Les batteries amovibles pourraient bientôt faire leur retour dans nos smartphones !

 

Les législateurs de l'Union européenne se sont enfin mis d'accord sur un nouvel ensemble de règles visant à rendre les batteries plus durables et réutilisables. Ces nouvelles mesures pourraient bien impacter nos smartphones.

batterie smartphone
Crédit : wdnet / 123RF

Déjà au début de l’année, l’Union européenne envisageait de nouvelles règles pour allonger la durée de vie des produits électroniques et éviter les déchets, en interdisant notamment les téléphones avec batterie intégrée en Europe. Quelques mois plus tard, les législateurs se sont enfin mis d’accord sur une nouvelle règlementation qui présentera une nouvelle série de défis pour les entreprises technologiques grand public et les fabricants de batteries.

Ces nouvelles mesures arrivent seulement quelque temps après la décision de l’Europe d’imposer une connectique universelle. Bien que la plupart des fabricants de smartphones utilisent déjà un port USB-C dans leurs appareils, c’est surtout Apple qui devra se plier à la nouvelle directive et abandonner le port propriétaire Lightning sur ses iPhone d’ici le 28 décembre 2024.

L’Europe pourrait imposer des batteries amovibles sur nos smartphones

Dans la nouvelle législation, l’Europe annonce qu’elle souhaite des batteries plus faciles à retirer et à remplacer, mais surtout mieux informer les consommateurs. Trois ans et demi après l'entrée en vigueur de ces nouvelles mesures, les batteries de nos appareils électroniques devront donc être facilement accessibles et facilement remplaçables. Les fabricants de smartphones pourraient donc être forcés de faire revenir les batteries amovibles.

La nouvelle législation européenne s'appliquera à tous les types de batteries vendues dans l'UE, y compris les batteries utilisées dans les appareils électroniques ou encore les batteries utilisées dans les véhicules à deux roues et les véhicules électriques (VE).

batterie
Crédit : troggt / 123RF

Le but de l’Europe est surtout de rendre les batteries plus vertes. À partir du début de l'année 2024, les fabricants de batteries dans l'UE devront rendre compte de l'empreinte carbone totale de leurs batteries, de l'extraction au processus de recyclage. Les données récoltées seront ensuite utilisées pour fixer une limite maximale de CO2 pour les batteries qui entrera en vigueur dès juillet 2027.

Des étiquettes énergétiques devraient arriver sur les smartphones

La nouvelle législation indique également que pour mieux informer les consommateurs, les batteries porteront des étiquettes et des codes QR contenant des informations relatives à leur capacité, leurs performances, leur durabilité, leur composition chimique, ainsi que le symbole de “collecte sélective”.

Cependant, l’Europe ne devrait pas s’arrêter là. Afin d’améliorer la durée de vie des batteries, les smartphones et les tablettes pourraient bientôt être amenés à arborer une étiquette énergétique, comme c’est déjà le cas sur les téléviseurs ou encore les machines à laver. Celle-ci informera les clients sur les caractéristiques de la batterie, mais également sur la résistance à l’eau et à la poussière des produits.

Cette nouvelle étiquette devrait donc venir compléter l’indice de réparabilité qui est apparu il y a maintenant quelques années, mais qui peut parfois se montrer trompeur. Malheureusement, depuis son lancement, l’indice de réparabilité peine toujours à convaincre les Français. On espère donc que si une étiquette énergétique est votée pour nos smartphones au cours des prochains mois, celle-ci se montrera plus efficace.

Etiquette énergétique
Crédit : stylephotogaphs / 123RF

Pour l’instant, l’accord de l’UE n’impose qu’une déclaration et un label d’empreinte carbone pour les batteries EV, les batteries LMT et les batteries industrielles rechargeables d'une capacité supérieure à 2 kWh. Celles-ci devront également disposer d'un « passeport numérique de la batterie » comprenant des informations sur le modèle de la batterie ainsi que des informations spécifiques à la batterie individuelle et à son utilisation.

On est donc pour l’instant loin des smartphones, mais cela devrait changer une fois la mesure adoptée pour les batteries les plus grosses. Pour nos petits appareils, l’Europe compte déjà définir des objectifs de collecte fixés à 45 % d'ici 2023, 63 % d'ici 2027 et 73 % d'ici 2030, ce qui permettra de grandement réduire la pollution des déchets électroniques.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !