ailleurs, les chiffres parlent d’eux même et les résultats suivants illustrent fort bien ce que pense la population de ces technologies.

Avis des Français devant l’adoption de la biométrie
Cas d’application Français favoriables Français non favorables
Conservation dans les fichiers des autorités 76%
Carte d’identité nationale 65%
Accès au lieu de travail 44% 53%
Moyen de paiement 27% 72%

En dehors de ça, l’étude parle également de l’usage de la biométrie dans les lieux publics (piscine) ou pour servir de clé à son logement.

Néanmoins, dans le monde du mobile que nous utilisons chaque jour, il est censé de considérer que ces technologies pourraient être mal utilisées ou servir à des fins non justifiées.

D’ailleurs, près de la moitié des Français estiment que l’usage de la biométrie devrait se faire de manière transparente, en informant précisément l’utilisateur de cette dernière et en lui laissant le choix de l’utiliser ou non.

Avec la démocratisation de la biométrie dans les lieux accessibles à tous, il sera sans doute difficile de refuser celle-ci, et nous nous confrontons à nouveau à un problème de respect de la vie privée et de la sécurité de nos données.

Car rien ne montre l’usage réel qui est fait de ces données, ni même qu’elles ne seraient pas accessibles à un pirate. À l’inverse, beaucoup de faits ont prouvé que des autorités conservaient nos informations personnelles sur une durée bien postérieure à celle fixée à la base par nos lois.

Pour en terminer sur le sujet, deux smartphones Android disposeront déjà d’une partie tactile à l’arrière dont l’un présentera un capteur d’empreintes. Après les ordinateurs, ce sont nos appareils mobiles qui sont touchés et il ne reste qu’à espérer que ces nouveautés auront l’usage qu’on leur a décerné à l’origine.

Pour les intéressés, l’étude du CREDOC est disponible sur ce lien. Que pensez-vous de ces chiffres ? Et vous, dans quel(s) cas êtes-vous pour et/ou contre les technologies biométriques ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !