Maj. le 18 juin 2019 à 9 h 50 min

La sécurité des iPhone et de la plupart des smartphones Android semble avoir été complètement contournée par un outil de la firme Cellebrite. Destiné aux forces de l’ordre, l’« Universal Forensic Extraction Device » (UFED) permet d’accéder entre autres aux données des applications, messages, emails, et contenus supprimés. Seuls les smartphones les plus à jour semblent pouvoir y résister.

Déverrouillage Android iOS iPhone

Vous vous souvenez lorsque le FBI avait dû débourser 1 million de dollars pour déverrouiller un iPhone 5C dans l’enquête sur les attentats de San Bernardino (Etats-Unis) ? Il existe depuis cette affaire des solutions clés-en-main : on a vu récemment un appareil nommé GreyKey box par exemple, pour déverrouiller automatiquement des iPhone sous iOS 11. Or, la firme israélienne Cellebrite annonce un nouvel outil qui permet de déverrouiller presque tous les iPhone – y compris sous iOS 12 – ainsi qu’un nombre important de smartphones Android.

iPhone, Android : la police a désormais un nouvel outil pour déverrouiller presque n’importe quel smartphone

L’outil, baptisé « Universal Forensic Extraction Device » (UEFD), est uniquement vendu aux forces de l’ordre. Selon la firme il est capable de débloquer et ouvrir l’accès des iPhone sous « iOS 7 jusqu’à iOS 12.3 », ainsi qu’un « nombre important d’appareils Android, dont les Samsung Galaxy S6/S7/S8/S9 [et] des modèles de Motorola, Huawei, LG et Xiaomi ». Soulignons que Cellebrite ne fait aucune mention des versions ultérieures d’iOS comme iOS 12.3.2 ou la bêta d’iOS 13. Il n’est également pas mention sur le site des Galaxy S10, S10+ et S10e.

Apple fait depuis longtemps le jeu du chat et de la souris contre ce genre d’outils qui permettent de contourner la sécurité de ses smartphones. Avec iOS 12, la firme avait notamment renforcé la sécurité de son mode USB restreint (qui oblige le hacker à entrer dans le smartphone avant de pouvoir y connecter l’outil via le port Lightning), empêchant, en principe à ce genre d’outil de fonctionner. Mais Cellebrite semble avoir tout de même trouvé une solution puisque cet outil fonctionne également sur iOS 12.

La sécurité des appareils sous Android est une affaire plus compliquée, puisqu’elle dépend de la version de l’OS installé sur l’appareil (a priori les versions les plus récentes d’Android sont les plus sécurisées), mais aussi de la présence ou non d’une enclave sécurisée sur le smartphone, et de dispositifs additionnels que peuvent ajouter les constructeurs dans leur surcouche. Il faut également prendre en compte le root éventuel du smartphone, et les paramètres choisis par l’utilisateur, qui peuvent, ou non, renforcer la sécurité du smartphone.

Lire également : La police ne peut pas vous obliger à donner votre code de smartphone

Toutefois, nuançons en soulignant que pour l’heure nul ne sait à qui Cellebrite a vendu son outil – ni si la police, en France, va s’en doter (et à quelle échéance)…

Source : Techradar

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Sécurité : Huawei subirait un million de cyberattaques par jour

D’après le chef de la sécurité de Huawei, l’entreprise repousserait une quantité impressionnante d’attaques informatiques. Des attaques à travers le monde entier, et des autorités américaines qui n’y seraient pas étrangères, selon l’entreprise. Si Huawei doit faire face à l’ire…

WhatsApp : un simple GIF permet de pirater votre smartphone

Une faille découverte dans l’application WhatsApp et qui affecte les smartphones Android permet d’accéder à vos photos privées et autres données personnelles. Il suffit d’un GIF modifié pour exploiter cette vulnérabilité qui vient d’être découverte par un chercheur en sécurité….

Une attaque DDoS rapporte 2,5 millions de dollars à Wikipédia

Vendredi dernier, le site encyclopédique Wikipédia était victime d’une conséquente attaque DDoS (Distributed Denial of Service). Pour limiter les dégâts d’une telle menace, la Wikimedia Foundation vient de recevoir une jolie somme de la part d’un généreux donateur pas si…