Leboncoin, AirBnB et BlaBlaCar déclarent désormais vos revenus au fisc

 

Leboncoin, AirBnB, BlaBlaCar et tous les autres sites de ventes entre particuliers sont désormais tenus par la loi relative à la lutte contre la fraude de déclarer les revenus de ses utilisateurs à l’administration fiscale sur les transactions effectuées après le 31 décembre 2018. Mais dans certains cas, si le nombre de transactions et leur montant est faible, il existe des seuils à ne pas dépasser pour y échapper.  

airbnb impots

Les sites de ventes entre particuliers type Leboncoin, AirBnB et BlaBlaCar sont désormais dans l’obligation de déclarer au fisc les revenus de ses utilisateurs, rappelle Le Monde. Adoptée à la fin de l’année 2018, la loi relative à la lutte contre la fraude contraint les plateformes qui mettent en relation des individus dans le cadre « de la vente d’un bien, de la fourniture d’un service ou de l’échange ou du partage d’un bien ou d’un service » les contraint à partager différentes informations dont notamment le nombre de transactions sur l’année ainsi que leur montant. Cela s’applique aux ventes réalisées à partir du 31 décembre 2019.

Leboncoin, AirBnB, BlaBlaCar : les sites de ventes entre particuliers doivent déclarer les revenus des utilisateurs au fisc

Cependant, tout le monde n’est pas concerné et il est possible d’éviter de payer des impôts supplémentaires sur les revenus générés de cette manière, si ceux-ci restent mesurés. Les sites et applications ne sont en effet pas tenus de transmettre les données à l’administration fiscale sous certaines conditions. Tout d’abord, la nature des échanges est prise en compte. Revendre de temps en temps un produit sur Le Bon Coin ou partager les frais de transport via du covoiturage par Blablacar est moins sujet à l’imposabilité des revenus que de louer son appartement sur Airbnb par exemple.

Lire aussi : Leboncoin, AirBnB, BlaBlaCar… : le fisc assure qu’aucune nouvelle taxe ne visera les particuliers

Mais même pour ce genre d’activité, des limites sont posées : les utilisateurs ne doivent pas dépasser 3000 euros de revenus et 20 transactions par an pour être considérés comme des occasionnels non soumis à l’impôt. Mieux vaut tenir les comptes si vous ne souhaitez pas dépasser ces seuils donc. Dans le cas contraire, les références bancaires BIC et IBAN ainsi que les sommes perçues sont transmises à la Direction générale des Finances Publiques par les intermédiaires.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
xiaomi redmi 9
Xiaomi devance Apple et devient le numéro 3 du marché du smartphone

Xiaomi a vendu plus de smartphones dans le monde qu’Apple au cours du troisième trimestre de l’année 2020. Malgré un climat économique difficile, le groupe chinois a écoulé plus de 44,4 millions de téléphones mobiles pendant la période, reléguant le…

facebook libra janvier 2021
Libra : Facebook lancerait finalement sa cryptomonnaie en janvier 2021

Libra, la cryptomonnaie développée par Facebook, serait finalement lancée dans le courant du mois de janvier 2021. Sous la pression exercée par les régulateurs financiers, le réseau social aurait accepté de revoir ses ambitions à la baisse. Adossée au dollars, la devise…

Smartphone
Bientôt une taxe copie privée sur les smartphones d’occasion ?

La taxe copie privée doit-elle être appliquée aux smartphones vendus sur le marché de l’occasion ? C’est en tout cas le souhait de la commission Copie Privée. Afin de compenser la baisse de la rémunération annuelle perçue par les ayant…

teletravail taxe etude
Des économistes veulent instaurer une taxe sur le télétravail

Des économistes de la Deustch Bank estiment que les télétravailleurs devraient payer une taxe supplémentaire, pour compléter les revenus des travailleurs modestes contraints de se rendre sur leur lieu de travail. Après la taxe sur les casques audio ou encore…

casque audio taxe
Taxer les casques audio ? Une loi est en discussion à l’Assemblée

Des députés LREM souhaitent taxer « les matériels destinés à l’écoute de contenus sonores » pour aider au financement de l’industrie musicale et du spectacle. Après la redevance TV sur les smartphones et ordinateurs, des députés LREM souhaitent instaurer une taxe inédite…