Les bus toulousains utilisent les signaux de smartphones pour déterminer les heures d’affluence

 

Les services de transports en commun toulousains vont se lancer dans un expérience plutôt singulière. En effet, ils vont collecter les signaux “passifs” des smartphones des usagers afin d'obtenir une vision complète du trafic, le but étant ensuite d'améliorer les services selon l'affluence enregistrée.

tisséo bus toulouse
Crédits : Wikipédia

Tandis que certains géants du Web comme Google facilitent la vie des usagers, c'est au tour des opérateurs de transports en commun d'exploiter les nouvelles technologies pour améliorer leurs services. C'est en tout cas ce que compte faire Tisséo, principal opérateur des transports en commun de la ville de Toulouse.

Voyez-vous, pour connaître la fréquentation d'une ligne de bus, il n'y a pas 36 solutions. Seul le nombre de tickets validés permet de le savoir. Bien entendu, les fraudeurs faussent les calculs, sans compter les usagers qui oublient de valider leur titre de transport. En outre, cette méthode ne permet pas d'obtenir une vision globale du trafic : quels sont les arrêts où les passagers descendent le plus ? Embrayent-ils avec une correspondance ou continuent-ils à pied faute d'avoir une ligne de bus supplémentaire à disposition pour se rendre à leur destination ?

À lire également : Coronavirus – la RATP et la SNCF vont utiliser des caméras qui détectent si vous portez votre masque

Suivre le flux de passagers grâce à la détection de leurs smartphones

C'est justement pour savoir où et quand améliorer leurs services que Tisséo lance une expérimentation singulière dès ce 19 août 2021 sur la ligne 19, qui relie Borderouge à Lasbordes.  En effet, la compagnie de transports a signé un partenariat avec Flowly, société française spécialisée dans l'agrégation et l'analyse de données liées à la mobilité urbaine.

Elle va être chargée d'installer des capteurs dans une dizaine de bus de la ligne 19, le but étant de collecter les signaux passifs des smartphones des usagers afin d'obtenir une reconstitution fidèle de leur trajet. L'obtention de ces flux de déplacement détaillés permettra à terme à Tisséo d'ajuster ses services en satisfaisant un besoin dans une zone précise, en restructurant tout ou une partie du réseau, en estimant la fraude, etc.

Il faut préciser que la collecte de ces données se fait de manière anonyme, “en totale conformité avec les règles édictées par la CNIL et avec le règlement général sur la protection des données (RGPD)”. À ce sujet, les usagers pourront bien évidemment refuser de participer à l'expérience dès leur montée dans le bus. Pour l'heure, cette expérimentation sur la ligne 19 doit durer une année. Passé ce cap, Tisséo décidera ou non de l'étendre ou d'y mettre fin selon les résultats obtenus.

Source : 20 minutes



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !